BLOGUI BOULGA

*miam* le blog de Mawwic.

Archive pour la catégorie ‘[Pellicules] Ciné', pubs, courts...’

james-bond-skyfall-daniel-craig-0071

En dehors du film lui-même (qui m’a agréablement surpris), c’est la BO signée Thomas Newman qui a particulièrement retenu mon attention dans ce dernier Bond, de par sa variété et la manière dont elle s’éloigne des compositions traditionnelles du genre.
Et, assez étrangement, certains passages de cette bande-son (relativement courts, certes) m’ont semblé présenter pas mal de ressemblances avec les thèmes de certains jeux vidéo relativement récents.

Lire le reste de cet article »

[PUB] FAN DE BASKET OU NON…

Samedi 6 mars 2010

YouTube Preview Image YouTube Preview Image

… force est de constater que ces deux spots sont franchement bien foutus.
Ça me rappelle certains trucs de Nike - notamment la pub de Mann pour le football américain.

[OST AVATAR] COINCIDENCE? YOU DECIDE!

Mercredi 6 janvier 2010

Horner

“Hey guys”, c’est moi, James Horner !
Vous avez peut-être entendu une de mes magnifiques compositions dans des chefs d’œuvres du septième art comme Titanic, Deep Impact ou encore Chéri, j’ai rétréci les gosses. Lire le reste de cet article »

DISTRICT 9

Samedi 19 septembre 2009

district-9-photo12
Wow…
Depuis Sunshine, je ne me souviens pas avoir vu au cinéma un film de SF aussi poignant - où une ambiance pesante, limite désespérée, plane sur le film tout du long.
Lire le reste de cet article »

NOUS RESTERONS SUR TERRE

Vendredi 3 avril 2009

Mais pas dans la salle de cinéma, ça, c’est sûr !

Le principe est vachement conceptuel: le documentaire qui ne t’apprend rien.
Et qui te fait encore moins réfléchir.
Nan mais franchement, convoquer ainsi Gorbatchev ou encore Lovelock pour leur faire enfoncer des portes ouvertes…

Ah, les grands principes…
En attendant, on a surtout l’impression de se retrouver accoudé au comptoir du Bistrot des Marronniers, à la seule différence que les tronches de pochetrons auraient laissé place à des visages mondialement connus.
Ça a au moins l’avantage de flatter l’ego: d’un coup, on se sent aussi intelligent, si pas plus, que de supposées grandes têtes pensantes.

Lire le reste de cet article »

UN CHOUETTE COURT

Dimanche 1 mars 2009

Par Schweppes (’faut le savoir):

http://www.dailymotion.com/videox89l8g

Batman - Faulty Logic is Faulty

Mercredi 20 août 2008

Je suis allé voir The Dark Knight hier, et je dois dire que j’ai été surpris à plus d’un titre.
D’abord parce qu’en dépit des nombreuses discussions que j’ai pu lire à droite à gauche, et des trailers que j’avais pu visionner, le film était relativement différent de ce à quoi je m’attendais - notamment en ce qui concerne la relation Harvey Dent / Batman (Bruce Wayne).
Moi qui pensais que les trailers spoilaient à mort, je dois admettre qu’ils ont été monté de bien belle manière, afin de donner une image un tantinet différente (plus classique, plus attendue) du film final.

Par ailleurs, la manière dont sont montrés Batman et le Joker est nettement plus intéressante que dans Begins.
Ainsi le premier a des allures de justicier freelance un peu blasé - et fait davantage agent secret bossant en sous-marin pour le gouvernement que super héros (cf. la mission à Hong-Kong).
Et Heath Ledger donne au Joker une touche toute personnelle: là où celui de Nicholson était grandiloquent et spectaculaire, en bon chef des méchants, le sien avance davantage dans l’ombre, en petit rat sournois et obséquieux, seul face à la pègre qu’il essaie de convaincre.
Bref, un traitement "réaliste" qui réussit au film, contrairement à Begins.

