PoF le Pirate

Yaaaaaaaaarrrrrrrrrrrrr le blog de PoF.

Pub Radio

Mercredi 12 août 2009 à 2:14

Pour toi, détraqué.

Vendredi 7 août 2009 à 2:06

Message à celui qui envoie tous ces mots-clés, si tu lis ça, viens m’expliquer de quoi il s’agit parce que là je me pose des questions sur l’espèce humaine.

Touhou Project

Vendredi 31 juillet 2009 à 16:52

Bonjour !!

Harcelé et débordé par vos propositions ridicules sur le topic de BD interactive, Je m’autorise une courte pause pour vous parler de TOUHOU, la série de Shoot’em up célebrissime sur Internet.

Grand fan de Iosys devant l’éternel, voila plusieurs années que je me disais : “Tiens, il faudra que j’essaie le truc dont est tiré tout ça…”. Et vu qu’au hasard de mes surfs, je tombais souvent sur des images/vidéos tirées de Touhou, j’ai décidé de sauter le pas y’a quelques jours.

Touhou, c’est quoi ?

C’est une série de Shoot’em up amateurs créée par un seul type appelé ZUN. D’ailleurs, si j’ai bien compris, il a fait les 5 premiers entièrement seul.

Le principe est simple, on contrôle une sorte de magicienne, et on doit tuer tout ce qui bouge en évitant les centaines de boules inondant l’écran tirées par les ennemis, le tout dans un espèce d’univers médiévalo-oriental sur fond de magie, de sorts, de fantômes et d’esprits.

L’originalité du truc, c’est qu’il y a des dizaines de personnages et que chaque épisode fait l’objet d’une histoire racontée au fil des rencontres et des dialogues avec les Boss.

Où on se procure ces trucs ?

Les ennuis commencent avant même d’avoir les jeux. Vu que ce sont des jeux amateurs, les seuls moyens théoriques de se les procurer sont d’aller les chercher dans d’obscures conventions spéciales pour Otaku prévues à cet effet au Japon, ou alors de les choper d’occasion sur le net. (Très chaud)

Le moyen alternatif est de les télécharger illégalement, faisant fi d’Hadopi sans trop culpabiliser vu l’extrême difficulté de se procurer ces jeux légalement. Je vais pas aller jusqu’à balancer des liens de téléchargement, mais si ça vous intéresse, mailez-moi sur pof AT!!! wefrag POINT!!! com

Comment on joue ?

Je n’ai pas joué aux 5 premiers, vu qu’ils sont pas sortis sous Windows mais sous un espèce de système antique japonais qu’il faut émuler, donc ce que je dis n’est valable que pour les épisodes suivants.

Au début, on choisit son perso.

En général, on a à choisir entre :

- Hakurei machin la magicienne, qui a un attack range très élevé, (Elle tire un peu partout dans l’écran, en gros) mais une puissance limitée.

- Marisa machin la sorcière soubrette, qui ne tire quasiement qu’en ligne droite, mais qui a une puissance énorme.

- Parfois un troisième perso, souvent un boss d’un épisode précédent.

Les deux héroïnes

Les deux héroïnes

On contrôle la meuf avec les flèches, et on tire avec W.

X permet d’envoyer une “Spell Card”, une sorte de coup spécial au nombre limité qui fait de gros dégâts mais dont le principal intérêt est qu’elle vide l’écran de toutes les boules. On note que si on appuie sur ce bouton pile au moment où on meurt, le perso ressucite sans perdre de vie, mais en général, ça use 2 Spell Cards.

Spell Card dun Boss

Spell Card d'un Boss

SHIFT active le “Focus Mode”, votre perso ralentit, (et est donc plus précis dans ses déplacements) la hitbox de votre perso apparaît (l’endroit qui ne doit pas être touché par les boules, et qui n’est en fait qu’un point, on le voit sur le screen ci-dessus) et vos tirs sont en général plus concentrés et puissants.

Le reste est basique, on ramasse des powers-up pour augmenter sa puissance, gagner des vies, des Spell Cards et faire monter son score.

Et c’est bien ?

Première impression : PUTAIN QUE C’EST DUR !!?

Touhou est le jeu typique qui nous fait nous rendre compte à quel point on est devenus des manches en Jeux Vidéo avec toutes ces assitances de merde, ces Continues infinis et ces quick saves…

Là, c’est un vrai défi qui s’offre à nous. Finir un épisode est déjà très dur (Y’a pourtant que 6 niveaux en général + 1 Bonus), alors le finir sans perdre de Crédits… Sans utiliser de Spell Card…. En ayant un max de points… C’est inhumain.

Le côté addictif est également bien présent, on a du mal à lâcher quand on commence, et le jeu souffre du maléfique syndrome : “Bon, allez, encore une partie et j’arrête.”

