BLOGUI BOULGA

*miam* le blog de Mawwic.

DISTRICT 9

district-9-photo12
Wow…
Depuis Sunshine, je ne me souviens pas avoir vu au cinéma un film de SF aussi poignant - où une ambiance pesante, limite désespérée, plane sur le film tout du long.

J’imagine que c’est en partie du au personnage principal - un bon gars, un peu beauf sur les bords et Afrikaner de surcroît - particulièrement bien écrit et campé.
Ça change des protagonistes habituels, aux réactions héroïques, altruistes et prévisibles.
Aussi, on se surprend parfois même à se demander ce qui va lui arriver - tellement il n’est pas toujours évident qu’il survive, ou agisse comme le voudrait le code des héros.
Ce côté insaisissable et imprévisible rend alors d’autant plus palpable la situation de stress extrême dans laquelle il se trouve.
La même remarque vaut d’ailleurs pour les extra-terrestres, qui restent en grande partie imperméables à toute compréhension poussée.
Associé au traitement réaliste, type documentaire, cela permet au spectateur d’entrer dans cet univers d’une manière rafraichissante pour un film du genre, en s’en sentant proche bien plus facilement.

Et puis il y a la réalisation.
Je ne vais pas m’attarder sur l’esthétique: il suffit de mater les trailers pour voir que la direction artistique est impeccable.
Ça m’a d’ailleurs un peu rappelé certains univers à la Valve, par endroits (City 17 pour l’environnement mi-délabré mi-high-tech; les ET qui ressemblent à des Vortigaunts et parlent comme des Combines; les robots qui ressemblent à Dog; le Gravity Gun; un flingue qui ressemble à celui de Portal etc.).
Et je suis convaincu qu’avec un budget plus important (le film a coûté 30 millions de $), ça n’aurait sans doute pas été aussi réussi.
“L’art nait de contraintes”, disait l’autre.

Non, côté réal’, ce qui m’a surtout marqué, c’est le mélange des genres: le film emprunte bien sûr aux documentaires et autres reportages; mais on sent aussi distinctement par endroits l’influence du film de genre (dont le film d’horreur, avec un petit côté Cronenberg - j’en dis pas plus mais ceux qui ont vu le film comprendront).
Et tout ça se marrie adroitement pour tenir le spectateur en haleine jusqu’au générique, en dépit d’un scénario pourtant assez convenu dans le fond.
Neill Blomkamp fait ainsi montre d’un sacré talent et d’une patte toute personnelle, en donnant - grâce à son traitement - une épaisseur inattendue à scénar’ un qui aurait du donner lieu à un nième blockbuster à l’hollywoodienne.

J’espère simplement que l’appât du gain des studios ne les conduira pas à donner une suite au film, malgré sa fin légèrement ouverte - qui se suffit à elle-même et amène la touche finale à un tableau déprimant.

Tout ça pour dire: allez le voir.
L’originalité de ce film mérite d’être récompensée.

Bonus:

Alive in Joburg, le court de Blokamp qui a servi de proto’ à District 9

YouTube Preview Image

Un extrait de la BO laconique, qui fonctionne vachement bien avec le film:

YouTube Preview Image

68 commentaires pour “DISTRICT 9”

  1. divide dit :

    Et avant Alive in Joburg, il avait fait ce court métrage, Tetra Vaal, tout à fait dans le même sujet:
    http://www.youtube.com/watch?v=snfc_wNWqSU&hl=fr

  2. Mawwic dit :

    Pas mal - merci !
    Effectivement, même univers, même ambiance, même musique.

    Et c’est marrant comme le robot ressemble à celui d’Appleseed (après le côté “half-life-deuesque” de certains éléments de District 9).
    Ce mec est définitivement un geek :).

  3. De Gama dit :

    Mouais, j’ai trouvé le tout bourré de bonnes idées et original pour un film (on prend conscience que le cinéma SF dans son ensemble est vraiment pauvre, d’ailleurs).

    Par contre je trouve dommage que l’action y prenne autant de place. Ça rend le film plus banal, plus chiant aussi - paradoxalement - ça en fait un film SF plus classique. Mais c’est un début, et si ça pouvait inspirer certains investisseurs…

  4. Mawwic dit :

    A la vue du trailer, j’avais peur que ce soit bien plus action que ça.
    Je trouve le dosage plutôt réussi sur ce point.

  5. wolfreim dit :

    D’après ce que j’ai compris, en cas de succès il y aura un suite au film. Rappelle toi d’ailleurs ce que dit Christopher au héros à la fin du film. C’est loin d’être terminé.

    District 9 est LE film SF de l’année, la grosse suprise 2009, mon gros coup de coeur avec un réalisation dotée d’une narration mi-cam à l’épaule (du point de vue du reporter qui filme), mi classique qui arrive à nous raconter une histoire d’extra terrestre enfin originale et loin des poncifs débiles hollywoodiens d’un vaisseau alien débarquant au dessus de Washington ou New York. Le traitement des aliens (qui peuvent aussi commettre des actes délinquances et des meurtres) est bien pensé, pas manichéen pour un sou et la façon dont la MNU traite ces réfugiés est absolument aberrante de réalisme.

    Mention spéciale à l’acteur Sharlto Copley qui malgré son côté candide des premiers instants est vraiment convaincant, doué (l’impro permise par le réal et l’acteur, qui est un collaborateur de longue date de Neill Blonkamp, y est aussi pour beaucoup) et arrive à nous impliquer dans cette histoire sans jouer un super héros hollywoodiens lisses et inintéressants. Les SFX se fondent parfaitement dans l’image, limite le nombre de scènes avec les Aliens est assez impressionnant, alors que je m’attendais personnellement à une petite prod.

    Je ne sais pas si Neill Blonkamp aurait pu faire quelque chose d’Halo par contre on pense inévitablement à la possibilité de transposer Half life au cinéma. Visuellement ça donnera peut être quelque chose, mais il est aussi possible qu’il manque toujours ce fond, ce propos (la ségrégation raciale en Afrique du sud à l’époque de l’apartheid) que l’on ressent fortement dans District 9 et qui fait que ce dernier se classe bien au dessus des blockbuster d’été classiques.

  6. Noodle dit :

    Pour moi ce film est ma meilleure surprise cinéma depuis trèèès lontemps, et dans mon top 5 des flims 2009.

    SPOILER SPOILER:
    tu dis : “et amène la touche finale à un tableau déprimant.
    mais c’est justement un putain d’espoir la fin du film pour le héros et les aliens, non? le mec va pouvoir être sauvé dans 3 ans alors qu’il était condammé à rester un ET et en plus on comprend qu’il garde sa mentalité d’avant la transformation, et on peut penser que quand le daron alien va revenir il le fera avec du back-up et du fuel pour enfin ramener ses confrères au bercail et pas les laisser pourrir au milieu du trou du cul du monde

    (ou alors vengeance des aliens > guerre des mondes, District 9 2, fail)

  7. wolfreim dit :

    SPOILERS

    @ Noodle:

    D’apprès les propos de Blonkamp, l’alien de la fin (Christopher), on peut le considérer une sorte de …Mandela.

    SPOILERS

  8. Anahkiasen dit :

    S’il y a une suite j’espère que ça sera plutôt un District 10 tout aussi froid et réaliste plutôt qu’un District 9 2 : THE WAR poum poum all hail america, ce qui serait peu probable tout de même.

  9. Mawwic dit :

    /!\ COMMENTAIRE BOURRE DE SPOILERS /!\

    @Noodle et Wolfreim: l’autre à beau dire qu’il reviendra, rien n’indique qu’il le fera (il peut avoir des pépins tout ça… en 3 ans, il peut s’en passer des choses).
    Et même si l’ami Wikus semble avoir conservé des traces de son passé d’humain - d’où les objets qu’ils confectionne - rien n’indique que pour autant il est resté totalement le même dans sa tête, et que la transformation désormais achevée est encore réversible.

    Je vois plus ça comme une métamorphose complète - physique et psychique - à la Kafka (d’où le côté un peu Cronenberg, avec La Mouche) que comme une simple mutation morphologique. Ça se voit d’ailleurs dans la personnalité de Wikus, qui change aussi au fur et à mesure que son corps évolue.
    Aussi donc, pour moi, la crevette qu’on voit à la fin a des réminiscences de son passé en tant que Wikus - mais rien n’indique que sa personnalité n’ait pas été affectée, et que sorti de ça, il reste quelque chose du Wikus humain.

    Et c’est justement ce qui rend le film encore plus déprimant: il n’est pas tout à fait mort; pas tout à fait vivant non plus - et probablement au delà du stade de toute rédemption.
    Comme dans La Mouche.

    Quant à la métaphore de l’apartheid, plus j’y pense, et moins je trouve que c’est un éléments central et moteur.
    Ça permet de donner plus facilement au film un ton spécifique et un traitement assez proche de réalités qu’on connaît, mais c’est loin d’être le cœur du truc.
    Wikus et ce qui lui arrive sont davantage au cœur du film que le traitement réservé aux aliens (qui eux-même ne sont pas tout blancs, comme on a pu le voir).
    En tout cas, ce n’est pas un film à thèse.

  10. jiminy-billy-bob dit :

    A la comic-con, Jackson a dit qu’il était de plus en plus dégouté par Hollywood et qu’il essaie de s’en détacher. Sachant que Blomkamp est plus ou moins son protégé, c’est normal que D9 soit très loin des blockbusters habituels, et s’il y a une suite ce sera certainement dans la lignée.
    Le réal a d’ailleurs déclaré qu’il a laissé volontairement une fin ouverte dans l’idée de faire une suite, même s’il a rien prévu pour le moment.

    En tous cas, c’est certainement le meilleur film de SF que j’ai vu ces dernières années. Faut dire que je suis un grand fan de ce genre d’univers “HLesque”.

    SOILER En plus de tout ce qui a été cité avant, le mecha m’a beaucoup rappelé le mélange technologie/biologie des combines. On dirait qu’il vomit à la fin, ou qu’il se vide de son sang.

    (Pour l’anecdote, Jackson a mis son nom sur l’affiche uniquement pour booster la popularité de Blomkamp, pour que les gens le découvrent. Il a déclaré que c’était la première et dernière fois qu’il faisait ça)

  11. Blah dit :

    Moi le truc qui m’a mis sur le cul c’est la qualité des cgi pour un film à 30 millions de dollars et alors qqu’on a des aliens en full cgi quasiment dans chaque scène.

    C’est pas aussi “hi tech pgm high res blabla” que transformers 2 mais au final ça rend beaucoup plus réaliste, j’ai vraiment été impressionné.

    Sinon j’ai moi aussi bien aimé le film, même si je ne suis pas un grand fan de la caméra “à l’épaule”.

  12. Mawwic dit :

    Les effets spéciaux sont sympa, certes, mais c’est vraiment loin d’être ce qui fait la force du film.
    Rien que d’un point de vue visuel, déjà, la direction artistique et le design des éléments extra-terrestres me semblent bien plus remarquable que leur exécution.

  13. dúnadan dit :

    Pas tout à fait d’accord avec toi Mawwic,

    Le père du petit “christopher” dit bien à Wikus qu’il peut le soigner mais ensuite qu’il reviendra dans 3 ans, et cela après avoir pris connaissance des recherches effectuées sur son espèce, histoire de regagner sa planète en un minimum de temps et revenir chercher tout le monde et “soigner” Wikus.

    Pour moi c’est fort probable vu que du début à la fin ce personnage se montre bien plus honnête et sensible que les protagonistes térriens.

    Et puis je vois pas trop où tu vois que la personalité de Wikus évolue pendant sa transformation. Du tout début jusqu’à sa “contamination” il est clairement dépeind comme quelqu’un de naïf, de lâche sans grande intélligence avec de gros préjugés sur les “crevettes”, qu’il considère vraiment comme des “animaux” sans pour autant être un gros abruti.

