Raconte moi une histoire

le blog de Naudec.

Grand Theft Auto : la période 2D (1/5)

Au delà de tout le foin médiatique qui l’entoure, le phénomène Grand Theft Auto me laisse béat d’admiration. C’est de loin la série de jeux solo sur laquelle j’ai passé le plus de temps. GTA III et IV m’ont respectivement fait craquer pour la PS2 et la Xbox 360. Je viens de finir l’incroyable The Ballad of Gay Tony et en jouant à cet épisode, je n’ai pu m’empêcher de me dire à plusieurs reprises : “Ces mecs sont des génies, ces mecs sont des génies”.

Mais parler de GTA sans enfoncer des portes ouvertes n’est pas évident. Je vais tenter de faire un truc intéressant en mélangeant histoire de la série, anecdotes trouvées à droite à gauche et mon expérience. Je divise ça en cinq parties, à raison d’une par jour jusqu’à la fin de la semaine.

Ah j’allais oublier, un petit peu de musique made-in Liberty City, Vice City et San Andreas, ça ne se refuse pas, et il y en a pour tous les goûts : direction YouTube. En bonus ma sélection du jour avec quelques un des thèmes principaux : #1 #2 #3

De DMA Design à Rockstar North

Parmi les grands développeurs, certains sortent de nul part avec le grand jeu qui les rend célèbres (au hasard, Valve et Half Life). D’autres, au contraire, font d’abord leur armes sur des jeux auxquels on les associes beaucoup moins, voir par du tout, mais qui sont parfois tout à fait excellents.

Les lemmings version Noël, cest dépoque.

Les lemmings version Noël, c'est d'époque (enfin au moment où j'écris).

Par exemple, de nombreuses années se sont écoulées avant que je fasse le lien entre id Software et Commander Keen, puis entre Blizzard et Lost Vikings, deux jeux marquants de mon enfance. Cette fois-ci, rebelote avec DMA Design, l’ancien nom de Rockstar North, qui sort au début des années 1990 un jeu invitant à guider des vers de terre à travers des niveaux : Lemmings. A ma décharge, avouons que mis à part le plaisir vicieux de balancer les Lemmings dans le vide, rien ne laissait présager que l’avenir du studio rimerait avec tueries de flics, sorties au putes et vols de voitures.

Mais reprenons par les bases ; DMA Design est un studio écossais fondé en 1988, entre autres par David Jones, personnage clé derrière les deux premiers GTA. Après Lemmings et d’autres jeux moins connus, Grand Theft Auto sort 1997, édité par BMG Interactive, branche édition de BMG Multimédia, qui vous parlera peut-être plus pour son major du disque BMG Entertainment, depuis racheté par Sony. Mais cette branche d’édition est rapidement revendue à Take-Two, qui récupère alors les droits de GTA et créé dans la foulée le label Rockstar. Peu de temps après, en 1999, DMA Design est de son côté racheté par Gremlins Interactive (éditeur britannique), lui même racheté par Infogrames, sans les droits d’édition de GTA donc. L’éditeur français, ayant certainement compris l’intérêt restreint de posséder DMA sans GTA, finit par vendre le studio à Take-Two, ce qui lance enfin le fameux duo.

Que retenir de tout ça ? Que GTA a failli se perdre au milieu d’un imbroglio de ventes développeur/licence. Que  Infogrames a possédé, durant un temps restreint, un studio extrêmement talentueux ; quand on connait le destin de Driver, il y en qui ont du s’en mordre les doigts. A retenir également que David Jones quitta le studio durant cette période de trouble afin de créer Realtimes Worlds, aujourd’hui plus gros développeur écossais en terme d’effectif à l’origine du fameux Crackdown, ainsi que du prometteur MMO All Points Bulletin, prévu pour 2010. Enfin, à noter la prise de commande du studio par Rockstar (même si DMA ne deviendra Rockstar North qu’en 2002 après la sortie de GTA III), présidé par les frères Dan et Sam Houser, tout deux issus du monde de la musique via BMG. Ce sont eux les gars derrière les GTA 3D, ceux qui ont fait exploser la série. D’ailleurs, comme l’explique Dan Houser chez Variety, cette période délicate a permis une sorte de sélection au sein du studio, ne sont restés que ceux qui étaient totalement convaincus par le passage à la 3D : “The whole point of the acquisition of DMA was a dispute within various teams there of, “Could it even be done in 3D?” The team that won that dispute became the team that did it.