Niveau visuel, les dessins de ZUN (Oui, c’est lui qui fait tout, je vous dis !) sont particuliers, le style est étrange, les persos sont assez “bouffis” et évidemment, on est dans le mauvais manga à fond les manettes. Sans parler que les yeux et les mains sont souvent complêtement ratés.

Par contre, au niveau des Sprites, c’est très correct et les patterns de boules ainsi que les Spell Cards sont magnifiques, les explosions de boules façon feu d’artifice sont vraiment jolies, au point qu’on s’arrête souvent une demi-seconde pour laisser échapper un “Ouah, putain c’est beau !”. (Et on meurt après parce qu’on a perdu sa concentration.)

Ohhhhhhhh

Ohhhhhhhh !!

(EDIT : Cyb me fait remarquer que j’ai pas parlé des musiques. Il a raison.)

Les musiques sont un des incontestables points forts des Touhou. Encore une fois toutes composées par le même ZUN,  les mélodies sont surprenantes de qualité, certaines sont magnifiques. Il suffit d’écouter IOSYS et le nombre de remixes qu’on trouve sur le net pour s’apercevoir qu’on a affaire à de la bonne came à ce niveau.

Par contre, je reste fortement dubitatif au point de vue du scénario et des personnages… D’après ce que j’avais lu, les scénarii étaient poussés et les personnages très développés ?

Ma foi, à part les dialogues contre les Boss qui se résument dans 90% des cas à des vannes et des provocations à 2 balles, (”Alors on se promène??”, “Oui j’admire la lune bla bla”, “Meurs, humain”, “Meurs, esprit”) j’ai pas vu grand chose et j’ai en général rien compris aux scénars… Je dois pas être assez Otaku pour ça.

ZZZZZZZZZZZZ

ZZZZZZZZZZZZ

Et les Boss super développés et tout, on les voit, ils disent 2 phrases, ils meurent, terminé.

Donc, j’y joue ou j’y joue pas ?

Personnellement, je m’amuse beaucoup en jouant à Touhou, ça permet de retrouver un peu de défi et surtout de connaître une VRAIE satisfaction quand on tue un Boss ou quand on finit un jeu. Ça faisait un moment que j’avais pas éprouvé cette sensation de fierté après avoir fini un jeu.

Par contre, si vous vous attendez à une histoire intéressante ou à des persos fouillés, à moins d’être un Ultra-Otaku excité à la vue d’un napperon ou d’une fille avec des oreilles de chat ou de lapin, vous serez déçus.

Bonus : Une vidéo d’un homme qui a renoncé à tous les biens matériels de ce monde pour se consacrer à Touhou en mode Lunatic.

YouTube Preview Image

Alt Art

Samedi 2 mai 2009 à 15:52

En ce moment, mon délire, c’est “l’Alternative Art”. (Tout le monde sait à quel point je déteste les anglicismes “j’me la raconte” de ce type, mais c’est pas facile à nommer autrement pour le coup.)

En gros, ça consiste à dessiner des personnages existants hors de leur contexte ou du style de leur auteur.

J’ai pas mis les noms au cas où vous voudriez vous amuser à deviner, (Vous allez carrément vous éclater, bande de chanceux !) mais je vais pas non plus en faire un concours, c’est bien trop facile.

Si vous avez des idées de trucs dans le style, vous pouvez y aller, là, je sèche.

Salut !!

Update :

J’ai rencontré Sangoku.

Lundi 20 avril 2009 à 1:39

Samedi a eu lieu un évènement marquant dans ma vie.

J’étais au Mang’Azur, à Toulon, un salon du genre Japan Expo, avec plein de Naruto partout, là.

Et à cet endroit étrange, après leur conférence, j’ai eu l’occasion, l’honneur, l’incroyable privilège de serrer la main et de discuter avec Patrick Borg et Éric Legrand, respectivement doubleurs de Sangoku et Vegeta. (Éric Legrand est aussi celui de Yamcha, du présentateur des tournois d’arts martiaux et de Seiyar)

(Y’avait aussi le doubleur de Cartman (Et de Sam Gamegie), Chris­tophe Le­moine. On n’a pas eu le temps de lui parler mais il a sorti quelques trucs avec la voix de Cartman pendant la conférence, c’était trop cool.)

Ça fait bizarre de se retrouver devant 2 personnes, ou plutôt 2 voix qu’on a entendues quasiment tous les jours  et qui nous ont fait rêver quand on était gamins.

Pour Sangoku, même si on décelait souvent des intonnations caractéristiques, c’était pas forcément flagrant, mais avec Éric Legrand, on avait VRAIMENT l’impression de parler au commentateur des tournois dans DBZ. Je sais pas si vous vous souvenez de sa voix, mais ça fait tout drole !

Enfin voila, depuis cette rencontre, je n’ai plus peur de mourir.

Au revoir !