    A partir du moment où il se transforme et après son séjour au QG du MNU, il se bat vraiment pour survivre et retrouver son bonheur perdu en suivant la plupart du temps ses instincts primaires. Jusqu’à cette scène à la fin où en entendant Koobus il se rend compte de ses actes et après une rapide remise en question se décide à faire ce qui est juste.

    Pour moi la fin montre bien qu’il garde ses souvenirs, il continu de nourrir sa femme d’espoir en attendant le retour de Christopher et survit comme il peut caché dans le nouveau ghetto, pour moi son esprit reste intact probablement même grandi de part ce qui lui est arrivé.

    Bon après c’est seulement mon point de vue, je dis pas que c’est le seul valable.

    Sinon excellent film, ça fesait longtemps que j’avais pas vu de la sf aussi bonne. Parcontre j’espère qu’ils vont en rester là, la fin est nickel. Qu’ils laissent la porte ouverte à l’interpretation de chacun perso ça me plait vraiment.

  14. wolfreim dit :

    @ Mawwic: tu es complètement à côté de la plaque. De l’aveu même du réalisateur (lis ses interviews si tu as encore un doute), le film fait ouvertement référence à l’apartheid de l’Afrique du sud, pays de naissance de Neill Blomkamp, notamment par le traitement de l’explusion des ET par la société privée MNU, Wikus nommé parce qu’il est le parfait fonctionnaire prêt à exécuter les taches les plus aberrantes et stupides sans se poser de questions, les images d’archives détournées etc…D’ailleurs dans Alive in Joburg, le réalisteur a utilisé le double sens du mot ALIEN (qui veut ExtraTerrestre et aussi étranger - comme par exemple un immigré illégal) pour obtenir des témoignages spontanés afin d’instaurer cett atmosphère particulière. Le trip Cronenbergien, il faut plus y voir une référence au fait que le héros perd sa place toute propre au sein de la société et qu’il se retrouve de l’autre côté (la misère, l’exclusion etc). Saut qu’ici il se transforme en ce qui est considéré comme un pariah.
    Les Aliens ne sont pas blancs comme neige. Mais justement, et ce qui rend le film touchant, c’est que nous découvront au tout départ des êtres qui inspirent le dégout et qu’au fur et à mesure tout cela évolue…

  15. Mawwic dit :

    @dúnadan: La crevette dit à Wikus qu’il lui faudra trois ans pour le soigner, s’il commence à le faire dès qu’ils sont sur le vaisseau (où sont censés se trouver des instruments permettant de le faire).
    Mais elle le lui dit alors que celui-ci n’a pas encore atteint la phase finale (qui doit prendre plusieurs jours, vu que juste après que Koobus se fasse buter, il n’est en qu’à la moitié - les 2/3 d’après ce qu’on peut voir).
    Du coup on ne sait pas si, pour peu qu’on laisse la transformation se faire jusqu’au bout, le processus est encore réversible, puisque lorsque l’alien parle de renverser le processus, Wikus n’est pas encore arrivé au bout.

    Après tu peux extrapoler; mais si tu t’en tiens juste au contexte, y a tout de même un sacré flou…
    Et tant mieux - la transformation de Wikus serait beaucoup moins dramatique autrement, si elle semblait si facilement annulable.

    De même, bien qu’il dise à Wikus qu’il reviendra dans trois ans, cela ne sous entend pas forcément qu’il espère retrouver Wikus tel quel.
    A fortiori quand ce qui a entraîné la transformation de Wikus était prévu à d’autres effets: rien ne dit que l’alien sache précisément l’étendu de la transformation que le fluide engendre.
    Il en a une idée, ça c’est certain. Mais dans quelle mesure…
    Je rappelle d’ailleurs à cet effet que d’après ce qu’on entend dans certains extraits, les chefs aliens seraient morts, ce qui expliquerait que ceux qui restent - qui ne sont que des ouvriers (cf. l’organisation des colonies de fourmis, également évoquée dans le film) - n’aient pas les connaissances suffisantes pour exploiter leur technologie à son plein potentiel et repartir. Où même produire des armes en quantité suffisante pour mener un soulèvement.

    La crevette que l’on suit semble certes plus futée; mais rien n’indique pour autant qu’elle sache tout (il est d’ailleurs probable que ce ne soit pas le cas).
    Je n’ai donc vraiment pas l’impression que l’alien ait des certitudes concernant le mal qui affecte Wikus.
    Aussi peut-être que quand il dit à Wikus qu’il reviendra, il sait déjà qu’il aura de fortes chances de retrouver un Wikus dont l’esprit lui non plus ne sera pas entièrement humain, mais “crevettisé”.
    Si on voulait s’amuser à pousser l’interprétation, on pourrait même dire qu’il peut penser que Wikus deviendra définitivement une crevette… s’il ne meurt pas avant (vu la situation ultra-délicate dans laquelle ils se quittent, alors que Wikus est pas loin de se faire chopper). Il lui dit alors qu’il reviendra comme on dit à quelqu’un qu’on sait condamné que ça ira. Parce qu’on a pas les couilles de lui dire la vérité; et qu’il vaut encore mieux lui donner de l’espoir pour le peu de temps qu’il lui reste à vivre.

    Dans un cas comme dans l’autre, c’est difficile de savoir ce qu’il en est vraiment - mais c’est justement là l’important: on ne sait pas, le doute persiste. Et c’est ce qui fait l’intérêt du film, le rendant plus subtile et plus ouvert à diverses interprétations - plutôt que d’imposer une lecture unique et manichéenne des choses.
    Ça évite de tomber dans le happy-end, en faisant nécessairement de Wikus une “bête” à la Walt Disney (cf. La Belle et la Bête; en 2-3 coups de cuillères à pot, tu redeviens humain - et hop pas de séquelles !).

    Quant au changement de personnalité de Wikus, justement, le fait qu’il trouve en lui une certaine combativité (alors que c’était jusqu’alors un gros lâche qui se prenait pour un warrior en éclatant des oeufs d’aliens, incapables de riposter…); ou qu’il finisse par se sacrifier pour aider les crevettes (alors qu’une demi-heure auparavant, il venait d’assommer son compère pour se barrer avec la navette) sont pour moi autant de changement suffisamment radicaux par rapport au personnage de base qui me font dire qu’ils doivent aussi être motivés par son esprit qui “s’aliénise”.

  16. Mawwic dit :

    @wolfreim: déjà t’es gentil, tu peux me dire les choses sans être agressif.
    De deux, pas besoin de me rappeler le double sens du mot alien - qui est évident ici même pour qui ne le connaîtrait pas (des aliens… en Afrique du Sud, pays de l’apartheid… dans des camps… faut quoi en plus pour souligner la métaphore, un gyrophare ?).

    Ce dont je te parle, ce n’est pas de ce qu’a voulu faire le réal’ - mais au final de ce qu’il a fait et de ce que, objectivement, on peut y voir dans ce film.
    Et ce sont deux choses bien différentes.
    C’est bien de lire les interviews à droite à gauche, mais il faut aussi apprendre à y opposer son sens critique.
    C’est pas parce que machin dit qu’il a voulu faire ça qu’il l’a forcément fait.
    Ou alors il suffit d’avoir l’intention de faire quelque chose pour réussir à le faire - et dans ce cas, c’est super simple d’écrire un roman novateur, de pondre un film surprenant puisque ce n’est plus qu’une question de volonté.
    Si je t’écoutais, alors je devrais croire que Paul WS Anderson - parce qu’il a tenu lors de conférences (dont j’ai paumé le lien) un discours en théorie tout à fait juste sur les dangers de l’adaptation et de la transposition - a réussi a faire de bons films des Mortal Kombat et autres Resident Evil qu’il a commis…
    “Faulty logic is faulty”.

    Autre exemple: si je te disais que Tolkien avait envisagé l’anneau du Seigneur des Anneaux comme une métaphore des travers du capitalisme, qui pousse à l’accumulation etc. (je ne me rappelle plus exactement du truc) … dirais-tu que c’est forcément présent dans ses œuvres, et que c’en est l’élément central et moteur ?
    La leçon de tout ça, c’est qu’une œuvre échappe toujours en partie au contrôle de son auteur.
    Et tant mieux, car c’est aussi ce qui lui permet d’être plus intelligente que lui, et d’avoir une portée autre que celle qu’il avait envisagé.
    S’il n’y avait que ce que les auteurs avaient voulu consciemment mettre dans leurs œuvres, alors on se trouverait avec des trucs aux significations très limitées.

    L’important, ce n’est pas tant ce que l’auteur a voulu que ce qu’objectivement tu peux voir dans l’œuvre (même si lui n’y avait pas forcément pensé, ça n’empêche pas que d’autres interprétations sont possibles à partir de ce qui existe, sans avoir besoin de rien inventer).
    Les déclarations d’intention de tels ou tels réal’, peintre, photographe etc. ne doivent jamais constituer qu’un faisceau d’indices t’aidant à découvrir quelques unes des significations possibles d’une œuvre, mais jamais une grille de lecture t’imposant une pensée unique.

    Tu sembles savoir plein de trucs (sur ce qu’a dit un tel ou un tel, sur la genèse de tel film ou tel jeu - cf. ton blog).
    C’est bien.
    Mais il ne faut pas que ça t’empêche de penser par toi-même.

    Je ne dis donc pas qu’il n’y a pas l’histoire de l’apartheid en toile de fond.
    C’est présent.
    Mais je suis désolé, ce n’est absolument pas l’élément central et moteur du film.
    Et tant pis si c’était ce que le réal’ voulait: ici ce n’est manifestement pas le cas, même si c’est le truc sur lequel tout le monde se concentre (car c’est le plus évident) - excepté peut-être ceux qui ont vu le film, et qui eux ont pu éprouver les autres éléments.

  17. SeriousBlam dit :

    Semi spoil:
    Un humain qui se transforme en alien contre sa volonté. Ca ne vous fait pas penser à un épisode de Doctor Who ? (un des derniers, avec les oods et leur cerveau géant)

  18. Blah dit :

    @ Mawwic “Les effets spéciaux sont sympa, certes, mais c’est vraiment loin d’être ce qui fait la force du film.”

    Merci Sherlock, ça ne change rien au fait que vu le budget j’ai été impressionné par la qualité des cgi qui a mon gout sont mieux intégrés que dans beaucoup de films très gros budgets récents (transformers 2 en tête).

    Maw: ma réponse était une simple réaction au fait que tu disais que c’était LE truc qui t’avait mis sur le cul - sous-entendant par là que c’était donc un élément particulièrement impressionnant. Alors qu’à mes yeux, c’est certes réussi, mais pas grand chose comparé à d’autres dimensions beaucoup plus casse-gueule du film qui sont tout autant réussies.

  19. Noodle dit :

    je suis d’accord avec mawwic
    une tétrachiée de films est pourvue de symboles/métaphores, mais c’est clairement pas le pourquoi de leur réalisation et de ce fait ne sont pas indispensables à l’oeuvre finale. C’est là pour embellir quelque chose de simple, pas pour le transformer.

    De nombreux écrivains l’admettent : ils voient ressortir des symboles à la fin de la lecture de leur premier jet et les développent pour le second. Avant ça, ce sont des faits, une intrigue et basta.

  20. PositiveFunk dit :

    Je trouve le film tres bien equilibre dans sa construction et sa logique.
    Cependant j’aurais aime voir un peu plus de castes chez les crevettes, plus d’interactions avec les humains. La ca fait vraiment pauvre. Il n’y a pas lieu de ce demander si le rea voulait l’appartheid… Le mec a appeler son film district 9….!!!!

  21. ng-aniki dit :

    J’ai également vraiment bien aimé District 9 (Pour moi certainement dans les meilleurs films de l’année) !

