Dans la catégorie: jeux finis

Chroniques sur les jeux que j’ai fini. le blog de Foine.

Articles taggés avec ‘SEGA’

[TEST 3DS] Super Monkey Ball 3D

Mardi 29 mars 2011

Voici mon premier test sur Nintendo 3DS pour Nintendo Différence… J’aurai pu être plus gâté mais que voulez vous… Au départ on ne s’attendait pas à ce que Super Monkey Ball se prostitue de la sorte…

Sans plus tarder : le test.

Lire le reste de cet article »

[J'ai fini] Shenmue

Mardi 3 mars 2009

Shenmue… Premier du nom. Pour les possesseurs de Dreamcast ce nom laisse souvent rêveur. J’en fais partie, et ce n’était pas mes 10 printemps ni même le fait que le jeu soit intégralement en anglais qui m’avait arrêté.

Pour les personnes n’ayant jamais joué au jeu, ou, pire, qui n’en on jamais entendu parlé, petit rappel. Shenmue est un jeu d’aventure nous mettant dans la peau de Ryo Hazuky durant la fin l’année 1986. Le jeu commence par l’assassinat du père de Ryo. Et Ryo, jeune héros en herbe qu’il est, va tenter de retrouver cet assassin. Voilà comment résumé de manière très brève, mais juste, le scénario. Alors, comme ça forcément ça a l’air pas bien révolutionnaire, mais je vous l’assure, révolutionnaire, le jeu l’était lors de sa sortie.

Tout d’abords l’aspect qui rend ce jeu si spécial à l’époque ce sont ces graphismes. Au moment de sa sortie c’est une claque. Un tel réalisme c’était du jamais vu. Les environnements étaient gigantesques et pourtant rempli de détails. On pouvait rester ébahi devant un simple pull de laine tellement il paraissait vrai. Je me suis ,par ailleurs, posé la question de savoir si Shenmue était capable de profiter de la HD de nos jours. Et je ne pense pas qu’il serai vraiment lui-même avec tous les reflet qu’on nous met à n’importe quel endroit (sérieux vous trouvez pas que tout à l’air de luire dans les jeux actuels? Moi ça me fait ça en tout cas…). Car Shenmue est terne. Loin d’être un défaut je trouve que ça le rend encore plus réaliste. La réalité n’étant pas fluo... Bref pour l’époque, c’était une baffe magistral qui peut toujours rivalisé avec les dernières productions PS2 je pense.

Mais les graphismes ne font pas un jeu. On le sait et c’est pour ça que l’on peut rejouer à Stalker ou Bioshock sans problème (enfin personnellement). La grande force du jeu était la vie que les développeurs avait mis dedans. Ryo évoluais dans une ville qui vivait. Les gens menaient leurs petites vies pendant que l’on menait la nôtre. Rien que ça c’était, là aussi, une baffe. Alors, bon certes faut peut-être pas être trop regardant car les personnages doivent surement (je n’ai jamais vérifier moi-même… On est pas assez fou pour ça à 10 ans) refaire souvent le même parcours. Mais pour quelqu’un qui cherche pas la petite bête c’était criant de réalisme. Autre point fou (et fort) du jeu, on avait une liberté d’action total. On était en rien pressé de faire la quête principale, et là est toute l’âme du jeu. Car en faisant ce qu’on veut on découvre la ville et toutes ses possibilités. Des heures durant j’ai joué à Space Harrier sur borne d’arcade ou sur la Saturn de Ryo (petit anachronisme évidemment conscient de Sega). J’ai un ami qui a passé des jours à gagner de l’argent pour avoir la collection complète de figurine que l’on pouvait avoir dans les distributeurs. J’ai moi-même acheté plusieurs objets inutiles pour, enfin, gagné à la loterie! Alors, vous me direz: c’est quoi ce truc? Ca sert à quoi? Fondamentalement a rien. Mais c’est la magie de Shenmue. Son ambiance, via ses musiques et son esthétique, est tout simplement énormissime. Il fait partie de ces jeux que l’on met dans la même gamme que ICO... Car c’est plus qu’un jeu. C’est vraiment une expérience à par entière.

Mais en plus de ça, Shenmue n’est pas un jeu qui ne compte que sur son ambiance pour réussir. Il a aussi remis le QTE (si cher au coeur de NoFrag … ^^) au gout du jour. Alors, ne vous en faite pas c’est quand même à petite dose. Mais à l’époque ce système était tout sauf fréquent dans les jeux. Mais il n’y a pas que ça. Durant ça recherche Ryo va devoir se battre. Et c’est là que le système de combat, inspiré de celui des virtua fighter prend le contrôle. On a, à notre disposition, une palette de coup impressionnante, qui s’étoffera au cours du jeu en rencontrant des maitre pour nous apprendre les secrets du combat. Encore ici c’est optionnel et on peut finir le jeu sans rien apprendre de plus que les coups de base. Ce système est aussi soutenu par un système d’entrainement. J’explique: arrivé dans un terrain vague Ryo voudra bien s’entraîner au combat. On pourra alors exécuter tous les combos que l’on souhaite dans le vide. Ce faisant, on augmentera progressivement le niveau de maitrise de nos techniques ce qui les rend plus efficace (logique quoi ^^).

Alors, évidemment le jeu est rempli de défaut, mais pour les jeux comme ça c’est comme si le bâton que Ryo a dans le postérieur quand il se déplace était masqué par la magie engendrée par l’entité que représente le jeu.

Bref ce jeu est un monument. Et mon seul regret est de l’avoir fini si jeune et de ne plus l’avoir sous la main maintenant… Car bon je pense quand même avoir raté des trucs. Un autre regret c’est évidemment de ne pas avoir le 2 et que le 3 ne soit que le résultat du rêve des fans.

Aller une petite image un peu critique du jeu qu’est plutôt marrante je trouve tellement elle illustre bien le jeu:

PS: Premier article avec seulement ma relecture personnel… Vous allez donc voir à quel point je suis une quiche pour l’orthographe tellement j’écrit des énormités et que je ne les vois pas en relisant…