Squat temporaire

Temporaire, jusqu’à ce que j’en ai marre le blog de Ouamdu.

Archive pour janvier 2011

Juliette, la mère de Chaka

Jeudi 27 janvier 2011

Dans une époque reculée, j’ai été rédacteur chez ZeDen.net. C’est également à cette époque que j’ai rencontré la maman de Chaka, enjoy :

YouTube Preview Image

YouTube Preview Image

Une journée chez Paramount

Vendredi 14 janvier 2011

Enfin… techniquement, c’était une journée au Gaumont Champs Elysées, mais elle était organisée par la Paramount pour présenter les films de cette année. J’ai donc pu voir des extraits, bandes-annonces, et même deux films en entier. Petit résumé :

True Grit (film intégral) : le dernier film des frères Cohen qui cartonne aux US en ce moment, ou le western qui raconte comment une gamine de 14 ans cherche à venger son père en embauchant un marshall mercenaire. Les acteurs sont excellents (Jeff Bridges est au top, et même Matt Damon avec sa tête de trisomique est pas trop mal) et l’histoire fonctionne bien. Il y a cependant pas mal de passages à vide, mais le film reste agréable et très bien fait.

true-grit-copie

Morning Glory (film intégral) : comédie US au pitch sans grand intérêt : une productrice débutante débarque de sa cambrousse pour prendre la tête d’une émission matinale pourrie et ne trouve rien de mieux à faire que d’embaucher un vrai grand journaliste blasé (Harrison Ford) pour dynamiser le truc. La bande-annonce ne m’a pas du tout excité, et pourtant, j’ai trouvé ça très chouette, vraiment rigolo (le duo Ford/Diane Kruger fonctionne au poil), et pas trop nian-nian. À voir avec ta meuf.

mg

Kung-Fu Panda 2 (Bande-annonce 3D + extrait 3D) : Certainement le film de la Paramount que j’attends le plus cette année. Même si la 3D reste totalement accessoire et nique bien les yeux, l’humour et la qualité de réalisation sont toujours présents.

Rango (Bande-annonce + extrait) : Une bonne petite curiosité animée avec un rendu surprenant, Rango raconte l’histoire d’un lézard domestique qui se retrouve perdu dans le désert du Mojave. Le réalisateur (Gore Verbinski) a choisi de faire jouer aux doubleurs (dont Johnny Depp) les scènes en entier et en costume pour que les animateurs s’en inspirent. Du peu que j’en ai vu, ça fonctionne pas mal.

Captain America (Bande-annonce + extrait) : Aucune idée de ce que ça peut donner. On a vu une scène un peu cheap où le père de Tony Stark transformer un gringalet en gros molosse. Sans plus, pour le moment.

Thor - Transformers 3 (Bande-annonce 3D) : Alors là, à part giant, je ne vois pas qui ça peut exciter.

Voilà pour le plus gros. À la sortie, on nous a filé un sac avec une chouette figurine Transformers à faire pâlir un seskemachine, et des DVD de Shrek 4 (berk) et de Chasseurs de Dragons (miam). Quand ils veulent on remet ça.

Dead Rising 2 : Zombien bossé

Mardi 4 janvier 2011

Dead Rising 2Le premier Dead Rising, sorti en 2006, partait d’un concept sympa : enfermé dans un centre commercial rempli de zombies, on avait 72 heures pour mener l’enquête sur l’origine du merdier avant l’arrivée des secours. Dans ce laps de temps, on pouvait également sauver des survivants ou affronter des psychos. Le jeu, développé par les japonais de chez Capcom, fourmillait de bonnes idées et, pour une fois, le héros n’était pas un gamin androgyne de 12 ans voulant sauver le monde avec sa copine de 14 ans aux seins démesurés.

Mais voilà : comme 99,9% des jeux japs, Dead Rising était très mal équilibré, extrêmement difficile et son système de sauvegarde (un seul slot, points de sauvegarde placés n’importe comment) le rendait très frustrant. La rigidité du personnage principal et la débilité des survivants ne faisait qu’empirer les choses, et il n’était pas rare de ragequit.

God bless Canada

Heureusement, Capcom a eu l’idée de confier le développement de la suite à une équipe canadienne, Blue Castle Games, et cela se ressent assez vite : le personnage se déplace de façon un peu plus fluide, les zombies ne nous arrêtent plus toutes les 3 secondes et le jeu s’en trouve tout de suite plus agréable. Les points de sauvegarde sont placés plus intelligemment, ce qui rend la mort moins pénible, et les 3 slots donnent une petite marge de manœuvre. Néanmoins, le développeur a su garder une certaine difficulté, et la plupart des boss proposent toujours un sacré challenge.

Dead Rising 2 Dead Rising 2 Dead Rising 2

Le jeu conserve pratiquement toutes les bonnes choses de Dead Rising, et se montre encore plus généreux : la zone de jeu est énorme, les survivants sont mieux définis, les options de customisation du personnage sont encore plus nombreuses et délirantes et, globalement, le centre commercial a une personnalité bien plus marquée, avec des thèmes visuels et musicaux bien trouvés. L’aventure et aussi mieux rythmée, et l’argent nouvellement introduit prend vraiment du sens, car il permet non seulement d’acheter du matos, mais également un vaccin pour la fille du héros que l’on doit lui administrer à heures fixes. Au final, on regrettera seulement la disparition de l’appareil photo du premier jeu.

Seau + Perceuse = Migrainator

Mais là où Dead Rising 2 se démarque de son grand frère, c’est qu’il offre la possibilité de combiner deux objets plus ou moins anodins pour en faire une arme OMFG : lampe-torche + gemme = sabre laser, pagaie + tronçonneuse = (euh…) pagaie-tronçonneuse (?), guitare + ampli = guitare-améliorée-qui-fait-exploser-la-tête-des-zombies… On peut s’amuser des heures à trouver les combinaison, ou on peut aussi dégoter les “cartes combo” qui indiquent la marche à suivre et débloquent un coup spécial.

Dead Rising 2 Dead Rising 2 Dead Rising 2t

Au-delà de cette trouvaille, le jeu propose désormais un mode coop jouable à 2 en ligne plutôt rigolo, même si on aurait préféré que les stats du joueur qui rejoint la partie soient sauvegardées. On a aussi droit à un mode multijoueur permettant de participer au “Terror Is Reality”, un show TV où on massacre des zombies dans des modes de jeu plus ou moins débiles. Le principal intérêt de ce mode est de pouvoir encaisser les gains dans le jeu solo, ce qui permet de déstresser un peu.

Super Greene

A mon sens, le jeu n’a qu’un gros défaut : les temps et la fréquence des chargements. En effet, la zone est découpée en une dizaine de zones, et il n’est pas rare de devoir se taper 3 - 4 loadings uniquement pour ramener un gugus à la planque.

En dehors de ça, Dead Rising 2 est un excellent jeu, très riche, très drôle et très jouissif. De plus, il propose de nombreuses fins, et on peut recommencer une partie avec les avantages d’une partie précédente, ce qui lui confère une rejouabilité énorme.