    Par contre, un peu du mal à avaler que toute la civilisation du vaisseau se transforme en groupe d’individus tous plus cons les uns que les autres, sans hiérarchie ni collectivités. Enfin, je veux dire, rien que pour faire fonctionner un vaisseau pareil, et aux vus de la technologie à bord, il devait y avoir une hiérarchie militaire à la base, et des techniciens, médecins, ingénieurs, etc.
    Et une fois arrivé dans les camps, tout ce fonctionnement disparait et ils commencent à chasser chacun pour soi des boites de bouffe pour chat.

    Je sais pas, j’aurais bien vu des groupes de mercenaires, des groupes politiques ou autre.. Fouiller un peu le truc.

  22. jiminy-billy-bob dit :

    La scène qui m’a le plus touché dans le film, c’est celle-ci : http://www.dailymotion.com/video/xajn9l_devisedistrict92

    C’est juste des mollusques en pixels, mais putain l’animation est parfaite, les émotions sont vraiment superbement retransmises. Je trouve ça beaucoup plus convaincant qu’un bon paquet d’acteurs.

  23. epsylon dit :

    SPOILER ALERT

    J’en reviens et j’ai adoré le film.
    J’ai beaucoup de choses a dire dessus, mais je vais essayer de faire court :
    - les effets spéciaux. Wow. Quelle putain de claque.
    - la réalisation. Wow, quelle putain de claque bis. Le côté documentaire / shaky cam renforce vraiment l’immersion et le côté “immédiat” de l’aspect science fiction : les aliens sont déjà la, c’est un fait accepté.

    - Par contre, en bon SFer de base, j’ai vu un nombre incalculable d’incohérence, ou tout du moins de flou. Je sais que traiter un univers SF “nouveau” en un seul film nécessite de passer par beaucoup d’implicite, mais la y’a de l’implicite qui me semble complètement illogique. Genre :
    * pourquoi ils les ont pas laissé dans le vaisseau ?
    * ils ont pas peur que le vaisseau arrête de léviter un jour ? Parce que franchement, c’est le genre de truc qui ferait tout evacuer a des centaines de km a la ronde.
    * pourquoi ils ont pas exploré le vaisseau ? Christopher fait remarquer a un moment qu’ils ont de la technologie. Vu la taille du mastodonte, même en 20 ans ils n’en auraient pas fait le tour.
    * la MNU laisse des traficants d’arme avec des technologies alien en plein milieu du camp sans rien faire, alors qu’ils sont équipés comme des oufs ?
    * Ils construisent une tourelle anti aérienne a l’INTERIEUR ???
    * et en parlant des armes aliens de ouf, pourquoi ils les utilisent pas ??? Christopher et Wikus prennent d’assaut un batiment militaire ultra protégé avec 2 armes, et a 1 million d’aliens avec des mechas ils arrivent pas a se defendre ?
    * je passerai sur les nombreuses possibilités de contamination, de virus aliens, du fait qu’ils auraient possiblement ramené sur leur vaisseau des especes exogenes.. La encore on pourrait etablir un parallele avec par exemple la colonisation de l’amerique du sud, mais on va laisser toutes ces problematiques de coté parce qu’elles sont (entre guillemets) “justifiables”
    * ils arrivent a se faire comprendre des aliens et a les comprendre. En 20 ans ? Bon OK, admettons. J’ai du mal a croire qu’il n’y ait pas de leader (de castes) comme dit aniki. Christopher par exemple a l’etoffe d’en etre un. Le genre de leader qui s’occuperait de discuter avec les “leaders” humains et expliquer leur situation. Qu’est ce qui s’est passé ? pourquoi le vaisseau s’est arrêté ? le sujet est completement éludé dans le film.
    * de maniere generale, je trouve que le sujet de l’exclusion des aliens est un peu exagéré. Le parallele avec l’apartheid m’apparait un peu trop forcé. Le réalisateur, grosso modo, voudrait montrer qeu les humains seraient prets a refaire un apartheid sans s’en rendre compte si c’était des aliens (cf les témoignages du debut, avec les blacks qui disent “il faut qu’ils s’en aillent” (mention spéciale a la VF A CHIER particulierement sur ça)). M’est avis que, de maniere réaliste, les aliens n’auraient pas été ramenés sur terre (admettons que si, pour rendre le scénario crédible), n’auraient pas été mélangés a la population (c’est évident), etc… Ils sont présentés a la fois comme bêtes et brutaux, mais parfois intelligents et sensibles. Christopher a une personnalité somme toute très “humaine”, ce que seul le spectateur voit : il n’a jamais parlé avec les autres. La réaction du “peuple” est tres ambigue dans le film, j’ai pas tres bien compris d’ailleurs, puisqu’il semble qu’ils veulent les voir partir (cf debut du film, cf joie a la fin du film (?)), mais qu’il y a des gens qui sont quand meme contre la ségrégation (cf l’entrée de la MNU au moment ou ils vont les reloger : il y a des manifestants qui tapent sur les voitures et il me semble qu’ils sont “pro alien”). Mais elle est eclipsee par le point de vue délibérement choisi du film qui nous montre avant tout la vision de la MNU (dommage, alors que le film avait un coté documentaire on a plus l’impression de suivre un film d’action classique).
    * la personnalité de wikus est ambigue. Il apparait au debut comme un type jovial et un peu niais, mais au fond il n’a aucune compassion pour les crevettes. Il brûle les bébés, se fout de la mort des crevettes, mais également du type qui perds son bras (??!). Il compare les tentes a des camp de concentration, et frappe christopher, et un peu plus tard l’abandonnera (alors qu’il est dans un mecha surarmé, il demande au militaire de le laisser courir, WTF ???).

    etc, etc, etc..
    Malgré tout, j’ai adoré !
    Mais disons que je n’ai pas les memes attentes pour un bon film de SF que pour un bon roman / cycle de SF.
    Je suis tout de meme d’accord que le film se suffit a lui meme, et n’appelle pas forcement de suite. Si on passe les trucs qui me semblent (a tort ou a raison) incohérents (en accordant au scénario une “license SFesque”), on voit bien que le point de vue du film est délibérement de poser un statu quo (a l’aide des fausses itw / documentaires au debut) et de suivre quelques personnages clés. C’est vrai qu’il aurait gagné a un peu moins d’action (sur la fin) et de blabla (au debut).

  24. jiminy-billy-bob dit :

    *Ils les ont pas laissé dans le vaisseau, à la base pour les nourrir, les soigner. Après pour pouvoir les contrôler. C’est dit que début, dans une “interview”.
    *Ils ont certainement exploré le vaisseau, mais ils sont incapable d’utiliser la technologie, qui réagie uniquement à l’ADN prawn.
    *Un des raisons pour laquelle la MNU veut les reloger dans District 10, c’est pour récupérer toutes les armes en circulation.
    *Tout le camps est entourés de militaires, la tourelle est à l’extérieur.
    *Christopher est une exception. Il est dit au début que les prawns sont passifs. Leurs leaders ont été tué par on sait pas quoi avant leur arrivé. Ce sont des réfugiers. Vu comme ils sont oppressé par l’armée/MNU, ils se révoltent pas. Ils deviennent même encore plus passifs.
    *Christopher est je pense trop pacifique pour créer un soulèvement. Ils fait son truc dans son coin sans se faire remarquer en attendant de pouvoir rentrer sur sa planète.
    *La population humaine veut voir les aliens partir à cause des problèmes qu’ils créent, mais le gouvernement/MNU veut les garder pour leur technologie.

    PS : Ha, et c’est un film à voir en VO ! La VF gache tout.
    Rien que pour l’accent de Wikus

  25. deltree dit :

    Je n’ai rien compris.

    -Les crevettes sont extrèmement plus intelligentes et fortes physiquement que les hommes.
    -Elles possèdent des armes très puissantes et inutilisables pour les hommes, aux effets rigolos en plus.
    -Elles sont en mesure d’en refabriquer (le robot) ou de fabriquer des bombes avec trois bidules trouvés par terre.

    Elles éprouvent les memes sentiments que les humains, compassions etc…elles s’enervent donc si on touche a leur progéniture.

    Malgré ca, aucune réaction. Elles se laissent parquer, massacrer et humilier alors qu’une seule crevette pourrait arriver a bout d’une petite armée humaine.

    c’est pour ca, pendant tout le film, je me suis demandé quand est ce que les crevettes allaient donner le signal d’attaquer et de réduire l’espece humaine en paté pour chats (qui eux, deviendraient les nouveaux maitres de la terre ensuite par exemple).
    Je pensais que tout cela faisait partie d’un plan machiavélique, genre pendant 20 ans, elles se laissent marcher sur les pieds pour bien se motiver dans la haine de l’humain, comme un test du libre arbitre pour voir si l’espece humaine méritait vraiment de survivre.

    Alors, c est quoi l’intrigue ?

    Ca n’a aucun sens, meme s’il y a des scenes bien réalisées et poétiques, je n’ai pas compris le sens profond du film, car il y a cette incohérence majeure du rapport de force. j’ai cru que l’histoire allait expliquer ca, ou que ca deviendrait l’élément clé sur la fin, mais non.

  26. jiminy-billy-bob dit :

    Je crois que vous généralisez un peut trop sur les prawns. Christopher reste une exception. Sur 1.8 Millions, c’est le seul à essayer de faire marcher les vaisseau. Enfin y’a son pote jaune, mais il se contente de suivre le mouvement, il est agressif et violent quand il reçoit la notification, ce que n’aurait jamais fait Christopher.

    C’est peut être le seul à ressentir des émotions “humaines”. Pas un seul prawn rapplique quand Wikus et ses potes font du pop-corn.

  27. Mawwic dit :

    Y a effectivement pas mal d’ellipses qui laissent certaines questions en suspens (pas toujours un mal, surtout pour la fin).

    Comme je le disais précédemment, pour m’être aussi posé la question de l’absence de soulèvement, je pense que c’est du au statut des crevettes qu’on voit dans le District 9.
    Christopher excepté (qui aura tout de même mis 20 ans à comprendre comment fonctionne sa propre techno’…), on a affaire à un prolétariat extra-terrestre démuni, désorganisé et affaibli (ils vivent dans des bidonvilles et ont pas l’air super en forme; surtout quand ils sont trouvés dans le vaisseau - et après ils vivent dans des conditions d’insalubrité et de malnutrition qui doivent bien les diminuer).
    Ceux qui ont survécu semblent n’avoir guère de connaissance scientifique sur leur technologie - chefs’ et ingés’ ont disparu.
    Un peu comme si on demandait à un bidasse ou à une caissière de Franprix de réparer un moteur à explosion.
    C’est pas leur job. Et pourtant l’un comme l’autre sont capables d’opérer une voiture (qui fonctionne avec ce même genre de moteur).
    Là, c’est pareil pour le vaisseau et les flingues.

    Et pour peu que leur société soit fortement hiérarchisée (chacun avec sa spécialisation) comme le laissent entendre certains passages pseudo-documentaires, cette absence de leaders et de détenteurs du savoir peut complètement désorganiser la base, incapable de prendre des décisions collectives par elle-même.
    Il faut toujours des leaders dans une révolution; un minimum d’élite éclairées (ou en tout cas bien illuminées) à même de fédérer les forces vives derrière elle.
    Là, c’est justement ce qu’il semble leur manquer - et comme la révolution n’est jamais le fait d’un seul homme (sauf dans les films hollywoodien)…

    Quant aux armes, d’après ce qu’on en voit, elles semblent relativement rares (ce qui fait aussi leur valeur, indépendamment de leur puissance supposée).
    Et il n’est même pas sûr que les aliens sachent encore en fabriquer (Christopher et un ou deux autres qui ont retrouvé le savoir de leurs aînés exceptés ?): ce qu’ils écoulent aux trafiquants (mecha’ compris), ça peut tout aussi bien être d’anciens stocks qui avaient échappés au MNU.
    Stock insuffisants pour pouvoir gagner une guerre - mais qu’ils peuvent au moins monnayer contre de la bouffe.