GTA : “C’est quoi cette vue du dessus ?”

C’est ce que je me suis dis en voyant GTA pour la première fois. Il est vrai qu’au début, on ne comprend pas immédiatement ce qui se passe à l’écran. Une vue à la totale verticale du dessus n’est clairement pas banale, quelque soit l’époque. Dans les  années 90, ce genre de jeu à la troisième personne opte plutôt pour de la 2D isométrique. Mais alors d’où vient cette idée ?

Comme l’explique David Jones chez Gamasutra, l’inspiration principale de la “vue GTA” provient des vidéo de poursuites bandits-flics aux États-Unis, filmées par les hélicoptères de la presse, en vue du dessus donc. Cela explique également le titre initial du projet: Race-n-Chase. Toute la force de cette vue, au delà de la retranscription des course-poursuites, c’est de permettre une vraie fluidité dans un environnement vaste et détaillé, tout particulièrement en milieu urbain, ce que ne permet pas la 2D isométrique, en tout cas pas aux mêmes coûts. L’autre idée majeure, c’est évidemment de laisser une totale liberté au joueur au sein de cet environnement.

Les mythiques colonies de vacances. Et vous, vous les appeliez comment ?

Les mythiques "colonies de vacances". Et vous, vous les appeliez comment ?

Hormis sa vue du dessus et sa liberté, mon souvenir de GTA se limite aux multiples tueries gratuites, poursuites avec les flics, rampage de “colonies de vacances” (oui, chacun a donné son petit nom à cette file de gars en orange) et quelques missions via cabine téléphonique. Aucun souvenir d’une quelconque histoire, de cinématiques ou de missions scénarisées. Et pour cause, ce premier GTA n’en propose pas. En faite, le jeu se résume à une simple succession de niveaux dans lesquels il faut obtenir un certain nombre de points en commettant un maximum de crimes. L’occasion de visiter trois villes : Liberty City, Vice City et San Andreas (uniquement inspirée de San Francisco). Tiens tiens.

Ainsi, ce premier GTA incite à la violence gratuite, c’est même l’objectif principal du jeu. Heureusement qu’à l’époque, la médiatisation était moindre et le graphisme relativement abstrait, car je ne suis pas certain qu’un tel concept pourrait encore exister en toute impunité de nos jours. Enfin, “en toute impunité” est un poil exagéré, car ce premier GTA a tout de même suscité pas mal de polémique. Mais ce fut en faite sa principale pub et la source d’une bonne partie de son succès. Comme le dis David Jones: “It was a clever marketing campaign that did its job”. Tu l’as dis l’ami. Parce que bon, au delà de ça, on ne peut pas dire que le jeu soit extraordinaire techniquement, ou même dans son gameplay. Nous sommes quand même fin 1997, à peine un an avant Half Life.

Enfin, pour ceux qui penseraient que les épisodes de GTA IV inaugurent le contenu additionnel dans la série, détrompez vous. Ce premier GTA bénéficie de packs de missions supplémentaires, et dans une nouvelle ville s’il vous plaît. Mieux encore, une ville non-américaine, Londres, ce qui est encore inédit à l’heure actuel. Ainsi, la City s’ouvre aux criminels à travers deux packs de missions basés respectivement en 1969 et 1961. Le premier fut porté sur Playstation et c’est le principal souvenir que j’en garde : mon premier GTA sur console. Pas grand chose à noter au delà de ça, c’est vraiment du pure GTA premier du nom. Ah si, je me souviens bien des cab (taxi) noirs anglais, et d’un coup je me dis qu’un nouveau Grand Theft Auto dans la capitale anglaise, ou dans tout autre ville européenne, serait plutôt cool.

GTA 2 : l’épisode à part

GTA Advance sur GBA, dernier GTA en 2d vue du dessus (2004).

