Warfare freaks

Un nouveau blog sur Wefrag le blog de Neya.

Wikileaks, positif ou negatif ?

Vendredi 3 décembre 2010 à 16:15

Ça va faire quelques jours que les fameux télégrammes diplomatiques sont tombés, et après les réactions à chaud, on commence à se rendre compte de l’étendu des “dégâts”.

On apprends pas grand chose, juste des confirmations de ce qu’on savait plus ou moins, sauf que là c’est écrit noir sur blanc. Embarrassant.

On se félicite beaucoup de l’action de WL, bon pour la liberté d’expression etc… Même si au final, ce sont juste des documents internes concernant les coulisses de la diplomatie, qui sont bien entendu d’une hypocrisie extrême. Quand je vois Assange déclarer qu’il faudrait que les USA mettent à l’avenir une transparence totale sur ce type de documents, je me demande s’il fait de la démagogie ou si il y croit vraiment, ce qui induirait le fait qu’il soit fou.

Personellement, je trouve ça intéressant, par pure curiosité, de pouvoir lire ce type de documents, c’est une occasion assez unique pour quelqu’un qui s’intéresse un peu à la géopolitique, mais je ne peux m’empêcher de penser que c’est quand même pas très sain. Le but réel poursuivi par Assange reste flou. Je ne le comprends pas dans sa globalité.

On sent une sorte de contrôle, d’une certaine orientation, ce qui est un comble pour quelqu’un qui se veux le porte drapeau de la liberté d’expression.

Bref, je sais pas trop quoi en penser. Il n’ya peut-être rien à penser finalement.

Recon’s Roots

Mardi 26 octobre 2010 à 11:11

Quand des collectionneurs se réunissent pour faire de belles photos, ça donne ça :

Marines and Sailors of the 31st Marine Expeditionary Unit Deep Reconnaissance Platoon prepare to secure rooms during Military Operations in Urban Terrain training at the Combined Arms Collective Training Facility here, March 9 2006.

Marines and sailors of the 31st Marine Expeditionary Unit Deep Reconnaissance Platoon, engage targets during a close-quarters battle drill at the Combined Arms Collective Training Facility here, March 9 2006.

Dynamic entry instructors with the III Marine Expeditionary Force Special Operations Training Group, practice breaching, research and development training here March 9 2006 as part of the 31st Marine Expeditionary Units routine urban training exercise. In many cases, the MEU may need to forcibly enter a building by simply breaking a glass window, breaching a locked door with a shotgun or a sledge hammer or cut an access hole in a wall by the use of explosives.

Marines from the Maritime Special Purpose Force, move in to take out a suspected terrorist warehouse along with Marines from the Low Altitude Air Defense Detachment, Marine Air Control Group 38, during desert sustainment training exercises at the Udairi Ranges in Kuwait, April 24. Both units are part of the 11th Marine Expeditionary Unit (Special Operation Capable) Camp Pendleton, Calif. During the exercise the Marines from LAAD provided perimeter security for the MSPF.

Hell’s Rain

Jeudi 4 juin 2009 à 13:31

Avec beaucoup de retard (vacances à l’étranger toussa), je fais mon compte rendu de ma toute première partie d’airsoft en milsim.

Organisé du 8 au 10 mai, dans un ancien camp d’entrainement en combat urbain de l’armée Française près de la ville de Pont Saint Vincent, elle-même située près de Nancy, Hell’s rain est une partie d’airsoft à vocation milsim.

Derrière ce terme se cache une façon de jouer à l’airsoft, qui devient de plus en plus en vogue actuellement. Comme l’étymologie du mot le laisse penser, milsim veux tout simplement dire simulation militaire. En gros, on essaye de jouer dans des conditions les plus proches du réel. Équipement réaliste, 30 billes dans les chargeurs, Background, scénarios réalistes etc…

La partie se déroule de jour et de nuit. De 8 heures du matin à minuit le soir, avec des pauses aléatoires.

Partie de nuit

Partie de nuit (récupération de RPG7 dans une planque ennemie)

Les deux points essentiels sont l’équipement et les billes. Le premier oblige le joueur à jouer avec un équipement très lourd et encombrant, limitant par la même sa mobilité et donc le rythme de la partie. Le deuxième force le joueur à faire attention à ses munitions, cela conduit généralement à des combats moins « bourrins » et fouillis. Les tirs sont opérés avec parcimonie et l’aspect gestion est très important pour ne pas très vite tomber à cours de munitions.

Avec tout cet équipement, comment sentir qu’on est touché ?

On ne sent rien si la bille touche le torse ou le casque, mais on entend très clairement un « pac ».

Le troisième aspect significatif de cette opération reste le scénario. En 2007 eu lieu ce qu’on a appelé la bataille de Fallujah. La plus importante opération Américaine en Irak depuis la chute de Sadam en 2003.

L’action est censée se passer dans un village à côté, au même moment. L’armée américaine a envoyé une task force pour le sécuriser.