    Pour ce qui est des autres détails, autant certains me semblent effectivement +/- heureux (la tourelle anti-aérienne; l’absence de périmètre de sécurité autour du vaisseau qui lévite juste à côté de la ville), autant d’autres sont tout à fait explicables.
    Wikus devient de plus en plus insaisissable au fur et à mesure qu’il se change en alien physiquement et mentalement - l’imprévisibilité est d’ailleurs une des caracs’ des aliens évoquée au début du film, où il est dit que leur manière de penser est difficile à comprendre.
    Et les Nigériens ont probablement réussi à s’installer dans ce qui est devenu une zone de non-droit, laquelle est peu surveillée de l’intérieur par le MNU (la preuve: tout ce qu’ils découvrent lors de l’expulsion + le temps qu’ils mettent à y retrouver Wikus ensuite) - MNU qui s’assure surtout que personne ne sorte de là. Un peu comme l’armée brésilienne et certaines favelas.
    Donc tant que les Nigériens ne font pas d’esclandre en dehors, le MNU ferme les yeux, pour s’occuper le moins possible du camp de réfugiés qui est déjà une sacrée merde à gérer rien qu’avec les aliens.

    Sinon, effectivement, certains passages avec Christopher et/ou sa progéniture sont étonnamment touchants et évitent (de peu) la mièvrerie.

  28. PositiveFunk dit :

    MMmmmh prenons l’exemple des juifs durant la seconde guerre mondiale. Regarde le ghetto de varsovie. Regarde district 9.

    T’as une tonne de juifs qui se font marcher sur les pieds, certains sont eduques, sont riches, d’autres pas. la majorite savent qu’ils vont finir dans des camps de travail ou des camps d’extermination. Est-ce qu’ils se rebellent? Mouais pas vraiment.

    Quand je vois les prawns passifs cela ne m’etonnent qu’a moitie. Le fait que le film soit presente comme un documentaire au debut resoud assez les ellipses pour comprendre l’histoire, c’est ca que j’apprecie.

    J’aime comparer ce film avec Cloverfield.

    Meme technique visuelle, meme budjet mais le second a une narration de merde.

    District 9, c’est le genre de film que j’aimerais voir plus souvent. un etat d’esprit moins holywoodien, moins tape a l’oeil.

    Budjet:

    “300″ Snyder 65 millions
    “Cloverfield” 25 millions
    “District 9″ 30 millions.
    “Avatard” 220 millions.
    “Spiderman 3″ 260 millions
    “Memento” 4.5 millions

    Pas etonnant que l’industrie du cine aille mal.

  29. Shletten dit :

    Et NegativeFunk, c’est Avatar et ils sont rendus à $240 millions ! Get your facts right. Et arrêtez donc de sous-estimer le film. Il est à la hauteur du hype.

    Sinon je viens d’regarder District 9 sur YouTube, malgré les conditions de visionnement pas idéales j’ai beaucoup aimé.

  30. PositiveFunk dit :

    Ah ouais quand meme 240 millions. Wow. C’est ecoeurant! Il a interet a etre bon dans ce cas la. Mais il a pas l’air.

  31. anon dit :

    Ce qui est fou c’est ce qu’aurait donné un film Halo par le réalisateur de district 9:

    Mais à cause d’un désaccord avec les studio le film ne c’est pas fait, du coup tout le travail de préparation de neill blomkamp lui a servit pour ces videos promotionel et il a fini par faire district 9.

  32. dúnadan dit :

    Christopher excepté (qui aura tout de même mis 20 ans à comprendre comment fonctionne sa propre techno’…)

    Personne n’est d’avis que Chistopher était peut être déjà à la base le “commandant” du vaisseau et les autres des ouvriers, des soldats ect.. ? Après tout c’est lui qui cache une navette sous sa baraque dès le début et passe 28 ans caché dans la ghetto dont les 20 dernières à récolter le fluide pouvant alimenter la navette et à la réparer en partie avec l’aide du matos humain qu’il récupère, d’ailleurs à la fin il pilote le vaisseau mère avec grande aisance.

    La théorie d’une maladie ayant tué la caste supérieur est seulement avancée par les humains dans le film, n’ayant trouvé de trace de qui pilotait le vaisseau.

    Le gros de l’histoire c’est quand même qu’ils se sont trouvé, probablement après une avarie, avec leur système de survie innopérant. Ils finissent par trouver la terre tous affamé, au bord du gouffre. Christopher largue la navette et afin de se protéger se fond dans la masse en attendant une chance de remonter à bord et de rentrer chez lui avec ce qui reste d’énergie dans le vaisseau et revenir plus tard pour les autres.

    Mawwic, Wikus assome Chistopher et essaye de se barrer avec la navette car il comprend que, après la vision du labo du MNU, l’ET va le laisser là et le récupérer dans 3 ans avec le reste de son peuple afin de gagner du temps en sauvant de l’énergie du vaisseau. Il fait nullement mention de ces 3 ans avant cette scène, d’ailleurs avant de totalement paniquer Wikus le dit haut et fort qu’il veut pas l’attendre sur place. D’ailleurs il dit bien à ce propos qu’il peut le soigner avec le matos à bord du vaisseau mère, et qu’il le pourra aussi dans 3 ans. Bon après, malgré le caractère très noble du personnage, peut être qu’il baratine.

    epsylon, le prend pas mal mais as-tu ronflé aux côtés de deltree les 3/4 du film et seulement aimé la partie rambo sauce mecha ? ^^

    Si non, jiminy-billy-bob a répondu à la plupart des questions, deltree le robot était probablement dans la navette et “abandonné” stratégiquement “ou pas” par Chistopher et son fils d’ailleurs il se prive pas de l’activer quand ça commence à sentir le sapin.

    en parlant des armes aliens de ouf, pourquoi ils les utilisent pas ??? Christopher et Wikus prennent d’assaut un batiment militaire ultra protégé avec 2 armes, et a 1 million d’aliens avec des mechas ils arrivent pas a se defendre? réponse à deltree aussi.

    –> On voit bien qu’il n’y a plus la moindre hiérarchie après 30ans le ghetto est une vrai anarchie “côté ET” où tout le monde se bat pour sa survie, et même s’ils voulaient se battre y’a pas nonplus énormément d’armes, deplus que bon faut arrêter malgré quelques armes surpuissantes et un mecha il reste quand même très vulnérable et à la merci de leur “pays d’accueil”.

    ils ont pas peur que le vaisseau arrête de léviter un jour ? Parce que franchement, c’est le genre de truc qui ferait tout evacuer a des centaines de km a la ronde.

    –> Johannesburg c’est plus d’un million d’habitants avec l’agglomération et la ville la plus riche d’Afrique du Sud, risqué mais mieux vaut cela que d’anéantir son économie tu crois pas ?

    ils arrivent a se faire comprendre des aliens et a les comprendre. En 20 ans ? Bon OK, admettons.

    –> 28 ans, c’est envisageable vu que bon les aliens ont un language analogue aux langues humaines. Puis sans ça y’a pas de film donc bon. :D

    Sinon, effectivement, certains passages avec Christopher et/ou sa progéniture sont étonnamment touchants et évitent (de peu) la mièvrerie.

    Ces scènes m’ont aussi beaucoup touchées puis le moment où le petit se retrouve enfermé dans la navette et regarde désespérément la trappe fermée avec son père au dessus à la merci de l’ignoble Kobus, tin j’étais au bord des larmes.. :’(

  33. Mikee dit :

    J’ai adoré le Lightning Gun et le Plasma gun pour une fois que les armes Aliens ont de la gueule.

  34. wolfreim dit :

    @ Mawwic: Il faudrait déjà comprendre (et connaître) l’histoire exacte de l’Apartheid et de la transformation qui s’est opérée pour piger que c’est l’élément central du film et donc je t’y renvoie de suite. Et je t’inviterai même à regarder plus attentivement les images d’archives présentées en début du film (on parle bien du film n’est ce pas?). Les interviews des producteurs, réalisateur et acteurs principaux n’étant là que pour confirmer simplement cette intention. Le lieu de tournage (la banlieue de Soweto), les décors, les situations, l’histoire et j’en passe, faut limite être aveugle pour ne pas le voir et le comprendre. Et c’est justement cela qui fait toute la force du film, là où certaines productions se contentent de l’”authenticité” des décors et de l’ambiance sans forcément s’occuper du fond et le développer.
    “Tu sembles savoir plein de trucs (sur ce qu’a dit un tel ou un tel, sur la genèse de tel film ou tel jeu - cf. ton blog). C’est bien. Mais il ne faut pas que ça t’empêche de penser par toi-même.” Ce à quoi je te répondrais qu’il faut déjà aussi connaître les intentions exactes du réal et des créateurs pour livrer un semblant de bonne analyse, non? Parce pour nous sortir Cronenberg sur ce film faut quand même le faire…

  35. Mawwic dit :

    @PositiveFunk: on est d’accord (pour Cloverfield; le fric et la pression des studios qui vont avec et tuent la créativité etc.).

    @Shletten: franchement Avatar, j’ai de gros doutes. Et je ne dis pas ça parce que j’aurais été déçu par le trailer. A la base, je n’en attendais strictement rien. J’étais curieux, mais je n’avais placé aucune attente dans ce projet (à part Terminator 2, Abyss - et un peu Aliens - Cameron je m’en fous comme de mon premier slip).
    Mais en voyant tout le fric dépensé pour une techno’ qui pour l’instant n’a pas l’air d’un bond si fantastique en avant… Le tout au service d’une histoire qui présage de pas mal de niaiserie… Dans un monde ET absolument gerbant avec des couleurs lolilol…
    J’ai vraiment de GROS doutes.

    @anon: comme je le disais à un pote, Halo, je ne suis vraiment pas convaincu que ce soit une bonne base pour un film. Puis Blokamp aura bien plus de restrictions venant des producteurs et des créateurs de l’univers sur ce coup. Et plein de thunes qui l’inviteront à se concentrer d’avantage sur les effets spéciaux que le reste.
    Mais bon, qui sait, il arrivera peut-être à en sortir un truc potable (même si je n’y crois pas).
    Les pubs style court-métrage qu’on a vu jusqu’à présent étaient presque sympa… pour des pubs de Jeu Vidéo (parce que sinon ça reste tout de même très lambda et Starship Trooper à la sauce 1er degré - la tarte à la crème de la SF, quoi, question univers).

    @dúnadan: hum, déjà, j’ai plutôt l’impression que Wikus assomme Christopher quand celuii-ci lui dit qu’il doit l’emmener sur le vaisseau, mais qu’une fois dedans il utilisera le restant du fluide pour repartir sur sa planète (où ensuite il le soignera - ce qui n’est pas incompatible avec l’idée d’une transformation irréversible une fois achevée, pour peu que le vaisseau voyage vite, ce qui n’aurait rien de surprenant pour un OVNI).
    Je n’ai pas mémoire qu’il soit spécialement question que Christopher abandonne Wikus - c’est ce qui vient après qui est sujet à désaccord (d’abord soigner Wikus une fois sur le vaisseau, ou repartir chez les siens).
    Si la durée de 3 ans n’est pas mentionnée avant, ça peut-être pour de multiples raisons (qui peuvent coexister): tant que Wikus n’avait pas dépassé un certain stade, ça pouvait se soigner plus facilement; Christopher n’a pas préféré mentionner de suite le temps que ça prendrait vraiment, de peur que Wikus ne l’aide pas à récupérer le fluide etc.

    Tout ça pour dire que je ne dis pas que c’est la seule interprétation qui tienne; mais qu’il y en a bien plusieurs de possibles - ce qui empêche de trancher, et permet au film d’offrir la promesse d’un happy end à ceux qui le veulent, et une fin beaucoup plus sombre aux autres.
    D’où le risque de donner une suite au film, qui imposerait une seule lecture des évènements, et casserait ce qui est à mon sens une des forces du film (qui maîtrise plutôt bien l’ellipse pour offrir plusieurs niveaux de lecture).

