Frêle Esquif

Journal de bord d’un Nofragé, le blog de Douceur.

Need for Speed: Hot Pursuit, retour à la normale

Need for Speed… probablement la licence de jeux de course qui a connu le plus de virages dans sa conception. Elle a commencé par des courses sur routes ouvertes avec la police aux fesses ; ensuite les policiers ont disparu ; puis ils sont revenus ; sont ensuite venues les Porsche ; encore un peu de police ; Need for Speed est ensuite devenu le pendant vidéoludique de Fast & Furious, pour le plus grand bonheur des kékés, et au désespoir des joueurs de bon goût ; plus récemment, ProStreet a marqué un retour désastreux aux courses conventionnelles, sans police ; la licence a enchaîné avec un minable Undercover (nouveau retour de la maréchaussée) ; s’est après essayé à la pseudo-simulation avec un très bon Shift (qui devient désormais une licence à part) et, enfin, en 2010, est revenue aux fondamentaux avec un titre sobrement intitulé Need for Speed: Hot Pursuit.

Le speech : des courses avec des voitures de rêve sur des parcours de rêve, en étant poursuivi par la police ou en étant soi-même policier. En un mot : ce que j’attends d’un Need for Speed, un jeu fun avant tout et sans concurrent sur le marché. Le développement de ce Hot Pursuit fut confié à Criterion, studio qui s’occupe de Burnout et qui a logiquement commis Burnout Paradise. Oui mais voilà, le grand défaut de ce dernier, à savoir la ville ouverte, a ici été aboli, laissant place à un jeu extrêmement plaisant à jouer et très grisant. Une fois n’est pas coutume, ce test fera l’objet de deux listes successives, l’une énonçant les points forts du jeu, l’autre les points faibles.

Ce qui est bien :

  • Un gameplay très rapide et plutôt violent. Exactement le même que pour Burnout Paradise, avec du boost en-veux-tu-en-voilà, des virages à angles droits passés à 250 km/h, des dérapages qui peuvent durer pendant un kilomètre, mais avec des parcours balisés, sans besoin de regarder la carte toutes les dix secondes. Comme tout bon jeu de course qui se respecte, Hot Pursuit propose diverses catégories de véhicules, mais on arrive très vite à des voitures très rapides, celles qui ont encore de la reprise à 300 km/h.
  • Toujours niveau gameplay, le jeu propose deux carrières parallèles : fuyard ou policier, chacune ayant ses spécificités et ses attaques : les policiers peuvent mettre en place des des barrages routiers ou appeler des hélicos qui balancent des herses ; les fuyards peuvent déclencher un brouilleur ou un turbo très (trop ?) puissant ; et les deux peuvent conjointement balancer des herses (très vicieux) ainsi que des impulsions électromagnétiques, visant à déstabiliser et à endommager les adversaires. Inutile de préciser que chaque attaque est limitée en nombre et que chacune convient à une situation bien particulière.
  • Disposant d’un solo très complet et d’un multijoueur très fun, ce Need for Speed ne se moque pas de vous sur la durée de vie. Il m’aura en effet fallu 16 heures pour finir toutes les courses du solo et jouer en parallèle à quelques sessions multijoueur. Le multi passe d’ailleurs par Autolog, ce nouveau système que EA semble vouloir imposer dans tous ses jeux de bagnoles. Assez pratique, il permet une confusion du solo et du multi (les points d’XP suivent un tronc commun) tout en établissement des classements et des défis avec vos amis. Le multi est d’ailleurs l’un des seuls qui soit jouable en FFA – à l’inverse de ceux de GRID, Shift ou DiRT 2 qui sont infestés de boulets qui conduisent n’importe comment – puisqu’aucun fairplay n’est requis, bien au contraire.
  • Si les circuits sont cloisonnés, ce Hot Pursuit n’en propose pas moins un immense monde ouvert, celui de Seacrest County, qui, comble de bonheur, propose aussi bien des environnement côtiers, montagneux, désertiques que boisés. Vous pouvez d’ailleurs vous balader librement dans le comté, même si ça ne sert à rien. Chaque environnement possède ses caractéristiques propres et les transitions entre eux se font de manière très fluide. Et puis graphiquement, ça dépote pas mal, si l’on excepte l’aliasing (voir la deuxième liste). Pour vous donner un aperçu de ce que le jeu peut donner lorsqu’il est bien capturé, je vous conseille de jeter un œil à cette galerie. On notera aussi que ce Need for Speed est l’un des seuls titres qui propose aujourd’hui de la pluie et de la nuit, les deux pouvant se combiner. Et puisqu’on parlait des tracés, ceux-si sont généralement longs (plus de 20 kilomètres souvent, avec même une course final de 70 km, vous faisant traverser tout le comté), variés, et remplis de raccourcis en tous genres.
  • Aussi, Seacrest County est probablement l’un des lieux de la planète où l’on paye le plus d’impôts locaux : la police peut en effet se permettre de monter des barrages routiers composés de Ford Mustang ou de Porsche Cayenne, et les policiers roulent fréquemment en Lamborghini, en Pagani, en Aston Martin, en Bugatti, etc. Les résidents ne semblent pas ruinés par tous ces impôts, puisqu’ils roulent eux mêmes dans ce type de véhicules. Vous l’aurez compris, point de 2 C.V. ou de Daewoo dans ce Need for Speed, qui ne met à votre disposition que des modèles rares et souvent inabordables. Le garage est d’ailleurs assez complet, même si l’on regrettera l’absence de Ferrari et la redondance de certains véhicules (on doit avoir plus de 10 déclinaison de Lamborghini au final).
  • Pour finir cette liste, un petit mot sur la bande-son. Rien à dire pour les bruitages et les voix des transmissions entre policiers, si ce n’est des sonorités de moteurs qui se ressemblent un peu toutes. Ensuite, comme pour chaque Need for Speed, la tracklist est très éclectique : du rock à l’electro en passant par du R&B moderne et de la pseudo-techno. Chacun ayant ses goûts propres, ce melting pot représente l’idéal pour un jeu de course, d’autant plus qu’on peut changer de piste en appuyant sur un bouton.


