Dans la catégorie: jeux finis

Chroniques sur les jeux que j’ai fini. le blog de Foine.

[Test] Pokémon Heart Gold et Soul Silver

Voilà mon dernier test sur Nintendo Différence. Encore une fois je m’occupe des monstres de poches. Le plus grand drame dans l’histoire c’est que je m’en lasserais jamais je crois (la faute à mon année de naissance… Mais aussi et surtout à ma volonté).

Pour consulter le test sur le site même voici un petit lien.

Promis, le prochain article c’est MGS 3. Promis.

Mais en attendant, voici le test.

Cela fait maintenant 6 ans que Nintendo et Game Freak ont lancé le « troisième mouvement » de leur cycle Pokémon. En effet, depuis 2004, chaque cycle est composé de 2 cartouches de base puis d’une troisième qui n’est qu’une refonte des deux premières. Pour finir le cycle en beauté, ils nous pondent le remake de versions précédentes. Cela avait commencé avec Pokémon Vert Feuille et Rouge Feu, les rééditions de la première génération. Et Nintendo ne voulant pas de remake orphelin, il remet le couvert pour (surement) clore le passage de Pokémon sur DS avec Pokémon Heart Gold (HG) et Soul Silver (SS), qui reprennent la deuxième génération des monstres de poches.
Maintenant, de deux choses l’une, faire un remake en innovant est un exercice de style plutôt ardu, mais d’un autre côté, Game Freak à l’habitude de nous resservir éternellement le même discours en ajoutant à chaque fois assez de choses pour attraper dans ses filets les plus fans (ou faibles) d’entre nous. Bref, les développeurs ont-ils su nous accommoder leurs restes pour qu’ils nous paraissent appétissants ?

Un intitulé de menu inchangé

Comme tout remake qui se respecte, Pokemon HG et SS reprend à peu près trait pour trait l’histoire de ses parents. On incarnera donc un jeune adolescent qui souhaite plus que tout devenir dresseur de Pokémon, et comble du bonheur, son vœu va être très vite exaucé par le Professeur Orme. On partira donc à travers tout le pays pour finir par devenir un maître Pokémon, en entraînant et en capturant de nombreuses créatures, non sans aider notre prochain le long du chemin. Ce petit pitch conviendrait à n’importe quelle version de Pokémon, tous couleurs et minerais confondus. Et ici, ça sent encore plus le réchauffé que d’habitude étant donné que c’est un remake… Alors, en quoi le scénario de cet épisode de Pokémon pourrai-t-il nous intéresser ?  Et bien tout simplement parce que c’est un remake. C’est bel et bien ça qui fait sa force comparé aux autres. Car si le scénario n’attisera pas quelqu’un qui découvre le jeu pour la première fois, les fans de la première heure éprouveront forcément des choses à se remémorer les souvenirs qu’ils ont eu du jeu original sur GBC. On se rappellera avec un petit pincement au cœur tout ce que Nintendo avait osé dans cet épisode, comme par exemple le passage du puits Ramolosse, incroyablement cruel pour le jeu pour enfants que représente Pokémon (heureusement que les Pokémons ne sont pas des animaux, sinon la SPA se serait révoltée). Bref, on a le droit à un scénario de Pokémon on ne peut plus classique, avec ses passages originaux, et ses passages obligés, qui trouvera un nouveau souffle auprès du nostalgique, sans pour autant délaisser les nouveaux venus.

http://document.nintendo-difference.com/20016/imgs/3.jpgGraphiquement, Pokémon n’a jamais, au grand jamais, fait des étincelles. Et Nintendo n’ayant jamais voulu bouleverser sa poule aux œufs d’or, de peur qu’elle ne ponde plus assez, on se retrouve très logiquement avec exactement les mêmes graphismes pour cette version que pour la version Platine. Donc, toujours l’éternelle vue de 3/4 hauts à la Zelda, avec les décors en 3D. On notera tout de même que, pour cet épisode, Game Freak s’est lancé dans l’art de la cinématique. Alors certes, cinématique est un grand mot pour les mini-scènes d’environ 5 secondes que nous propose les jeux, totalement en 3D que l’on aura l’occasion de voir une fois durant tout le jeu. Mais c’est un fait rare et totalement unique pour toute la saga sur console portable. Peut être peut-on y voir un effort pour enfin s’orienter vers un Pokémon totalement en 3D digne de ce nom… Ou peut être pas.