    @wolfreim: hum, t’es un peu têtu :)
    Je n’ai jamais dit qu’il n’y avait pas l’apartheid en toile de fond.
    Que le cadre, le parallèle n’était pas flagrant. Avec les “townships”, en particulier. Parce que oui, je ne suis peut-être pas black, mais je connais l’histoire de l’apartheid et les termes anglais associés à la ségrégation raciale (dont les “township”, donc).
    Ce que je te dis, pour faire simple, c’est pas que ce n’est pas présent.
    C’est là dès le début. Et n’importe qui peut le dire d’ailleurs (c’est même la première chose dont parle les gens qui ne l’ont pas vu, dont la presse…).
    Mais à part poser ce décor, le réal’ n’en fait plus grand chose ensuite.
    Pour dire que c’est un film à thèse, il faudrait qu’il fasse un peu plus que juste poser un cadre qui rappelle l’apartheid. Il faudrait qu’on sente une prise de position, une thèse. Que l’histoire ait pour noyau principal le racisme et la ségrégation.
    Or la question de la ségrégation, c’est présent mais dans le background, et une fois mis en place le réal ne tient plus grand discours dessus. L’histoire de Wikus prend le premier plan.
    C’est un peu comme si tu disais que parce que dans un des comics Wolverine l’histoire se situe dans un camp de concentration, alors c’est nécessairement un élément central du récit, qui se concentre sur ça et en est une dénonciation.
    Or pas du tout: c’est un cadre particulier qui a été choisi pour y inscrire l’histoire; choix qui n’est pas le fruit du hasard pour autant, mais qui n’est malgré tout pas l’élément moteur de l’ensemble du récit.
    Et si tu ne vois pas ce qu’il y a de Cronenberg dans le film de Blokamp, je t’invite à te replonger dans ses films (dont La Mouche et ExistenZ), où son obsession pour le corps, la transformation et l’organisme est récurrente et patente. La transformation de Wikus rappelle par beaucoup d’aspect celle de Goldblum (qui va lui aussi vers quelque chose d’insectoïde), qui perd aussi ses dents, ses ongles etc.

    Mais bon, moi je te parle de thèmes, de traitement et de message - et toi tu me parles d’éléments.
    Donc forcément, on a du mal à se comprendre. Parce qu’à mes yeux, il ne suffit pas de montrer l’apartheid à travers des extra-terrestres pour en faire le cœur d’un film. Il faudrait aussi que ce dernier tienne un propos dessus, un minimum élaboré. Or là…
    Et c’est très bien ici: parce qu’autrement ça aurait probablement donner un truc chiantissime, mièvre et moralisateur, avec réconciliation des humains et aliens à la clef. Là Blokamp se contente de montrer. Puis se concentre sur autre chose ensuite.

  36. Sky dit :

    Tiens c’est marrant, je suis allez le voir hier. J’ai plutôt apprécié, le tout c’est de bien rentrer dans l’histoire. Niveau réa’, j’ai été bluffé, et la mise en scène est impeccable.

  37. PositiveFunk dit :

    On repart sur du Kakfa revisite. Mmmhh.

  38. Mawwic dit :

    :-P

    Sinon, la critique qu’en a faite Le Monde est plutôt pas mal; surtout ça:

    “Neill Blomkamp met en pratique une leçon oubliée de la série B, la vraie. Les grands praticiens de cet art disparu savaient que leurs films fauchés n’avaient de chance de survivre que s’ils avançaient très vite. District 9 n’est pas tout à fait une série B (le film a coûté 30 millions de dollars), mais il n’a pas les moyens de Transformers.
    [...]
    Le scénario est parsemé d’ellipses qui pourraient susciter des interrogations sans fin (sur l’origine, l’organisation sociale des extraterrestres, entre autres) si l’on n’était pas entièrement absorbé par les aventures de Wikus Van de Merwe. Impitoyablement incarné par Sharlto Copley, qui en fait un benêt raciste prêt à exécuter les plus basses besognes pour complaire à son beau-père, haut placé à la MNU.
    [...]
    C’est un signe de la puissance d’évocation du film : que l’on puisse se prendre de compassion pour des créatures que l’on distingue à peine les unes des autres et que parmi elles des personnages émergent.
    [...]
    La course-poursuite laisse forcément moins de place à la satire sociale, mais Neill Blomkamp ne perd jamais de vue son propos, qu’il mette en scène les gangsters nigérians qui servent d’interface incontrôlable entre les extraterrestres et la population locale, ou l’ultime combat qui est à la fois un feu d’artifice et un hommage à quelques grands moments du cinéma de genre, de Robocop (1987) à New York 1997 (1981). Comme ces classiques, District 9 est un film qui en dit long, sans jamais bavarder”

  39. plo dit :

    J’ai une question sur la communication entre ET et humains. J’ai du mal à comprendre comment ils parviennent à communiquer oralement. J’ai vu le film et soit j’ai raté un truc, soit ce n’est pas expliqué.

    J’ai l’impression que les ET comprennent les humains mais que dans l’autre sens ce n’est pas le cas.

    Faudra aussi m’expliquer comment certains ET arrivent à lire (passage de l’expulsion de Christopher).

  40. jiminy-billy-bob dit :

    Heu, ils ont appris ?..

    Ca me parait pas impossible qu’après 28 ans de cohabitation, chacun arrive à comprendre l’autre, même s’il n’arrive pas à reproduire les sons.

  41. Mawwic dit :

    Pour la communication orale, ce n’est pas évoqué (ellipse toujours) - mais apparemment les uns ont l’air d’avoir appris la langue des autres et réciproquement. Ça fait quand même une vingtaine d’années que les ETs ont débarqué - ça laisse le temps.

    Y a rarement de réponses directes, du tac-au-tac - y compris entre Wikus et Christopher.
    Mais on voit que les humains semblent comprendre globalement ce qui se dit; et en tout cas ils réagissent quasiment toujours en conséquence (a fortiori Wikus, qui s’énerve quand Christopher lui dit qu’il lui faudra 3 ans pour le soigner…).
    Ça peut effectivement paraître un peu étrange, vu combien le dialecte des ETs semble inintelligible de prime abord.
    Et en même temps je suis certain que si tu entends parler un dialecte du fin fond de la Russie, de l’Afrique etc. tu aurais tout autant de mal à discerner des ensembles grammaticaux dans le ramassis de bruits qui te parviennent :).

    Je ne dis pas pour autant que les uns et les autres se comprennent parfaitement.
    C’est d’ailleurs un aspect plutôt bien foutu du film - qui crée une tension entre les deux groupes - et qui rappelle la situation bien réelle de certaines populations réfugiées, de minorités, ou de groupes marginaux (cf. les favelas); lesquelles ont - ou ont développé (pour ne pas se faire comprendre, cf. le cockney londonien) - un idiome sensiblement différent du groupe dominant du pays (avec tous les problèmes d’intégration que ça peut impliquer).
    Idiome avec lequel doivent alors composer les (représentants de l’) autorité(s)… quand elles sont de bonne volonté…

    Quant à la lecture, il est sous-entendu qu’on a affaire à une sorte de prolétariat ET, avec tout ce que ça implique. Il est donc probable que la plupart ne sache pas vraiment lire (cf. celui qui fout un coup de patte sur le formulaire), sauf quelques uns un peu plus fûtés, comme Christopher.

  42. SnippyHolloW dit :

    Je ne comprends pas pourquoi le carburant sort qd il le touche (admettons) ni pourquoi le carburant change l’ADN de Wikus … Et la pièce de vaisseau jamais cherchée en 20ans sous la cabane de Christopher ? Olol :D

    C’était un bon film quand même.

  43. Mawwic dit :

    @BTK: ouais enfin ça, c’est une bête police qui fait correspondre à un caractère un autre caractère, et suppose que la construction grammaticale de leurs phrases est similaire. Bref, c’est surtout un gimmick marketing.

    @SnippyHolloW: on dirait qu’il appuie sur les deux dents au bout du tube, qui servent possiblement de contact avec ce qui est destiné à accueillir le tube dans le moteur de la navette (où il est alors le carburant est peut-être libéré).
    Sinon, on a effectivement aucune indication sur le pourquoi du comment le fluide opère (il n’est d’ailleurs même pas si évident que Christopher le sache complètement) - mais vu comment la bio-technologie des aliens semble basée sur d’étranges objets bio-mécaniques, c’est n’est pas si choquant que leur carburant ait des effets si curieux.
    Quant à la pièce du vaisseau, je crois que justement ils l’ont cherché mais sans succès (bordel du bidonville oblige): vu comment elle s’intègre parfaitement à l’OVNI qui flotte au dessus de Johannesbourg à la fin du film, il y a toutes les chances que ce soit le fameux “command center” dont il est fait mention au début du film (où il est dit qu’il s’est détaché un jour du vaisseau - mais qu’ils ne l’ont pas retrouvé - et pour cause, Christopher et ses compères se sont empressées de le cacher sous la crasse).
    C’est même quasiment certain, sinon le petit ne serait pas capable d’opérer le vaisseau mère pour le faire se rapprocher de l’épicentre du combat, vers la fin.
    Et Christopher n’aurait jamais pu construire ça tout seul, même en 20 ans.

  44. SnippyHolloW dit :

    Mais bien sûr que c’est le command center mais ils l’auraient cherché plus … et même facilement avec un gros détecteur de ce_métal_dont_est_fait_le_vaisseau_mère. Non mais le carburant est génial. Je ferais gaffe à ne pas trop respirer les vapeurs la prochaine fois que je suis à la pompe :-)

  45. Mawwic dit :

    @SnippyHolloW: encore faut-il savoir de quel métal il est fait, être capable de construire un détecteur en conséquence…
    Et les préoccupations du MNU semblant aller bien ailleurs (rafler les flingues, contenir les aliens), il n’est pas forcément choquant qu’ils se soient vite concentrés sur d’autres éléments de recherche, aux applications plus évidentes, que sur ce genre d’investigation à caractère un peu plus scientifique.
    A priori, la perte du command center était en plus une plutôt bonne nouvelle côté affaiblissement des aliens: ça avait plutôt l’air de leur porter le coup de grâce (leur vaisseau finit de s’écrouler et devient totalement inopérable), que de leur restituer un élément crucial. Qui aurait pu se douter qu’au contraire, les aliens en profiteraient (et encore moins qu’ils avaient peut-être eux-même déclenché le détachement du module - Christopher était-il dedans lors de sa chute ? - pour que les humains n’y accèdent pas) ?
    En outre, on nous raconte la chute du bousin via les images d’une caméra qui filme l’ensemble du vaisseau, et capture ce détail un peu par hasard. Aussi ce n’est pas dit que les humains se soient rendus compte immédiatement du détachement du bousin (il leur a peut-être fallu re-regarder les images pour finalement s’en apercevoir).
    Bref, tout ça est loin d’être limpide; mais l’ellipse ne me semble pas juste cacher un “plot hole” potentiel (auquel cas il faudrait vraiment râmer pour trouver d’éventuelles explications) que destinée à faire l’économie de détails non essentiels à l’histoire, et qui l’alourdiraient un peu.

    Quant au carburant, c’est parce que tu fais de l’anthropocentrisme (en considérant que leur carburant est comme le nôtre, et que leur technologie fonctionne sur les mêmes bases).
    Alors qu’on pourrait tout à fait supposer - au vu du robot qui crache du liquide noirâtre - que leur carburant est plus proche de leur sang que d’une quelconque énergie fossile. Un peu comme dans un univers à la Prey, où technologies organiques et mécaniques sont intimement liées, et parfois difficilement dissociables.