Mais là où j’ai été extrêmement surpris, c’est au niveau de l’intrigue, a priori touffue, qui accumule les "plot holes" - ce que très peu de personnes ont mentionné jusqu’à présent.
Aussi, arrivé à un certain moment, j’ai commencé à me demander si l’intrigue n’était pas faussement complexe - et vraiment bancale.
On nous balance une multitude de plans et autres tentatives de manipulation dans l’espoir de donner l’impression que le film suit un enchaînement logique; mais en réalité, tout ça ne semble être là que pour donner une fausse allure de complexité au film, et mieux cacher les grosses ficelles et la morale à deux balles qui guident le film et finissent par ressurgir par endroits (comme quand les gentils prisonniers décident de ne pas faire sauter l’autre ferry, preuve que tout le monde à du bon en soi).
Autrement dit, tout ça sent fort la poudre aux yeux - car en y regardant de plus près, si on arrive malgré tout à reconstituer dans les grandes lignes la trame de l’histoire (comme sur la page Wikipedia), celle-ci n’en demeure pas moins très manichéenne globalement: Harvey Dent devient fou et méchant car le Joker a tué sa fiancée, mais ça ne justifie pas qu’il laisse ce dernier s’en tirer à bon compte avec un simple pile ou face et qu’il se contente de tuer les ripoux chez les flics. Etc.

Bref, c’est au niveau des micro-évènements que ça pèche, là où est censé se faire l’articulation ente les différents éléments de la trame scénaristique. Ça manque d’explications et de liens logiques (la supposée folie du Joker n’excuse pas tout).
Pourquoi le Joker cambriole-t-il une des banques de la pègre au début du film, alors qu’il compte se faire engager par elle ensuite ? Pour leur montrer de quoi il est capable ? On ne le sait pas, vu que ce n’est jamais mentionné après.
A quoi sert la balle reconstituée par Batman après analyse balistique, qui montre qu’elle a été chargée avec le pouce (par le Joker) ?
Pourquoi, si le plan final du Joker était de rendre fou Dent, essaie-t-il de le buter durant son transfert en taule ?
Gordon se fait passer pour mort pour attraper le Joker - or il est blessé (mortellement, pense-t-on) alors qu’il protège le maire, évènement qu’il ne pouvait pas prévoir. A-t-il donc décidé de mettre à profit cet évènement pour faire croire à sa mort ? On n’en sait rien, et le plan donne l’impression d’avoir été planifié bien avant.

Et c’est sans compter les facilités scénaristiques bien pratique pour faire avancer le scénario, voire caser des scènes spectaculaires, du genre:
Pourquoi, alors que la ville est complètement dégagée pour le transfert de Dent (c’est précisé par un des flics), le convoi choisit-il de s’enfoncer dans le tunnel (bien que l’un des mecs dise que ça va être un coupe gorge) plutôt que de prendre la voie en sens inverse (vide) qui n’est pas barrée par une carcasse en feu ?
Et comment le Joker pouvait-il prévoir qu’un hélico’ serait à la sortie du tunnel, et y placer des gars avec un grappin ?
Puisque les flics trouvent une coupure de journal annonçant l’attentat sur la personne du maire, pourquoi n’ont-ils pas purement et simplement annulé le défilé (dans cette rue pleine de fenêtres, pire que Dallas, qui plus est) ? Le maire a refusé et voulait faire le brave ? Ils espéraient chopper le Joker ? En profiter pour mettre en scène la mort de Gordon ? Là non plus, rien n’est dit.

La première scène du film est d’ailleurs emblématique de cette logique apparente, vite démontée quand on y pense: l’idée de dire aux mecs qui organisent le casse de se zigouiller les uns après les autres (pour qu’il ne reste que le Joker) semble plutôt futée, mais elle suppose qu’aucun de ces malfrats n’aura de soupçon lorsqu’il recevra un tel ordre; soupçons qui auraient d’ailleurs pu le pousser à comploter dans son coin (ou avec d’autres) pour éliminer davantage de membres de la bande et ainsi avoir une part encore plus grande.

Je ne trouve qu’un mot pour évoquer ce que je ressens après avoir vu ce film: la frustration.
Car le côté sombre du film marche enfin - lui donnant même parfois davantage des allures de film noir que de film de super-héros - mais il repose sur une logique de l’esbroufe, qui finit par attaquer la cohérence même des personnages: on nous présente tour à tour le Joker comme un type sans logique, puis ses "coups" dénotent une sacrée réflexion, qui en réalité s’effondre en partie quand on y réfléchit.
Qui sait: la mort de Ledger et les coupures imposés par le studio pour raccourcir le film sont peut-être responsables de cette confusion.
Mais j’en doute - j’y vois plutôt un film mal maîtrisé, qui part dans tous les sens, sans aller jusqu’au bout, ce qui l’empêche d’être crédible à bien des niveaux.
Et en l’état, j’ai un peu l’impression d’avoir été pris pour un con: non pas un type à qui on sert un scénario débile et ce sans aucun scrupule, mais un type auquel on essaie de faire prendre des lanternes pour des vessies.