Toujours est-il qu’un effort a tout de même été fait pour donner un nouveau souffle au moteur graphique Pokémon de quatrième génération. Comme d’habitude, certains dessins et animations de combats se sont vus mis à jour, mais c’est tellement anecdotique que la plupart des gens passeront à côté. En revanche, on voit nettement les limites de ce moteur lorsque l’on prend des photos accompagnées de ses Pokémons. On aura alors le droit de voir une bouillie de pixel à la place de la photo tant convoitée… C’est à se demander ce qui est passé par la tête des développeurs quand ils ont ajouté cette fonction… À croire qu’ils n’ont jamais vu le résultat… Bref, à chacun son choix : soit on considère que de petits efforts suffisent ou bien on peste, car on aurait préféré un total remaniement du moteur graphique.

On peut toucher ?

http://document.nintendo-difference.com/20016/imgs/4.jpg« Les gars ! Regardez la nouvelle console de la maison mère ! Il y a un écran tactile ! On était complètement passé à côté ! » Cette phrase, totalement fictive, aurait pu être prononcé par un des employés de Game Freak après avoir sorti Pokémon Platine. Car si cette version était très complète, les interactions sur l’écran tactile restait très minimes, et au final on restait les deux mains sur la console, comme à l’ancienne. Mais aujourd’hui, finie la Pokémontre qui prenait tout l’écran tactile pour une utilité discutable. HG et SS permettent à Pokémon d’utiliser l’écran inférieur de la DS à sa juste valeur.

Le menu est maintenant toujours présents sur l’écran, et il suffit d’appuyer sur une des icônes pour aller dans la partie du menu voulu. Tous les menus profitent par ailleurs de cela, et la gestion de Pokémon dans le PC se fera donc sans problème en glissant les Pokémons de boite en boite, et inversement… Ce qui aurait dû apparaître comme une évidence dès le départ en voyant la console n’a sauté aux yeux de Game Freak qu’après trois jeux sur la console. On regrette d’ailleurs qu’ils aient mis si longtemps, car certaines mécaniques restent encore trop près du menu classique, ce qui dérange un peu le maniement au stylet.

http://document.nintendo-difference.com/20016/imgs/10.jpg
http://document.nintendo-difference.com/20016/imgs/5.jpgPar exemple devoir cliquer sur Déplacer pour ensuite pouvoir ensuite glisser-déposer ses monstres se révèle assez lourd, même après un temps d’adaptation. Alors oui, ceci est dû au fait que le jeu est toujours entièrement jouable de manière classique, avec croix multi-directionnel et boutons en main, mais il est évident que si Game Freak s’était mis au tactile plus tôt, ce problème serait apparu avant et serait donc résolu pour ces remakes. On notera aussi de légères améliorations mais qui, comme d’habitude, améliorent grandement le confort de jeu. Le fait que l’on puisse activer ou désactiver la course via un bouton tactile permettra en effet d’éviter les possibles ampoules que l’on attrapait en maintenant enregistrer 2 objets, qui apparaîtront eux aussi sur l’écran inférieur. Ça paraît bête (et ça l’est) mais ce simple fait évite de nombreux voyages agaçant dans le sac, ce qui, quand on est un habitué des deux dernières générations, est du bonheur en barre.

Mais si le côté tactile de la DS est enfin employée à bon escient, le gameplay général du titre n’a évidemment pas changé. En même temps, cela fait depuis maintenant 1996 que l’on nous ressort exactement les mêmes mécaniques de jeux. Et même si elles ont évolué entre la première et la troisième génération, les changements opérés entre les deux dernières ne sont visibles que par les Pokéfan pur et dur. Bref, ça reste, pour la partie RPG du jeu, totalement identique à ces prédécesseurs. Néanmoins, et comme souvent pour la saga, de nombreuses choses sont ajoutées à côté de l’aspect RPG et collecte du titre. Avant, on avait eu droit à des concours de beauté, qui dans les dernières version possédait tellement d’éléments aléatoires que cela en devenait agaçant. Mais on pouvait tout de même s’amuser gaiment à faire défiler nos monstres dans d’autres compétition que de simples combats. Pour ces refontes, nous avons le droit à un aspect totalement novateur, et qui plus est, totalement réussi. Sans prises de tête, le Pokéathlon consistera en une suite d’épreuves à thème durant lesquelles vous devrez remplir un objectif précis pour remporter le plus de points possibles.