  46. ap0 dit :

    J’ai détesté ce film.
    A part les effets spéciaux vraiment impressionnants, il n’y a rien à garder :
    -> le jeu d’acteur est pas super-tip-top.
    -> Le “héros” n’a aucun charisme, et on a du mal à le cerner
    -> Le nombre d’incohérences et d’idioties par minute est beaucoup trop élevé

    Et surtout : Christopher récolte de la matière noire pour pouvoir repartir, matière issue de leur technologie.
    Mais alors, pourquoi le vaisseau ne marchait plus ?
    Elle vient d’où cette matière ?
    Rien que ça, ça m’a cassé tout le film.

    ps : Le film est un reportage, c’est filmé en tant que tel au début, mais après, quand il est en fuite, qui le filme ?

  47. Mawwic dit :

    @ap0: le film n’est pas un (faux) reportage - c’est pas Cloverfield, ni REC.
    Il intègre des éléments de faux reportage.
    C’est tout.

    Pour le reste, tu trouveras des éléments de réponse/discussion dans les précédents commentaires (j’ai un peu la flemme là ^^).

  48. Noodle dit :

    ap0 a dit :
    ps : Le film est un reportage, c’est filmé en tant que tel au début, mais après, quand il est en fuite, qui le filme ?

    wow

  49. Noodle dit :

    ça existe depuis la nuit des temps en littérature le changement de point de vue, et t’arrives même pas à l’assimiler dans un film aussi simple? :/

  50. Conradson dit :

    J’ai vu le film en avant première, et je n’avais pas été particulièrement emballé. A vrai dire, je m’attendais à mieux, et je n’ai pas été particulièrement impressionné d’un point de vue réal, scénaristique, jeu d’acteur ou effets spéciaux.

    Cependant, s’il y a une suite j’irai la voir, car il y a du potentiel.

  51. QQQ dit :

    J’ai bien aimé, surtout la première partie très oppressante. Le relationnel entre tous les protagonistes est assez profond et bien rendu, après en “deuxième” partie j’ai trouvé un peu surexploité le militaire nazi, c’est voulu qu’il soit un perso central mais à part pour alimenter l’action je trouve pas justifié sa quasi omni-présence.

    SPOILER:
    Je reste un peu mitigé au final, je dois dire que jusqu’au moment ou wikus s’échappe de la table d’opération le film est vraiment excellent, drôle et tellement pesant… c’est parfait. A partir de la fuite c’est sympa mais dans un autre registre. Je sais pas…
    /SPOILER

    Par contre on se demandait avec mon frère pourquoi est-ce qu’ils n’ont pas commencé à faire des trucs funs avec le mothership, genre un piste de parapentes, un spot de basejump ou un golf géant sur la surface supérieure?

  52. baby dit :

    marrant, ce n’est que mon avis mais je me suis fait literralement chier durant le film. Meme Inglorious basterds etait plus prenant (c’est pour dire). Et j’ai ete apres super etonnee de l’accueil du film sur imdb et autre rottentomates… non vraiment je ne vois pas ce qu’il y a de bien. Et pourtant le background est enorme, il y a vait moyen de faire quelque chose de bon.

    ah oui et pour les effets speciaux je comprends pas non plus vos reactions, ca faisait faux a mes yeux. On aurait dit que les aliens etaient sur un autre calque qu’on aurait poser directement sur le film. Et pour les animations, ben c’etait un peu genant de voir un mecha qui s’anime comme un humain… pas tres convaincant.

    Transformers 2 m’a mit une grosse claque pour les gfx compare a ca

    et tient je rajoute un peu plus d’element. Le cote camera a l’epaule tres peu pour moi, le gros film SF qui m’a vraiment marque c’etait I am legend et la, on avait de jolies plan de vue et une “vraie” immersion.
    et le jeu de l’acteur… ben voila quoi, ils auraient pu mieux choisir. Apres les gouts et les couleurs…

  53. Mawwic dit :

    baby a dit :
    Transformers 2 m’a mit une grosse claque pour les gfx compare a ca
    et tient je rajoute un peu plus d’element. Le cote camera a l’epaule tres peu pour moi, le gros film SF qui m’a vraiment marque c’etait I am legend et la, on avait de jolies plan de vue et une “vraie” immersion.

    Tu viens de te répondre toi-même: District 9, c’est tout ce que les grosses machines hollywoodiennes comme Transformers et I am Legend ne sont plus (ou alors très rarement).

    Et si tu trouves que Wikus est mal joué, c’est soit que t’as vu la VF, soit qu’il te faut nécessairement un héros canonique, comme on en trouve dans les films de science-action à la Bay & co.

  54. divide dit :

    Bon, je viens de le voir et… vraiment déçu :/

    1/ La forme

    Le mec est censé partir sur une approche documentaire réaliste, or le principe du documentaire est abandonné au bout de 20min de film pour passer à la forme de la fiction, alors que la caméra continue à vaciller inutilement. Il perd du coup la crédibilité de la forme.

    2/ Le fond

    Les réactions des mecs sont pas crédibles 2 sec ! Tout est exagéré et caricaturé, pour un film qui se veut social et réaliste c’est vraiment une très mauvaise analyse de situation ! On tue pas à tout bout de champs comme ça, les mecs choisissent l’idiot du village pour mener une opération importante, apres ils veulent le découper lorsqu’il se transforme en alien au lieu d’exploiter et d’étudier au mieux ce phenomene, et ils le trouvent interessant parce qu’il peut “utiliser les armes alien” … attend, un mec se transforme en alien et le seul interet qu’ils voient c’est les armes aliens, alors qu’ils ont déjà tout un arsenal de frappe terrien bien plus important ?

    3/ Encore la forme

    Ca dégouline de mièvrerie cette relation entre le héros et Christopher… Avec le classique “eeuhha je les retiens vas y ! non je ne te laisserai pas la !”

    4/ Encore le fond

    Mais elle est censé nous montrer quoi cette histoire ? Je m’attendais à une étude sociologique, et je me retrouve à regarder un film bidon avec des courses poursuites et des guns, pour aller retrouver l’épée de zandra la guerriere pour sauver le monde de… stop ! :/ Elle est ou l’analyse de la situation des bidonvilles ? C’était quand on nous montrait que les mechants humains sont méchants envers les pauvres aliens déportés qui eux sont tous gentils et empreint de bons sentiments pacifistes ?

    Merde, quel gachis :/

  55. Mawwic dit :

    @divide:

    - je ne vois pas en quoi le fait de filmer caméra à l’épaule serait l’apanage exclusif du genre documentaire.
    Audiard (notamment dans De battre mon cœur s’est arrêté) et bien d’autres en usent et abusent pour bien d’autres raison que le rendu vaguement “réaliste” (ajouter du dynamisme, et surtout créer une sensation d’instabilité chez le spectateur qui renvoie à la situation de stress du personnage - bref, une même technique peut servir à provoquer des effets différents, on va pas revenir sur cette base cinématographique).
    Je ne vois donc pas ce qu’il y a de mal à continuer à filmer ainsi en dehors des passages docus’ - qui se démarquent par ailleurs très clairement du reste grâce à d’autres indications (plans fixes type interview, repères visuels qui dénotent des images d’archives type chaînes TV, traitement de l’image style camescope etc.).

    - j’ai plus exactement le film en tête, mais il me semble que c’est justement parce que Wikus est un peu benêt que son beau père (directeur du MNU) décide de lui confier la tête de l’opération. C’est loin d’être aussi absurde que le résumé que tu en fais - de mémoire il me semble qu’il y a une double intention derrière ça (il suivra les instructions à la lettre et osera rien dire - y a quelques passages qui possèdent des sous-entendus à ce propos, quand ils organisent l’opération; il faudrait les revoir).
    Et puis Wikus est plutôt apte pour le job’, qui est un truc très procédurier et administratif ( = obtenir la signature d’avis d’expulsion - le déménagement à proprement parler il doit être fait après, par de gros bras) - tâches administratives dont il semble savoir parfaitement s’acquitter, en bon bureaucrate et pseudo-ethnologue spécialiste des ETs - voir ses nombreux commentaires lorsqu’ils découvrent tel ou tel truc (il fait un peu penser à un expert de la DASS, qui se serait spécialisé dans les populations aliens).
    Sans compter que derrière, les militaires veillent au grain en cas de problème.
    Sinon, ce qui les intéresse, ce ne sont pas que les armes aliens: c’est le fait de pouvoir faire fonctionner la technologie alien, qui est encodé pour ne marcher qu’avec leur ADN (cf. le robot, le vaisseau etc.).
    Ils pensent d’abord aux armes car ce sont les choses les plus évidentes: ils les ont déjà sous la main, et leur usage semble assez simple une fois le problème de l’ADN résolu (= appuyer sur la gâchette).
    Là encore, il faudrait revoir le film, mais il me semble que l’un des scientifiques (le chauve qui est aussi interrogé dans des portions documentaires - celui-la même qui demande l’autorisation de découper Wikus) explique vite fait au beau-père de Wikus et à un autre type du MNU toutes les implications que pourraient avoir le fait de disposer d’un ADN mi-humain/mi-ET (= la possibilité d’utiliser toutes les biotechnologies aliens, et donc pas juste les armes).

    - ok, la fin est un peu plus convenue quand il finit par les retenir.
    N’empêche qu’avant c’est tout de même bien plus flou (quand il va même jusqu’à assommer Christopher pour se barrer avec la navette).
    Et comme je le disais dans un des commentaires précédents, si Wikus se découvre une empathie croissante avec les aliens (d’où son geste plutôt altruiste à la fin), c’est peut-être parce qu’il est en train de se transformer en alien lui-même (et pas que physiquement) - ce qui rend ce geste bien plus acceptable.

    - bah justement, comme le disait la critique du Monde (lien commentés quelques réponses au-dessus), c’est ça qui fait aussi la “subtilité” du film - comme à l’époque des bonnes vieilles séries B. On évite de te faire un grand discours, de parler de moral. Mais on saupoudre le tout d’éléments portant à réflexion.
    On te poste juste le cadre (qui peut prêter à réfléchir) - et après, on te montre l’incidence que ce cadre a sur les personnages qui évoluent en son sein. C’est à travers eux, leurs réactions et leurs évolutions (je pense bien sûr à Wikus) qu’arrivent certains questionnement de société - plutôt qu’à travers de grands principes moraux jetés ça et là.
    Il n’y a pas de commentaires, en fait - c’est au spectateur de se le construire; le film se contente de jeter d’éventuels indices, tout en n’oubliant jamais sa trame (c’est pour ça que je disais à Wolfreim que même s’il y a une ébauche de discours sur la discrimination, ce n’est pas pour autant un film à thèse, car ce n’est pas central - et Dieu merci).
    Il faut voir ça comme un film de genre intelligent, plutôt que comme un film à thèse qui chercherait à se donner des atours alléchants.
    Cela étant on reste donc malgré tout dans ce qui est censé constituer la base de la SF, en fait: on commence par le “et si…” (…une technologie révolutionnaire apparaissait, des ET débarquaient etc.), mais on s’attarde plutôt sur les conséquences de ce bouleversement technologique que sur ses conditions de possibilité (qu’on ne connaît de toute façon pas, le plus souvent - et puis l’intérêt est ailleurs: parler du monde actuel via le prisme du futur).