GTA Advance sur GBA, dernier GTA en 2D du dessus (2004).

Autant aller droit au but, GTA 2, sorti en 1999, n’est en rien une révolution par rapport au premier, rien à voir avec le fossé technique entre le III et le IV par exemple, et je ne parle même pas du passage en 3D. GTA 2 est toujours en vue du dessus, avec quelques améliorations graphiques, mais rien de transcendant. D’autre part, il ne se déroule pas dans une ville emblématique de la série, puisqu’à défaut d’avoir un nom, cette dernière est couramment appelée “Anywhere, USA”. Encore plus atypique, la cinématique d’intro est en vraies images de la vraie vie (version complète). Vraiment, ce GTA est un peu un part.

Malgré tout, cet épisode est le premier à s’intéresser au héros en lui donnant un nom : Claude Speed, ça ne s’invente pas. Et puis GTA 2 me fait immédiatement penser aux gangs et aux missions via cabines téléphoniques, ce qui est justement tout le cœur du jeu. Il n’y a pas encore de vrai scénario, mais les missions s’enchainent avec les différents gangs, certaines ayant des répercussions sur d’autres. Plus anecdotique, c’est aussi le premier GTA a inclure le SWAT et l’armée au sein des forces de police, à proposer des trains et des missions annexes type chauffeur de taxi ou de bus, à ajouter des paquets cachés et des icônes “Kill Frenzy” invitant à tuer un maximum de gens dans le temps imparti avec une arme prédéfinie.

Enfin et comme tout GTA qui se respecte, ce deuxième épisode propose ce qu’il faut de politiquement incorrecte. Citons par exemple la possibilité de sauvegarder dans une église pour $50 000, une voix annonçant alors “Hallelujah! Another soul saved!”. Au contraire, un manque de cash provoque le message “Damnation! No donation, no salvation!”. Mais bien pire que ça, il y a une mission que je n’ai pas oublié malgré ma mémoire courte, ahurissante de mauvais goût et donc forcément jouissive. Comme pour GTA 1, pas sûr que ça passerait aujourd’hui en belle 3D, jugez par vous même :

YouTube Preview Image

A noter que ces deux premiers GTA sont disponibles gratuitement et officiellement sur un site dédié. Je n’ai réussi à télécharger que GTA 2, mais il tourne très bien sur mon Windows XP. Si vous êtes fan des oldies, aucune raison de se priver, d’autant que cette version PC est l’originale, pas la version Playstation tronquée dans tous les sens (pas de voix durant les sauvegardes et de train utilisables, les innocents passagers remplacés par des  méchants membres de gangs dans la vidéo ci-dessus).

A demain pour GTA III.

Tags: , , ,

44 commentaires pour “Grand Theft Auto : la période 2D (1/5)”

  1. bloodyhenry dit :

    Sympa l’article !

    Mais quelle mission de barge, vraiment il n’y a que gta pour faire ça.

  2. epsylon dit :

    Les gars en orange pour moi c’était des groupes de joggers.
    Que de souvenirs sur le GTA 1. Il y avait les missions des voitures téléguidées, les tanks cachés (durs à trouver), la mission “Speed” (conduire un bus à 50mph mini sinon il explose), et tant d’autres… On retrouvera d’ailleurs des gangs et des personnages dans les GTA suivants : “El Burro”, les triades chinoises, le gang des rastas (qui était bien hardcore dans la ville 3 de GTA1).
    Le 2 aussi était une vraie tuerie (d’ailleurs je suis pas d’accord quand tu dis que l’amélioration graphique est légère, pour moi y’a pas photo, le 1 piquait quand meme les yeux alors que le 2 etait super beau, lissé et fluide). Y’avait vraiment des trucs géniaux dedans, par exemple le principe des 3 gangs avec la réputation. Y’avait des bonnes missions d’ailleurs, notamment celle du taxi téléguidé (chez le gangs des scientifiques) dans la ville 2, ou celle du camion de pompier “lance-flammes”…
    Ah et pour l’anecdote tu as oublié de préciser que l’endroit de sauvegarde dans le 2 était une église avec un gros panneau lumineux dehors “Jesus SAVES !”.