4 escouades sont dépêchées :

75th Rangers

75th Rangers

MSOB

Seals Team 4

Et seals Team 10 dont je n’ai pas de photo les représentant tous… (étaient 7-8 me semble

Chaque escouade est accompagnée soit d’un EOD (démineur), soit d’un JTAC (contrôleur aérien). En plus de ça, des PJ (médecins) peuvent être assignés sur le champ de bataille, ainsi que des agents de la CIA chargés du renseignement.

PJ

CIA

CIA

Au dessus de tout ça, un commandement composé de trois personnes qui est en liaison radio permanente avec les escouades.

Tout ce beau monde est basé sur une aire en dehors du village qui symbolise le camp américain. Les tentes des joueurs y sont présentes, quelques tables sous des abris et la tente du commandement. Le camp est considéré comme inattaquable par les insurgés.

Insurgés qui se préparent

Insurgés qui se préparent

Les militaires américains ont pour eux des troupes bien équipées et bien organisées, ainsi qu’un commandement central qui coordonne les forces.

Briefing

Briefing

En face se trouve les insurgés, qui eux dorment dans le village. Pour des raisons d’effectifs, chaque escouade US devra jouer insurgé, soit une matinée, soit une après-midi. Mais parlons un peu du village. Il contient des bâtiments réalistes : Hôtel, église, habitations, prison etc, sans compter le fait qu’il y a des souterrains un peu partout reliant les bâtiments entre eux. Certains bâtiments contiennent des sortes de petites fenêtres en sous-bassement permettant aux insurgés de tirer sans se montrer. Ces souterrains inconnus pour la plupart des américains en début de partie, se sont montrés fatals tout au long de la première journée. On se faisait aligner sans savoir d’où les tirs provenaient.

Les fameuses meurtrières

Les fameuses meurtrières

Considérant que c’est un village, des civils sont présents. Il est interdit aux US de leur tirer dessus. Les insurgés peuvent enlever leurs armes et passer pour des civils. Les américains en cas de suspicion peuvent procéder à la fouille d’un civil, à la recherche d’un couteau (en plastique) ou d’un pistolet. Les civils peuvent tous prendre les armes s’ils le veulent également. Tout reste aléatoire. La proportion de civils et d’insurgés est inconnue. Les insurgés n’ont pas vraiment de leader, y’en a plusieurs, et chaque petit groupe fait un peu ce qu’il veut. Plusieurs caches d’armes sont planqués dans le village, permettant aux insurgés de se balader en civil pour réapparaitre armé quelques minutes plus tard.

Fouille d'une maison

Recherche d'armes

Les américains doivent gérer la circulation des civils, fouiller les gens et les maisons à la recherche d’armes qui seront confisqués, et leurs propriétaires arrêtés. Des pièges peuvent être également placés par des insurgés. De type IED actionné par contact ou par un dispositif relié à un fil. Généralement ce type de piège était posé de nuit, faisant mouche à chaque fois…

Sécurisation des élections

Sécurisation des élections

A côté de tout ça, il reste les missions. Qui étaient différentes selon les escouades. L’équipe A et B devait par exemple couvrir l’équipe C qui avait un objectif bien précis, ou bien des missions complètement séparés sans cohésion. Une fois la mission remplie, l’équipe rentre au camp pour le débriefing, et peux repartir à n’importe quel moment, dans 5 mins ou 1 heure. Si toute l’équipe est tuée, sa mission est annulée, sauf mission importante en cohésion avec les autres équipes, genre tête de pont et autre, auquel cas, elle « respawn » et repart directement.

Les missions restent variées :

Nettoyage.

Sécurisation d’élections.

Prise de contact.

Récupération d’otage.

Recherche des caches d’armes.

Protection d’un poste avancé.

Récupération d’un chef ennemi.

Mais globalement, les US sont toujours en attaque, et les INS en défense.

Voilà en gros pour ce qui est du contexte et des particularités de la chose.

Après moi, je me suis super bien éclaté, y’avait une très bonne ambiance, un bon esprit et une grosse entraide entre les participants. La moyenne d’âge était aux alentours des 30 ans je pense et on croisait de tout, des ingénieurs, un prof d’histoire, des étudiants, des commerciaux, ou des cadres.

Mon plus gros soucis aura été le physique, porter une réplique de 5 kilos toute équipée toute la journée, avec l’équipement, composé du gilet par balle (paca), « l’armure »(rrv/w c), le casque avec le système de com (mich), le holster avec sa réplique etc… aura été éprouvant, surtout vers la fin. En même temps je n’étais carrément pas préparé, je ne fais que de la course à pied, rien d‘autre.

Jouer en INS, aura été plus simple, quelques chargeurs, l’AK, et c’est parti.

Voilà je pense en avoir fait le tour, même si je ne suis pas trop rentré dans les détails, trois jours c’est long !

Bonus :

Votre serviteur

Votre serviteur

ps : Le site de la manifestation n’est plus accessible, dommage, il contenait un paquet d’informations sur la partie.