    Histoire de ne pas juste énoncer de grands principes, voilà une interrogation que le film a suscité chez moi: puisque le racisme est en grande partie lié à la xénophobie (= peur de ce qui est étranger, et donc par extension inconnu et incompris), dans quelle mesure peut-on vraiment lutter contre lorsque l’on a affaire à un “autre” qui résiste à notre compréhension à cause d’une barrière culturelle forte ?
    Autrement dit: quand deux cultures sont sensiblement éloignées, n’y a-t-il pas fatalement des zones d’incompréhension qui seront amenées à subsister - ouvrant par là même la porte à des raccourcis abusifs, des simplifications… et donc au racisme ? Car même avec toute la bonne volonté du monde, il y a des choses qu’on peut difficilement comprendre quand on est d’une autre culture étant donné l’écart avec la nôtre. On a un problème de référent initial qui malmène notre neutralité.
    On nait et on est élevé dans une culture spécifique, et on en garde toujours un peu les stigmates, quoi qu’on fasse pour s’en distancier.
    Le film est lui-même assez pessimiste à ce sujet, en montrant une population africaine - pourtant elle-même sujette il y a peu à un apartheid - être particulièrement virulente envers des ETs dans la même situation que celle que les noirs d’Afrique du Sud connaissaient il y a encore peu. Alors qu’on aurait pu s’attendre à les voir éprouver de l’empathie pour ces êtres qui passent par les mêmes galères.
    Ça rappelle d’ailleurs certaines expériences de socio’ (notamment une menée par une maîtresse d’école dans sa classe, si je me souviens bien) où on voit d’anciens opprimés prompts à devenir eux-même oppresseurs…
    Le seul type du film qui finit par éprouver un semblant d’empathie pour ces bestioles, doit au final, pour ce faire, devenir lui-même une de ces bestioles… y aurait de quoi en dire long sur la supposée capacité de l’être humain à se mettre dans les bottes d’autrui, non ?

    Alors certes, le film ne s’étend pas sur ça - il préfère le mettre en scène et le faire sentir à travers ses situations, plutôt que de le souligner et de le commenter à travers des propos des protagonistes, qui réfléchiraient sur leurs actions (comme si le moment se prêtait à l’introspection, en plus, alors qu’ils sont en pleine course contre la montre).
    N’empêche que si on réfléchit à ce qui nous est présenté, tout ça est bien présent.
    Pour ma part, je préfère largement ça à une leçon de morale magistrale via des dialogues relous, où on te prend par la main pour être sûr que tu comprennes bien ce qu’il faut comprendre.
    Ça prend peut-être plus de temps pour analyser les messages envoyés - car ils ne sont pas exprimés clairement via des dialogues écrits.
    Mais au moins tu n’as pas l’impression qu’on te prend pour un gosse de 5 ans - mais bel et bien pour un spectateur avec un minimum d’intelligence, capable de réfléchir sur ce qu’il a vu, sans qu’on ait besoin de lui livrer l’explication de texte qui va avec.
    Et ça, c’est suffisamment rare aujourd’hui dans les productions de ce calibre pour être souligné.

  56. divide dit :

    -je suis d’accord, d’ailleurs 24h chrono est filmé entièrement caméra à l’épaule sans approcher le genre documentaire, mais le problème ici c’est que le début du film associe volontairement ces mouvements instables aux caméras des journalistes, pour après garder la même instabilité alors qu’on est passé à une caméra fictionnelle. Donc pour moi ça manque de cohérence dans le dispositif.

    -alors je vais pas répondre point par point pour la suite, mais le problème fondamental de ce film pour moi c’est qu’il est manichéen et prévisible au possible: méchants humains oppresseurs/gentils aliens oppressés, et on se doute bien que le benêt infecté finira par aider ses nouveaux congénères, ce film a zéro subtilités dans son déroulement narratif.

    -Pas d’accord sur la profondeur du film, et pourtant c’est bien de cette manière que je concois la manière de faire passer des messages au cinéma (sans les dire, mais en faisant ressentir plusieurs de leurs aspect). Dans ce film, il n’y a aucune réflexion à tirer ! Qu’est ce que j’ai appris sur les conditions des bidonvilles et du gouvernement qui ne frise pas avec une naive évidence ? Rien ! Pire: la caricature déforme la réalité, ça montre un gouvernement nazis qui ne va pas au bout de sa logique nazis, les humains sont méchants sans raisons et les aliens se laissent stupidement faire alors qu’ils ont tout un arsenal alien au départ. Bref il me semble clair que si les aliens débarquaient vraiment en Afrique du sud, ça ne se passerait absolument pas comme ce film veut tenter de me le faire croire.

    -Au final, si je devais faire une comparaison, je dirais qu’H2G2 en tant que comédie sur les relations humain/alien est une critique plus crédible de la société (et de l’administration en particulier) que District 9 qui se voulait pourtant une analyse sociale, mais qui n’est pour moi qu’un film d’action sans fond.

  57. Mawwic dit :

    Je ne vois pas où est le manque de cohérence quand ce qui est associé aux caméras des journalistes, ce n’est pas seulement le mouvement des caméras, mais le type de séquence qui est filmé et les repères/codes visuels qui vont avec (et qu’on ne retrouve plus dans les séquences non-docus’).

    Je n’ai pas l’impression que le film soit si manichéen que ça, tout du moins dans son portrait des aliens (et de la réaction de la population civile à leur encontre).
    On voit bien que les ETs ne sont pas tout blancs. J’ai un peu la flemme de développer, vu qu’on l’a déjà évoqué dans des commentaires précédents, mais ils ont aussi leur lot de torts (évoqué dans les passages documentaires - avec la criminalité tout ça). Si on ne les a pas aidé à s’intégrer, eux n’ont pas forcément fait d’efforts non plus (Christopher est un peu l’exception).
    Et face à ça, la population lambda (on parle pas du MNU) se sent logiquement menacée… et va jusqu’à reproduire le racisme dont elle était victime il y a peu. Peut-on lui en vouloir pour autant, vu le gap culturel (cf. mon message précédent) ? Pas facile à dire.
    Bref, tout ça ne me paraît donc pas si simple (même Wikus est ambigu, si on excepte son geste final); bien que - je ne vais pas prétendre le contraire - on ait le droit à quelques persos’ clairement méchants (le boss du MNU, le colonel) et d’autres plutôt sympa (Christopher) histoire de faire jouer les antagonismes.

    Sinon, je ne pense pas que le film cherche vraiment à se concentrer sur les bidonvilles ou l’attitude du gouvernement.
    Tout ça, ce ne sont que des conséquences de ce qui pour moi vient avant (= quelle est le degré d’ouverture maximal de l’esprit humain face à l’inconnu et une culture étrangère, y compris quand on a soi-même été “discriminé” ?), que j’ai développé dans la fin du commentaire précédent, et qui constitue pour moi un des axes de réflexion central du film - lequel à travers les aliens, le futur ou la technologie, cherche en fait à te parler de la société actuelle et de la relation que nous entretenons avec nos semblables… comme tout bon scénar’ de SF.

  58. Holi dit :

    bouh les vilains blocs de textes :)
    Je l’ai vu ce soir, c’est clairement excellent, j’ai tout de suite repensé à HL et au court que divide à posté en commentaire.
    Contrairement à certain j’espère un district 10.

    Concernant le sujet en toile de fond, j’y ai vu une satire particulièrement savoureuse de la problématique des sans papiers poussé à l’extrême (des immigrés… en Afrique).
    “si ils étaient d’un autre pays on comprendrait, mais ils sont même pas de la même planète!”
    Enfin j’ai ressentis le même genre de sensations qu’à la lecture de comics anglais, décalés et futé.

    En un mot; jouissif.

  59. Ardemeus dit :

    aucun rapport mais…

    le forum est down ? j’ai un message d’erreur de Xoit :/ quand je veux aller voir l’auberge

  60. Mawwic dit :

    Tu t’es répondu je crois :)

  61. ballom dit :

    je me demande 5 excellente questions.

    1) quel est le degré de pudeur des crevettes à l’origine?
    en effet on voit 3 types de crevette à ce niveau là
    les crevettes toutes nue
    les crevettes ne possèdent quasiment aucun bout de tissus (1 en gros)
    les crevettes “à peu près” habillées (Christopher, son mioche et son pote)
    à votre avis
    es ce la conséquence de la déshumanisation (oui je sais dans ce cas sa ce dit pas mais trouver un autre mot équivalent) des ET causé par leur traitement inhumain? ou es ce le contacte avec les humains qui à modifier leur comportement (je parle de l’hypothétique transition nudiste–> pudique)
    je pencherais plutôt pour la 1ère hypothèse car on voit que ce sont ceux qui ont le + de personnalité qui justement sont les + vêtus.

    2) quel âge (environ) a le môme de christophe? parceque
    1_ vu sa taille par rapport à un adulte il doit logiquement être très jeune( mais bon si sa ce trouvent ils vivent 200 ans)
    2_ mais savoir manipuler un vaisseau spatial et un mécha blindé à distance, si il n’a que quelques années il est doué le petit oO

    3)pourquoi Christopher? sa fait très humain chez nous. es ce son vrai nom (me dite pas qu’ils ont pas de noms chez eux -_- )? ou lui a t’on donné ce nom? (bah oui pour faire disparaitre leurs cultures , un peu comme les tibétain ^^)

    4) c’est marrent …c’est moi où il n’y a que des mecs chez eux(voir son bisexuel)? à moins que les nana ressemblent à 99% aux mecs? en plus à un moment on voit un ET avec un soutif lol.

    5) pourquoi ont les a foutu la? certe sa fait des kilomètres en plus, mais ils auraient dut les parquer ailleurs qu’en Afrique, on sait bien que la bas la plupart des pays ont des conditions politique/de vie pas superbe (la preuve ya un gang nigèrien)

    ensuite pour la question sur le fait qu’ils ne ce soulèvent pas….pourquoi il sont ici? mon oncle m’a dit que d’après lui se sont juste des mecs qui ont pas eu de pot, ya eu un problème dans leurs OVNI et ils ont dut faire un atterrissage forcé…donc sont absolument pas venu pour s’installer d’après cette théorie, la preuve, ils veulent rentrer chez eux ><.
    et donc ils ne risquent pas de faire la guèguerre vu qu’ils veulent juste partir (et ils doivent savoir que si ils y a une révoltes ils seront tué jusqu’au dernier, car vu que c’est des aliens ils se prendrons une bonne partie des armées terriènes)

  62. ballom dit :

    Sinon le truc mais archi simple!!!
    Pourquoi ils font pas des cultures de cellules de nos cher ET?
    Comme sa ils en mettent sur des gants (on rentre pas dans les détails du coups de renouvellement régulier ou de comment ils collent les cellules sur les gants(et même me ditent pas que c’est super mega ultra compliqué)…) et voila les superbes flingues et autres technologie aliens reconnaissent de l’ADN de chez eu et op ont peut les utiliser :p

  63. Mawwic dit :

    @ballom: si la culture de cellules c’était aussi simple, on ne se galèrerait pas à cloner rien que notre propre patrimoine génétique (voir où on en est à l’heure actuelle).
    Alors celui d’une autre espèce, potentiellement bien plus complexe…

    Pour le reste, relis les commentaires, y a pas mal de réponses à tes questions.
    Sinon, réponse express:

    - ils sont en Afrique car c’est là que leur vaisseau s’est échoué, et que ces ETs ce sont un peu la patate chaude dont personne ne veut - donc ils y restent (tout ça est dit, ou au moins sous-entendu dans les passages documentaires).
    Et l’Afrique du Sud ça n’est en rien comparable point de vue condition de vie au reste de l’Afrique, hein.

    - qui te dit qu’ils marchent selon un principe de reproduction sexuée ? Rien que le fait de voir qu’ils pondent des œufs pourrait facilement laisser penser qu’ils ont plutôt un mode de reproduction proche de certains reptiles, qui “changent de sexe” à tour de rôle, pour les besoins de la reproduction.
    Là encore, revois le film (et tes cours de bio’).
    Et puis ils peuvent aussi avoir un tout autre mode de reproduction qu’on ne serait même pas capable d’envisager, qui sait: ce sont censés être des extra-terrestres après tout; alors pourquoi forcément vouloir les ramener à un modèle qui nous serait familier…

    - humains et ETs, en 20 ans, ont posé quelques bases communes de communication (cf. ils comprennent vaguement le langage de l’un et de l’autre). Du coup, il est probable que les ETs se soient donnés des noms prononçables par leurs hôtes, pour faciliter le dialogue (comme les Chinois qui se font appeler John ou Jean-Paul par leurs interlocuteurs occidentaux, pour des raisons pratiques, mais ont en réalité un autre nom - leur “vrai” nom).