    Les 2 avaient une super ambiance et ça reste des jeux qui ont marqué ma jeunesse :-). D’ailleurs j’ai aimé le 3, mais pour d’autres raisons, et je trouve qu’on a quand même perdu au passage à la 3D. Notamment, dans le 1 et 2, il fallait parfois trouver des passages “secrets” bien chiadés pour accéder à certaines zones (un peu à la façon des labyrinthes 2D auxquels on jouait quand on lisait encore “Picsou Mag”). Y’avait aucune carte ni aucun plan, il fallait connaître par coeur les coins secrets, les emplacements d’armes, etc…

  3. ici dit :

    bon article.

    ma modeste contribution: GTA2 gratuitement téléchargeable (voir fin de l’ article) est multijoueur (et c’ est vraiment fun GTA2 en multi).

  4. epsylon dit :

    Ah oui, GTA2 en multi, c’est excellent.

  5. Orox dit :

    Pour moi c’était des scouts.

  6. JiHeM dit :

    Les gars en orange c’est une bande de bonzes style Hare Krishna, d’où le “Gouranga !” quand tu les écrases tous à la chaîne.

  7. moumou dit :

    “No! I don’t wanna be your hot dog !”
    J’ai ri

  8. KaB dit :

    Aha c’est vraiment trop trash !!

    gta 2 en multi c’est un genre de mode libre ? ou il y a d’autres modes de jeux un peu plus classiques ?

  9. Nerro dit :

    D’ailleurs quelqu’un arrive à faire tourner GTA 2 sous Win7 ?

  10. Naudec dit :

    Bon c’est vrai je suis un peu sévère avec les graphismes du 2, mais ça reste de la vue du dessus. C’est ce que je sous-entend, ça a beau être plus fin et fluide, c’est quand même sorti en 1999 alors que la 3D était la grosse révolution du moment. Rétrospectivement il valait certainement mieux un bon GTA 2D qu’un mauvais 3D sorti trop rapidement, mais à l’époque c’était un peu décevant quand même.

  11. Arnault dit :

    Bon article.

    J’ai essayé de télécharger les jeux sur Rockstar classic il y a trois jours, mais après avoir rempli le formulaire pour les deux jeux, ça me renvoie à la page sans message de confirmation, et je n’ai reçu aucun e-mail… Comment vous y prenez-vous ?

  12. Orifist dit :

    Que de souvenirs ! C’est surement pour moi aussi, les jeux sur lesquels j’ai passé le plus de temps, notamment le 2 et le 4. Je trouve également qu’à l’arrivé du 3, le second degré et l’humour trash se sont un peu estompés au profit du réalisme mais Rockstar nous réserve quand même à chaque épisode de bonne petites missions bien funs (faire parler un mec accroché sur le capot de la voiture dans San Andreas par exemple).
    Chaque épisode à son identité propre tout en gardant l’esprit GTA, je pense que c’est là qu’est la force de cette série.
    Très bon article en tout cas.
    PS: Je viens de remarquer que le premier lien des thèmes musicaux me fait un peu penser à une musique de l’épisode sur DS : Chinatown Wars

    EDIT: Haha, je viens de regarder la version longue de l’intro de GTA2 (version playstation ?), j’étais persuadé que le tueur à gages (qui a marqué mon esprit d’ado à l’époque) jouait au billard lorsque le mec de Zaibatsu le contacte, mais on voit en fait dans cette version que c’est simplement un technicien de surface qui fait briller les couloirs, grosse désillusion :(

  13. dafunk dit :

    Je me rappel d’un mag Joystick avec un screen de GTA III en 3D qui basher bien le jeu. Genre “ça doit être tirer d’une cinématique connaissant ce jeux de merde”. Quelques mois plus tard y’avait 10 pages de preview ou ils en pouvaient plus.

  14. Douceur dit :

    Hum, c’est donc ça qui donne leur goût si particulier aux hot dogs américains…
    Autrement, très bon article, qui se lit d’une traite et qui nous fait attendre la suite.