http://document.nintendo-difference.com/20016/imgs/6.jpgLes épreuves, assez variées, peuvent aller de la bataille de boules de neiges, à la course, en passant par une sorte de foot en salle avec plusieurs ballons, sans oublier l’incontournable cassage de tas de tuiles. Tout cela évidemment au stylet, car comme on l’a dit plus haut, Game Freak a enfin compris à quoi servait ce deuxième écran. Très simple d’accès, mais pas pour autant inintéressant, le Pokéathlon reste assez limité au final, car bien qu’amusantes, vous aurez vite fait le tour de toutes les épreuves, et ce n’est pas les différentes caractéristiques que possèdent chaque type de Pokémons qui allongeront sa durée de vie. En revanche, il sera surtout amusant en multijoueur car on aura finalement accès à un mini-party-game au fun immédiat et sans conséquence. Bref le Pokéathlon atteint son objectif : divertir purement et simplement le joueur. Finalement, HG et SS gardent le gros du travail, et tirent leur épingle du jeu dans tous les à-côtés, ce qui n’est déjà pas si mal.

Un repas qui sonne bien

Dernier point à aborder pour ce remake : les musiques. On le sait, Pokémon, sans être nul dans ce domaine, n’a jamais attisé les foules (sur console portable, c’est un fait que l’on peut aisément comprendre). Néanmoins, les mélodies vous rentreront dans la tête et elles seront agréables à écouter dans la majorité. Mais la force de ces musiques ne vient pas de leur qualité moyenne, mais encore une fois du fait que ce sont des reprises. Les morceaux sont en effet tous des remix de la bande originale des jeux originaux de la GBC. Et disons-le tout de suite, c’est un succès total. On reconnaît parfaitement les morceaux originaux à travers la bande son, sans pour autant se douter que c’était à la base des morceaux composé pour la vieille portable de Nintendo. On se baladera dans tout Johto et Kanto en se remémorant les nombreux souvenir que l’on garde de notre premier périple dans ces régions. Et pour les plus nostalgiques, on aura même le droit d’activer le son GBC si l’on possède un objet. On pourra alors voyager au son des mélodieux « bip » que produisaient notre première console portable. En conclusion, une musique largement au niveau des autres productions, avec l’effet nostalgie en plus. De quoi régaler les anciens comme les nouveaux venus.

http://document.nintendo-difference.com/20016/imgs/7.jpgMission (encore une fois) accomplie pour Game Freak et Nintendo qui, en nous offrant une nouvelle mouture d’un jeu presque vieux de 10 ans, arrive à renouveler assez sa formule pour être sûr de vendre. Comme argument, on trouve d’abord la possibilité de posséder un peu moins de 500 créatures, cette version permettant enfin de réunir sans difficulté toutes les générations de Pokémon. En effet, via le port GBA (possesseurs de DSi évidemment exclus), on peut accéder aux monstres de troisième et première génération, tandis que les jeux DS réunissent la deuxième et la quatrième, bref, tout ce qui existe dans le bas monde des Pokémons. On notera aussi le retour de Pokémon Jaune via le fait que votre Pokémon leader vous suivra (presque) partout où vous irez. Mignon tout plein au début, le phénomène perd de sa superbe quand votre alligator géant « veut jouer avec vous »… Mais l’idée n’est pas désagréable et vous avez toujours moyen de ne pas les voir en montant sur votre vélo, donc… N’oublions pas aussi l’accessoire/gadget qu’est le Pokéwalker. Ce Tamagochi/podomètre n’ajoutera pas grand-chose au jeu, mis à par peut-être aux parents qui auront maintenant un bon prétexte pour aller faire marcher leurs enfants…

Au final, vous en aurez pour votre temps et votre argent, car la quête pourra durer des dizaines, voir des centaines d’heures… Et si jamais vous commencez à vous lasser, Nintendo compte bien vous abreuvez d’évènement Wi-Fi pour vous faire coller au jeu juste assez pour que vous craquiez sur la cinquième génération, qui pointe déjà le bout de son nez au Japon.

http://document.nintendo-difference.com/20016/imgs/8.jpghttp://document.nintendo-difference.com/20016/imgs/9.jpg

Tags: , , , ,

Un commentaire pour “[Test] Pokémon Heart Gold et Soul Silver”

  1. Lolokth dit :

    Pokemon c’est le seul RPG asiat que j’ai touché, je peux pas affirmer que c’est représentatif du genre donc.
    Mais pour ce qui concerne Pokemon, j’ai d’abord trouvé ça sympa, puis avec les suites très déçu du manque d’innovation. Le système de jeu est très lourd, il y a trop de menu, trop d’aller retour à faire, on perd beaucoup trop de temps. Je dis et pourtant je jouais sur emulateur avec la possibilité d’accélérer le jeu…

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté avec votre compte Wefrag pour publier un commentaire.