[Photo] Andrzej Dragan

Jeudi 3 juillet 2008

(click me)

[Pub] VW

Jeudi 19 juin 2008

J’suis pas forcément un fan de la marque - mais purée, les mecs de DDB arrivent toujours à leur pondre des pubs bien senties…
Et ça fait bien 20 ans que ça dure.

Please enable Javascript and Flash to view this Flash video. Please enable Javascript and Flash to view this Flash video.

[Pub] N-Gage + court-métrage

Vendredi 16 mai 2008

Un site vraiment [surpuissant].
Entre la vidéo en stop motion qui est un bel hommage au jeu Snake, et les petits jeux en attendant que le site se charge (voire même en plein milieu du film)…

Et sinon, un court-métrage des mecs des Gobelins qui, contrairement à pas mal de prods’ d’écoles d’anim’, dispose d’un vrai scénar’ et d’une vraie mise en scène (ça sert pas qu’à en foutre plein la gueule, quoi) :

Please enable Javascript and Flash to view this Flash video.

Bonus : [pour ceux qui ne seraient pas déjà tombés dessus...]

[Fan Made] Batman - Arkham Asylum

Mercredi 30 avril 2008

Please enable Javascript and Flash to view this Flash video.

[Pub] Nike & Mann

Dimanche 16 septembre 2007

[Quand Mann accepte de reprendre pour Nike les codes sonores (BO) et visuels (mouvements de caméra, neige) d'un de ses films (Le Dernier des Mohicans)...]

Et bien ça donne une pub’ plutôt chouette, et en tout cas tellement bien filmée que même un type imperméable comme moi à tout jeu de ballon y est sensible (mais c’est sûrement mon côté cinéphile qui a été séduit par la référence).

[Créa' publicitaire] Reebok

Jeudi 23 août 2007

[Une pub' plutôt bien sentie.]

(To) The (Faithful) Departed

Vendredi 1 décembre 2006

C’est du lourd: vraiment bien filmé (sacré rythme, on s’ennuie pas une seule seconde), la photo’ est vraiment pas dégueux.
Les mecs jouent vraiment très très très bien - tout le monde, en fait, y compris les seconds couteaux (la psy’ en particulier).
Bien sûr, Nicholson tient le haut du pavé - mais Damon et Di Caprio, que je ne porte pourtant pas dans mon coeur, sont vraiment impeccables (ça me ferait presque mal au cul de le reconnaître, mais bon).

C’est nerveux, parfois violent - et la psychologie des personnages est vraiment bien foutue, sans pour autant qu’on cherche trop à la mettre en avant.
On n’explique pas spécialement leurs états d’âme - mais par contre, on les ressent, on les prend même en pleine gueule (bref, ce n’est pas un de ces films américains bavards avides de commentaires, Dieu merci).
P’t'être pour ça que qu’en sortant de la salle, l’ambiance est un peu plombée - bien davantage qu’à la fin de n’importe quel polar classique.

Le scénar’, copie directe d’Infernal Affairs, fournit un bon matériau de base pour développer les relations des persos’ tout ça.
Et il est bardés de trahisons, et autres retournements de situation, comme il se doit.

Voilà; mangez-en, c’est vraiment du très bon polar - et c’est sans comparaison avec l’original, bien plus chiant (enfin, moi, ce que j’en dis).

Ah, si: petite mention spéciale pour la B.O., pas mal du tout.

Rachel, Deckard, Adam & Eve.

Mercredi 8 novembre 2006

A l’occasion de la réédition de la "Director’s Cut" de Blade Runner en DVD, remastérisé de bien belle manière pour l’occasion (il était temps !), voici un petit article sur lequel j’étais tombé il y’a quelques temps, et qui établit un parallèle entre Blade Runner et le texte de La Genèse.