    GTA est également ma série préférée, mais je n’y ai joué véritablement qu’après le passage à la 3D, fort réussi à l’époque d’ailleurs. Des GTA 1, 2 et London, je n’en ai que quelques souvenirs sur le PC du cousin, en train d’écraser tout le monde et d’essayer de maîtriser cette vue du dessus.

    Ah, et pour moi également les mecs en orange étaient des joggers.

  15. UnF dit :

    dafunk : Je me souviens, GTA2 a carrément été un “test bref” dans Joystick. Dès lors, n’y connaissant rien, ça ne m’a ni donné envie d’y jouer ni proposé une bonne image de la série. Et quand le 3 est sorti, son excellence en était d’autant plus flagrante qu’on ne l’attendait pas du tout. Quand au 4, c’est tout simplement du génie.

  16. mouito dit :

    “C’est ce que je me suis dis en voyant GTA pour la première fois. Il est vrai qu’au début, on ne comprend pas immédiatement ce qui se passe à l’écran. Une vue à la totale verticale du dessus n’est clairement pas banale, quelque soit l’époque. Dans les années 90, ce genre de jeu à la troisième personne opte plutôt pour de la 2D isométrique. Mais alors d’où vient cette idée ?”

    Euh Chicago 90 sur amiga exploite déjà cette vue sur le dessus non?
    http://www.youtube.com/watch?v=hpqYHR3zI1M

    Sinon je me rappellerais toujours du pont dans le 1, j’ai passé pas mal de temps à le sauter
    Les gars en orange ne sont pas des prisonniers?

  17. epsylon dit :

    Oui le pont dans le 1, il fallait une voiture bien rapide pour le passer. D’ailleurs grosse déception dans le 3, où au début du jeu, le pont est fermé et insautable…

  18. TiF dit :

    A propos de GTA pour ceux que ça intéresse : Chinatown Wars vient de sortir sur iPhone.

  19. Chaka dit :

    Dans mes souvenirs, on pouvait faire des missions d’un coté ou l’autre selon le clan pour qui on y jouait, ma mémoire est bonne ? Je pense que pour une autre triade on devait attaquer le camion de hot dog justement, au lieu d’être à l’intérieur.
    .

    Orox a dit :

    Pour moi c’était des scouts.

    Ou alors il y avait d’autres enfants. En tous cas j’étais certain d’écraser des gosses.

  20. Nolog dit :

    Que de souvenirs, j’avais passé des heures sur le 2 !

  21. Anahkiasen dit :

    Dire que le 2 n’apporte rien c’est oublier une bonne partie du jeu quand même. Certes graphiquement le bon n’était pas énorme (même si les jeux de lumière et cycles jour/nuit apportaient pas mal) mais niveau jeu il y avait plein de trucs en plus. Rien que le système de relations entre les gangs, les missions annexes, la radio, le fait de pouvoir sauvegarder, les bonus etc. Plein de choses qui ont été reprises dans GTA3 et qui font que ce dernier est ce qu’il est.

  22. dbbg dit :

    Histoire de ne pas être original, j’ai bien trouvé sympa comme article. Sinon pour gta 1 et 2, ils semblent qu’il soit dispo dans le rockstar collection pack mais après, j’ai pas essayé de le faire tourner sur win 7.

    Par contre, à l’époque, il me semble que ces jeux ont été demontés par la critique. Je me rappelle d’un article sur playstation mag qui n’y allait pas de main morte (et c’est ce qui m’avait refroidi). Enfin là, ça me donne bien envie d’essayer.

  23. Caroline dit :

    Moi je me souviens surtout du cd de démo officiel du magazine playstation : j’ai joué en boucle à cette démo avant d’enfin acheter le jeu.

    Sinon, c’était des krishna, pas des joggers (ils scandaient leur chant tout le temps).

    L’un des easter eggs cachés dans ce jeu est maintenant le célèbre bonus “Gouranga”, donné pour avoir tué rapidement un groupe entier de moines Hare Krishna.

