Squat temporaire

Temporaire, jusqu’à ce que j’en ai marre le blog de Ouamdu.

Archive pour mars 2010

Metro 2033 : la collector

Mardi 23 mars 2010

Le reste là >>

Ça y est, c’est la fin de la première saison du Visiteur du Futur, n’joy :

http://www.dailymotion.com/videoxcmutw

Vu dans les forums de Canard PC :

YouTube Preview Image

Un jour où j’ai été con

Mercredi 10 mars 2010

fpalmPrologue
Quelque part au tout début des années 2000, je suis un célibataire en soirée avec un groupe de camarades plus ou moins proches. La moins proche est une blonde plutôt bien faite, mais au visage un peu commun. J’ai désormais oublié son nom, mais nous l’appellerons Morgane. Nous sommes en plein milieu de la soirée, et alors que je me tiens seul, un verre à la main, accoudé à un mur, plongé dans des pensées induites par les deux pintes de mauvaise bière que je viens d’ingérer, la blonde surgit de nulle part et m’embrasse goulûment.

-”Pas mal, mais… ?”
-”Ce soir, j’ai simplement décidé d’embrasser tout le monde !” me répond-elle avec un grand sourire
-”Okay, ben euh… bonne soirée, alors!”

Et sans se retourner, elle disparaît à nouveau dans la masse informe de la foule me laissant là, bien réveillé de partout, avec un air idiot.

Le jour où j’ai été con
C’était le dimanche de la semaine d’après, et comme tous les dimanches ensoleillés de cette époque, je suis à la maison, posé devant une nazerie à la télé. Ma mère m’apporte le téléphone que je n’avais pas entendu sonné.

-”Salut, c’est Morgane !”
-”Morgane… Morgane… Ah oui, ça va? Comment tu as eu mon numéro ?”
-”Je l’ai juste… demandé.”
-”Aokay.”
-”Mes parents ne sont pas à la maison aujourd’hui, et, comme je sais qu’on habite pas loin, je voulais savoir si tu voulais passer l’après-midi chez moi.”
-”Dequoiquoi ?”
-”J’ai bien aimé la soirée de la semaine dernière, et j’aimerais bien qu’on se voie, mais sans tout le monde, quoi.”

Je me permets d’interrompre mon récit ici. À l’époque, j’étais célibataire, mais pas par choix, j’étais pas du genre à l’aise avec les rada les filles, mal dans mes baskets, etc.

-”J’avoue que je ne sais pas trop, j’ai bien aimé moi aussi (vérité), mais je ne suis pas trop disponible aujourd’hui (mensonge). Peut-être que je peux te rappeler un autre jour ?!”

Il y a des fois, je me demande ce qui a bien pu me passer par la tronche ce jour-là, et après aussi, d’ailleurs. Parce qu’après, voyez-vous, je ne l’ai pas rappelé. Genre jamais. Je l’ai recroisée une ou deux fois, où elle me lançait inévitablement des regards qui voulaient dire que son offre tenait toujours.

Près de six mois après, en pleine discussion avec l’ami que j’avais en commun avec elle, il m’apprend que non seulement elle se souvient de moi, mais qu’elle s’intéresse de près à ma vie privée, savoir si je suis célibataire, tout ça.

Épilogue

-”Tiens, hier avec Karine, on est allé en soirée toutes les deux, c’était cool, il y avait une piscine et tout !”
-”Pas mal !”
-”D’ailleurs, il y avait pas mal de gens que tu connais, et on a rencontré une fille très sympa, Morgane.”
-”Grande, blonde ? Je la connais, je l’ai rencontrée il y a un an à peu près. Elle était à fond sur moi…”
-”Hier elle était en deux-pièces, elle a vraiment un corps de folie.”
-”…et j’ai jamais donné suite.”
-”T’es vraiment trop con. Sincèrement.”

Just Cause 2 - Demo

Vendredi 5 mars 2010

justcause2La démo de Just Cause 2 est sortie hier sur Steam, et c’est plutôt une bonne surprise, comparé au premier qui était, comment dire, totalement sans intérêt.

Bon déjà, c’est magnifique sur ma petite 8800GTX en 1680×1050 presque TAF. Quand je dis “magnifique”, je veux dire que les décors sont absolument somptueux et que la distance d’affichage déchire sa génitrice. Le concept du jeu? Tout faire péter, un peu à la Red Faction Guerrilla (Just Cause utilise aussi un moteur physique à tomber par terre) mais en moins coincé. Le héros a en effet deux trucs qui aident pas mal pour faire mumuse :

  • Un parachute, qu’il ouvre un peu comme il veut
  • Un grappin-treuil façon “Batman”, qui sert à s’accrocher à des trucs, ou a accrocher des trucs à d’autres trucs

Concrètement, on peut accrocher le grappin en haut d’une grue, profiter de la vitesse ascensionnelle pour ouvrir le parachute et décoller. Ou bien attacher un ennemi, ou encore mieux, un mec qui ne nous a rien fait, à une bombonne de gaz et les faire décoller en tirant sur la bombonne. Il y a plein de combinaisons. Il y a aussi des véhicules qu’on peut conduire, ou sur lesquels on peut adopter une position “cascade”, qui aide à faire des trucs totalement WTF, tout à fait compatibles avec les deux éléments sus-cités.

En fait le seul truc qui me gave dans cette démo, ce sont les combats totalement sans intérêt, limite fatigants. Les ennemis-clones sont un peu débiles mais font très mal, ce qui rend le truc assez frustrant. Cependant, plus je joue à la démo, plus j’apprends à m’amuser avec les différents accessoires, mais ça demande un peu d’apprentissage.

La démo fait 90km² et ne dure que 30 minutes (que l’on peut recommencer autant de fois qu’on veut). À ce sujet, je vous recommande de faire “pause” à 29 minutes et de quitter, sinon vous allez vous taper une vidéo promo une peu pourrite à chaque fois.

YouTube Preview Image

De mieux en mieux, le joueur du grenier !

L’affaire Seznec

Lundi 1 mars 2010

993-3f0a0342bb2d3754e3ecc229e65613fa-200Dans les années 20, un breton est jugé et condamné pour avoir descendu un autre breton, et ce même si on n’a jamais retrouvé ni le corps, ni les preuves. 90 ans après, Robert Hossein, un (très très) vieux metteur en scène, décide d’en faire une pièce et d’y coller un peu d’interactivité.

Donc à l’entrée, on nous donne deux jetons : un blanc et un noir. On s’installe dans nos places de pauvres (40€ la place, 3ème balcon, premier rang, les genoux au niveau des oreilles tellement y’a pas de place) et on suit pendant deux heures le procès tel qu’il a eu lieu. A la fin, on est invité à voter “coupable” ou “innocent”, et le vote donne lieu à une petite scène finale.

Le principal problème de cette pièce, c’est que tout le monde s’en fout, de Seznec et de son pote. L’affaire en elle-même n’est vraiment pas intéressante (en tous cas, de nos jours), les péripéties chiantes comme la pluie, et au bout de 10 minutes, on sait exactement comment tout ça va se terminer. Bien évidemment, le public finit par voter massivement “innocent”, vu que maintenant, il y a la présomption d’innocence. Et vu que tout l’opinion publique le croit innocent, ils ont trouvé que c’était une bonne idée de venir coller une musique mièvre et de faire venir un vieux sur scène -qu’on nous dit être l’esprit de Seznec, mais vraiment kisonkons- et qui remercie le public de l’avoir reconnu innocent.

Ajoutez à ça des acteurs plats et une mise en scène inexistante. Gardez vos sous.