"Food for thoughts", comme on dit.

C’est loin d’être absurde, même si ce n’est bien sûr qu’une des nombreuses visions possibles, ce film se prêtant tout particulièrement aux interprétations diverses et variés.

Photo Urbaine

Dimanche 8 octobre 2006

Ces mecs en imposent: Lars P. Mathiassen et Sato SHINTARO.

“Ultimes” photos…

Mercredi 20 septembre 2006

Et voilà: quasiment trois nouvelles séries coup sur coup, fruits de mes périples estivaux.
Pas "quasiment", en fait: "trois nouvelles séries", ni plus ni moins.

Comme je le précise en bas du billet intitulé "Last Round", je prends une pause, pour quelques temps: je commence à avoir la désagréable sensation de ne plus me renouveler et, de fait, de glisser lentement (mais sûrement, comme le veut l’adage) vers la routine, la répétition, et donc les trucs plan-plans…

Alors autant s’arrêter là, presque au "sommet" de ma forme si je puis dire (ce n’est pas tout à fait vrai en plus, mais passons), avant qu’il ne soit trop tard.

Pour autant, tout n’est pas fini: certaines voies m’intéressent tout particulièrement (portraits, scènes du quotidien etc.), et j’aimerais pouvoir m’y essayer.
Seulement, elles ne me sont pas si facilement acessibles, semble-t-il: jusque là, tout ce que j’ai appris, je l’ai découvert par moi-même, sur le tas, agissant d’abord par "feeling" et par intuition(s), et sans réelles influences d’autres photographes ni d’autres modèles extérieurs (ce qui ne veut pas pour autant dire que je n’ai pas été amené à refaire des choses déjà vues - juste que ce n’était pas conscient).
C’était en partie volontaire: je ne voulais pas risquer d’être "influencé" - même si, bien évidemment, ça ne veut absolument pas dire que, par conséquent, je donnais nécessairement dans l’originalité (loin de là).

Mais il semble qu’arrivé un certain point, tout cela ne suffise plus.

Je pourrais me contenter d’en rester là; mais comme je suis un sale égocentrique, j’ai bien l’intention de bosser un peu là-dessus, en potassant divers bouquins, en me documentant, et en plongeant (un peu) plus en détails dans tout ce qui est purement technique - mine de rien, il me reste encore pas mal de choses à découvrir sur mon appareil et les réglages photos’ en général, je pense.

Bien sûr, comme tout cela doit avant tout être plaisant, je vais très certainement prendre mon temps, traîner etc.
Je me connais - encore heureux.
Rien ne se passera pendant des lustres et puis un jour, comme lorsque je me suis lancé dans la photo’, tout ce que j’aurai accumulé de manière plus ou moins consciente fera sens et il en émergera un tout cohérent qui me donnera de nouvelles pistes à explorer.
En tout cas, je l’espère.

Mais comme j’ai mon ego, je ne dévoilerai probablement rien que je ne juge un tantinet novateur (par rapport à ce que je faisais précédemment, j’entends) et abouti.
Aussi, avant que de nombreux essais n’émerge un "produit fini", ça risque de prendre du temps.

Et comme il ne faut jamais dire jamais, je n’exclue cependant pas totalement de refaire (et de diffuser) une ou deux photos "comme avant" durant cette période de recherche: on ne sait jamais, des fois que je flashe sur un cadre ou que sais-je, ce serait con de me priver sous prétexte d’une acèse artistique.

D’ici là, profitez-bien de ces derniers clichés.

Enjoy ! comme on dit, et merci à ceux qui m’ont suivi.

PS: et au passage, il n’est pas trop tard pour apporter votre contribution au billet situé quelques lignes en dessous, j’ai nommé "Et vous, vous écrivez d’où ?".
Vos chambres nous intéressent, bande de g33ks !

… et me faire de la pub gratis au passage: le Blob s’est enrichi de nouvelles photos, toujours dans la rubrique Pellicule(s).

Voilà.

Le Blob gagne en pellicules.

Dimanche 22 janvier 2006

Ici même.

Vu avez déjà vu un blob en photo ?

Vendredi 6 janvier 2006

Moi non plus.
Mais ça doit être dégueulasse, à n’en point douter.

En attendant, je vous propose de mater les quelques photos qui ont échoué sur le Blob.