  24. Caroline dit :

    The word GOURANGA appears in the original GTA after you run over an entire line of Hare Krishnas at a high rate of speed. I first did this totally by mistake, but soon after it became somewhat of a mission to try and run over them every time I played. I have received a few messages regarding this but DMA’s translation of the word is “be happy.” I also received the following from Brian over at DMA that may shed some more light on why GOURANGA! appears in GTA:

    I noticed this morning that you were a pondering and having a bit of a strokey beard think about the origins of the word ‘Gouranga’.

    If you ever bump into a Krishna in the street (and here in temperate Scotland they tend to wear anoraks over their robes) they tend to hand out badges or stickers saying “Call out Gouranga - Be Happy”

    What could possibly make you happier than calling out ‘Gouranga!’ as you plough through 7 or 8 of the buggers eh?

    I’ve also been informed by numerous people that there are GOURANGA! signs and graffiti in various parts of the UK. I’m not really sure who uses the word outside of the Hare Krishna and GTA population. I’d like to think that is associated with my site but I doubt it :).

  25. Mouctoupi dit :

    “Les mythiques “colonies de vacances”. Et vous, vous les appeliez comment ?”

    Les moines tibétains…

  26. HeeRo_Pouet dit :

    “Les mythiques “colonies de vacances”. Et vous, vous les appeliez comment ?”

    Les “wouwous” !

  27. JiHeM dit :

    Caroline > C’est exactement ce que je dis plus haut :)

  28. Erkin dit :

    Ce sont les deux GTA qui m’ont le plus amusé, j’ai lâché la série à partir du 3.

    A l’époque, le 2 fut pour moi une très grande évolution par rapport au 1.
    Je n’avais que 13 ans lors de sa sortie et j’ai envoyé ma mère l’acheter pour moi de peur qu’ils refusent de me le vendre (TF1 inondait déjà la TV de sa propagande anti jv). Je me revois encore caché derrière un poteau des galeries marchandes en observant méticuleusement chaque pas de ma mère dans le Micromania.

  29. Dyblast dit :

    Bon a quand un multi de GTA2 sur weplay? :D

  30. Antipathique dit :

    Comment on fait pour jouer en multi ?

    Moi je disais que c’était une secte.

  31. Caroline dit :

    JiHeM a dit :
    Caroline > C’est exactement ce que je dis plus haut :)

    oui oui, je spécifiais :)

  32. Arnault dit :

    moumou a dit :
    “No! I don’t wanna be your hot dog !”

    Punaise je n’ai même pas fait le rapprochement en mattant la vidéo ! Arf.

  33. UnF dit :

    Ca donne envie d’essayer les 2 premiers volets. En fait la presse JV avait beaucoup influencé son monde à l’époque en disant que c’était nul, mais visiblement selon vos commentaires c’est sympa et il y a le côté old-school qui renforce l’intérêt. Un peu comme si on joue à Elder Scrolls : Arena seulement après avoir joué à Oblivion ou Morrowind, et qu’on s’émerveille devant le nombre d’idées déjà présentes même si le jeu est ancien. Ca relativise un peu !

  34. Noodle dit :

    (A mon avis) Le 2 avait la meilleure ambiance de toute la série. Je m’y suis amusé un nombre incalculable d’heures en imaginant mes propres “missions”, et mon QG fictif c’était les barraques en bois des Rednecks au nord. J’étais super jeune mais c’est pas un truc que je faisais avec GTA1 ou GTA3.

    J’ai adoré l’ambiance de San Andreas, j’adorais les films genre 187, Menace II Society ou Boyz n’ the Hood à l’époque. Et putain que la ville était grande. Un plaisir de traverser le désert en Harley (on pouvait se faire plusieurs films avec ce GTA). :)

    Sinon mon préféré reste le 4 qu’est magnifique, on peut pas vraiment repasser aux autres après celui-ci. Mais les missions sont moins fun.

  35. HolyOne dit :

    Haha, je croyais être le seul sur terre à avoir joué aux GTA 2D!

  36. Lyerang dit :

    Pour moi ces gars en orange c’était des prisonniers aussi.

  37. Mysterius dit :

    Les musiques que tu as mises en lien ne valent pas ce délicieux moment musical! http://www.youtube.com/watch?v=xOxB55gIMgo
    Les joueurs de GTA 1 devraient se souvenir :D.