    - je ne suis pas expert en biologie d’ETs fictifs, donc l’âge je n’en sais rien, et on s’en fout.
    Le fait qu’il manipule le vaisseau c’est aussi une des facilités que s’autorise le film (il en faut bien; et au moins il n’en est pas encore trop blindé), voilà tout.

    - quant aux fringues… on s’en fout ?
    Dans les bidonvilles, tu verras aussi des gens +/- vêtus.
    Bref.

  64. lionel dit :

    Geniale ce film.J’ai adoré!je trouve que vous vous compliqué trop la vie a analysé ce film ou et je pense que c’est pour cela que certaines personnes ne l’aime pas. Celon certains, il faudrai que tout soit parfait, rationnel ou meme qu’il n’y est pas d’ incoherence. Tout film comporte des erreurs et de plus vu le budget du film, il a du merite. Sinon pour ce qui ne veulent pas de suite je propose de ne pas aller voir “district 10″ s’il y a en a un (je rigole) mais moi je l’attend avec impatience. Mais encore une fois je pense qu’un film doit etre tout simplement regardé sans rentrer dans une analyse sans fin qui au finale peut nous en degouter. Cela est mon avis personnelle je ne critique personne et je respecte vos pensées.

  65. ballom dit :

    mawwic je les trouves que tes réponses veulent dire “OSEF et retourne au collége” (d’ailleur tu me dit deux fois OSEF)
    ensuite on va pas se chamailler pour sa, c’est qu’un film…
    mais j’ai bien envi de pousser justement le bouchon un peu loin sur les détailles dans le film et notamment savoir comment sont vraiment nos cher aliens.
    car en effet dans le film on ne voit que des aliens maltraité qui ont 28 ans de ghetto et de rabaissement derrière eux. et je me demandais si ils avaient avaient à peu près ces comportements chez eux qu’ils ont dans le film, où si cella est le résultat du conditionnement.

    ensuite je n’ai pas demandé pourquoi le film c’est dérouler en afrique du sud, mais pourquoi les autorité DANS LE FILM n’ont pas eu l’intelligence de les mettre ailleurs que sur place (bon bien sur pas de réponse du style “bah sinon le film serait nul” )

    et sinon
    “si la culture de cellules c’était aussi simple, on ne se galèrerait pas à cloner rien que notre propre patrimoine génétique (voir où on en est à l’heure actuelle).”
    Alors celui d’une autre espèce, potentiellement bien plus complexe…”
    http://www.informationhospitaliere.com/actualite-5104-grands-brules-technique-culture-peau.html -_-
    de plus j’ai parlé de culture de CELLULE pas d’ADN -_-
    et pour en rajouter une couche
    de 1) et l’éthique tu connais? si on n’utilise pas les cellules souches ( provenant de bébés avorté) dans la médecines c’est bien pour des raisons éthique et non pour des raisons scientifiques.
    de 2) il est clair que la culture de cellule est tout simplement impossible (IRONIE) -_-
    rien qu’à l’école avec une ptite classe d’éléve qui ne sont surement pas des futur prix nobel on peut faire des cultures de cellules.

    sinon vous en pensez quoi de la fin du film ?(c’est tout triste quand on voit wikus qui est devenu (physiquement) un alien :-( , devoir 3 attendre ans dans le corps d’un alien tout moche, parqué dans une zone issu du croisement du principe du ghetto des bidonvilles et des camps de concentration, j’aimerais pas être à sa place :/ )

  66. Mawwic dit :

    “et je me demandais si ils avaient avaient à peu près ces comportements chez eux qu’ils ont dans le film, où si cella est le résultat du conditionnement”

    Tu vas encore m’en vouloir mais… OSEF ?
    Nan, plus sérieusement, tu as aussi un début de réponse au commencement du film, où on t’explique que les ETs ont été retrouvés dans un état de désorganisation (cause disparition de leurs chefs et société vraisemblablement très hiérarchisée et spécialisée) avancé, avec tout ce qui s’ensuit (carences alimentaires etc.).
    Donc: peu importe comment ils étaient chez eux, ils ont déjà mal commencé en arrivant sur terre, AVANT MEME d’être parqués dans ce ghetto.

    “je n’ai pas demandé pourquoi le film c’est dérouler en afrique du sud, mais pourquoi les autorité DANS LE FILM n’ont pas eu l’intelligence de les mettre ailleurs que sur place”

    Et c’est bien ce à quoi je répondais.
    Et si tu te trouves absurde que des autorités ne parviennent pas facilement à déplacer une population d’immigrés qu’elles jugent pourtant gênante, je t’invite à regarder l’actualité de ces derniers jours et la fameuse jungle de Calais (aussitôt supprimée, aussitôt reformée).
    A moins d’avoir une tendance fasciste - et l’électorat pour t’appuyer derrière - c’est jamais très simple de déplacer des populations pour les parquer ailleurs; sans même parler des pressions de la communauté internationale (qui a tôt fait de s’indigner, mais ne voudrait pas non plus récupérer le bébé chez elle).

    Quant à la culture des cellules, le raccourci dont tu m’accuses n’est guère plus grossier que celui que tu fais en mettant la culture de cellules de tout type (de l’être unicellulaire - style levure - aux cellules de peau de l’être humain, organisme vachement plus complexe) au même niveau…
    Alors que mon propos était justement de te dire que tu supposais - sans aucune preuve - que ETs et humains étaient des organismes de complexité équivalente (et qu’on pouvait donc facilement répliquer les premiers).
    Ah, et pour info, l’ADN est stocké dans le noyau des cellules, hein (d’où le lien).

    Quant aux avis de chacun sur la fin du film (et son interprétation), ils ont été développés dans les commentaires - que tu n’as visiblement définitivement pas du prendre la peine de lire (et après tu vas t’étonner que je réponde sèchement…).

  67. ballom dit :

    “Et c’est bien ce à quoi je répondais.
    Et si tu te trouves absurde que des autorités ne parviennent pas facilement à déplacer une population d’immigrés qu’elles jugent pourtant gênante, je t’invite à regarder l’actualité de ces derniers jours et la fameuse jungle de Calais (aussitôt supprimée, aussitôt reformée).
    A moins d’avoir une tendance fasciste - et l’électorat pour t’appuyer derrière - c’est jamais très simple de déplacer des populations pour les parquer ailleurs; sans même parler des pressions de la communauté internationale (qui a tôt fait de s’indigner, mais ne voudrait pas non plus récupérer le bébé chez elle).”

    remarque tu parle de communauté humaine là, c’est plus compliqué car on a 3 tonnes de lois et entre autre les droits de l’homme blabla, alors que la c’est des ET et qu’ils n’y a aucunes lois les concernant (et puis le racisme est toujours bien présent dans notre société, et vu qu’ils viennent carrément d’une autre planète u_U) .
    Une communauté internationale? laquelle? l’ONU? A mon avis si ils l’on laissé au mains de la MNU c’est parce qu’ils en avaient rien à battre à mon avis(d’ailleurs c’est dit dans le film qu’on s’en aient désintéressé) .
    Et dans le film ils ont déjà une bonne partie de la capitale du pays qui en à marre des aliens, donc je pense pas qu’ils iront protester contre le déplacement des aliens.

    Et comme tu l’a dit ils sont complètement désorganisé, ils errent sans but (à part vouloir rentrer chez eu), il n’ont pas de volonté contrairement aux immigré humain qui risques parfois leurs vie pour allez dans un autre pays. Alors c’est plus facile de les déplacer à mon avis. (surtout que dans le cas de la jungle des calais ils veulent allez ailleurs que dans leurs pays, alors que à part chez eux les aliens ils savent pas où allez)

    “Quant aux avis de chacun sur la fin du film (et son interprétation), ils ont été développés dans les commentaires - que tu n’as visiblement définitivement pas du prendre la peine de lire”

    Je demande juste l’avis sur ce passage, pas une analyse avec un développement bac+5.
    et ensuite à entendre ta réponse on croirait que c’est dit dans les commentaires.
    et je me suis quand même amusé à lire quelques dizaines de pavé, et j’en connais pas beaucoup des mecs qui peuvent se rappeler de tout le blabla qui à été dit dans les 66 commentaires.

    mais bon la je suppose d’arrêter de ce lancer dans des trool, on va pas ce tuer pour sa :p.

  68. Mawwic dit :

    Je réponds à tes questions sur un point; et après tu les reposes dans un autre sens, comme si j’avais mal compris.
    Et tu finis même par te contredire toi-même.
    Exemple:

    Après une de mes réponses, tu me dis:
    “je n’ai pas demandé pourquoi le film c’est dérouler en afrique du sud, mais pourquoi les autorité DANS LE FILM n’ont pas eu l’intelligence de les mettre ailleurs que sur place”

    Or, précédemment, tu disais pourtant:
    “mais ils auraient dut les parquer ailleurs qu’en Afrique, on sait bien que la bas la plupart des pays ont des conditions politique/de vie pas superbe”

    Et je t’avais répondu en disant qu’ils n’avaient pas choisi que ça tombe sur eux; et que visiblement, la communauté internationale s’en lavait les mains et ne voulait pas récupérer le bébé.
    Pourquoi les aliens sont toujours à côté du vaisseau ? Pour la même raison que des camps de réfugiés provisoires, dans le monde réel, finissent par s’éterniser dans un endroit qui n’était prévu que pour les accueillir temporairement.

    Et tout le reste est du même acabit.
    Bref, désolé, je pensais être plutôt pas méchant comme type, mais là j’en ai un peu ras-le-bol et je jette l’éponge.
    En plus l’orthographe ne facilite pas toujours la lecture de tes posts.
    Désolé de te le dire comme ça, mais c’est vrai; il ne s’agit pas de faire zéro faute, mais il y a tout de même un minimum requis. Quand l’interlocuteur en face de toi - qui n’est ni Académicien, ni prof’ de Français - fait l’effort d’écrire dans un Français un minimum correct, le moindre des respects, c’est de tenter de lui rendre la pareille.

    “Je demande juste l’avis sur ce passage, pas une analyse avec un développement bac+5.”
    Et alors, chacun développe son avis comme il l’entend.
    Ça n’en reste pas moins un avis. C’est pas ce que tu avais demandé ?
    Après, si ça te fait chier de lire des trucs argumentés (parce que c’est long), et que tu veux juste du j’aime/j’aime pas, y a le bistrot du coin pour ça.

    “je me suis quand même amusé à lire quelques dizaines de pavé, et j’en connais pas beaucoup des mecs qui peuvent se rappeler de tout le blabla qui à été dit dans les 66 commentaires”
    Je pensais pas que ça demandait des capacités mentales si extraordinaires de se rappeler globalement de ce qui a été dit par chacun sur les points dont toi tu veux parler (pas besoin de se rappeler de tout, donc).
    Au pire, si ta question ne te vient qu’après avoir tout lu (et que tu as oublié ce que tu viens juste de lire), ben tu fais comme tout le monde: tu remontes vite fait les commentaires en diagonale pour t’assurer de ne pas (trop) faire de redite.

    “mais bon la je suppose d’arrêter de ce lancer dans des trool, on va pas ce tuer pour sa”
    Je suppose [qu'il est temps ?] d’arrêter de se lancer des trolls, on va pas se tuer pour ça.

    Ok, bye bye, thx.

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte sur WeFrag, connectez-vous pour publier un commentaire.

Vous pouvez, entre autres, utiliser les tags XHTML suivant :
<a href="" title="">...</a>,<b>...</b>,<blockquote cite="">...</blockquote>,<code>...</code>,<i>...</i>