  38. Thermostat dit :

    Noodle a dit :
    (A mon avis) Le 2 avait la meilleure ambiance de toute la série. Je m’y suis amusé un nombre incalculable d’heures en imaginant mes propres “missions”, et mon QG fictif c’était les barraques en bois des Rednecks au nord. J’étais super jeune mais c’est pas un truc que je faisais avec GTA1 ou GTA3.

    C’est peut être pour ca qu’il avait la meilleure ambiance.

  39. Frans dit :

    Excellent article, surtout que comme tu dis, ne pas tomber dans les lieux communs avec GTA est difficile.

    GTA 1 et GTA 2 sont de très bons souvenirs, je me souviens avoir joué en premier au 2 chez un correspondant allemand en me disant “c’est quoi ce jeu de malade ?”.

    Le jeu a été critiqué pour sa violence gratuite et ses graphismes à la ramasse, mais vu le fun qui en ressort aujourd’hui encore, ca prouve que c’était quand même de bons softs. Mais bon à l’époque il n’y avait pas encore la mode oldies et les mags préféraient la 3D dégueulasse de la PSone.

    Le 3 et ses add-on/suites représente pour moi le point culminant de la série, alliant le fun des épisodes 2D à la magie de la 3D. D’ailleurs les GTA PS2 ont aussi été beaucoup critiqués pour leurs graphismes ce qui est stupide étant donné l’immensité des villes et la variété des actions à accomplir.

    Bizarrement alors que le 4 est celui qui fait le plus l’unanimité, c’est celui qui m’a laissé la moins bonne impression. La faute à un réalisme qui rend le jeu parfois chiant. Une sorte de The Getaway réussi… Les missions sont peu variées, et fort de son nouveau système de gunfight réussi, Rockstar abuse un peu des fusillades répétitives.

  40. Mysterius dit :

    Toutes les musiques de radio ici : http://www.youtube.com/user/hubelt#p/u

  41. DDF dit :

    Excellent article.

    J’ai toujours cru que les persos alignés à écraser était des gosses car il me semble qu’ils rentrent dans un car jaune dès fois de type “school car”.

    L’histoire des moins semble vrai, sur Urban dictionnary :
    http://www.urbandictionary.com/define.php?term=gouranga

    Gouranga :
    “is a word that is used by Hare Crishna monks meaning be happy!”

    “In Grand Theft Auto I, six Hare Krishna pedestrians roamed the streets chanting. If you killed all of them simultaneously you would get bonus points and the game would proclaim, “Gouranga!”
    Dude, get a Beast GTS, it makes it easier to get gouranga.”

    :D

  42. Crampi dit :

    Je me souviens que j’étais aller à Surcouf avec ma mère (j’avais 11 ans) pour acheter GTA 1. Dans les premières missions il fallait faire sauter un commissariat avec un camion citerne. A l’époque tu m’étonnes que ça a fait scandale.

    GTA 2 en multi c’est des missions ou du “mode libre” ?

  43. Naudec dit :

    “Its buggy and unoptimized multiplayer support, a feature not broadly known, was intended for low latency LAN games of 2 to 6 players. Multiplayer modes are: Deathmatch, Team Deathmatch, Tag, Race. Though often unplayable because of lag, it is possible to connect over the internet. A third-party client created by GTAMP simplifies this process and helps find other players.”

    D’après Wikipédia, moi je n’y ai pas joué en multi à l’époque, je n’ai pas essayé non plus en le re-testant.

  44. Raconte moi une histoire » Bully : les chiens mangent les chiens dit :

    [...] est, en ajoutant les studios Rockstar déjà abordés dans mes précédents articles (North, Leeds et San Diego) ainsi que Rockstar London (Manhunt 2), nous avons fait le tour des principaux [...]

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte sur WeFrag, connectez-vous pour publier un commentaire.

Vous pouvez, entre autres, utiliser les tags XHTML suivant :
<a href="" title="">...</a>,<b>...</b>,<blockquote cite="">...</blockquote>,<code>...</code>,<i>...</i>