Ce qui est moins bien :

  • L’aliasing. Criterion n’a vraisemblablement pas compris qu’un PC n’a pas les limitations d’une pauvre console, et que les machines actuelles peuvent se permettre de supporter un antialiasing digne de ce nom, surtout que le jeu est plutôt bien optimisé (mais limité à 60 FPS), sauf exceptions. L’aliasing vient ici tout gâcher : les jolis environnements et la très bonne modélisation des véhicules.
  • Les cinématiques omniprésentes et que l’on ne peut zapper totalement. On tique les premières fois ; on s’agace très vite après plusieurs heures. Et, paradoxalement, le jeu n’offre pas la possibilité de revoir ses courses, alors qu’on aurait bien aimé profiter de replays pour immortaliser quelque bel accrochage grâce au mode photo.
  • Beaucoup de courses sans intérêt. Au milieu des hot pursuit (fuyards et policiers), race (course classique, sans police), on trouve de nombreux contre-la-montre tout ce qu’il y a de plus chiant, surtout en policier où l’on prend une pénalité pour chaque frôlement de carrosserie.
  • Quelques frustrations : les policiers ont tendance à se focaliser sur vous, et ce syndrome Call of Duty peut agacer. Aussi, l’IA est parfois totalement cheatée, notamment dans les duels où elles vous dépasse à un endroit précis de la course, peu importe votre temps.
  • Une certaine répétitivité des tracés, malheureusement inhérente à tous les jeux de course depuis des années.

Déçu par les derniers Need for Speed (excepté Shift) et par Burnout Paradise, je n’attendais en toute logique vraiment pas beaucoup de ce Hot Pursuit. Quelle ne fut pas ma surprise de constater que Criterion a réussi avec brio un retour aux fondamentaux de la licence, en nous livrant un jeu vraiment fun (et encore plus en multi), plutôt joli et qui vous occupera facilement plus d’une dizaine d’heures. Trouvable aujourd’hui pour pas cher, ce serait idiot de passer à côté, surtout pour pouvoir faire quelques parties sur Weplay.

Précision : je ne saurais trop vous conseiller l’installation de ce petit mod, qui permet, entre autres, d’avoir une vue intérieure, de désactiver le HUD, de balader librement la caméra où vous voulez, de configurer le TrackIR (si vous êtes riches) ou de passer en transmission manuelle.

YouTube Preview Image
Vidéo dégueulasse qui ne reflète pas la qualité visuelle du jeu

Tags: , ,

20 commentaires pour “Need for Speed: Hot Pursuit, retour à la normale”

  1. KouKaracHa dit :

    Les défauts que tu cites m’ont complètement empêché de jouer à ce jeu, l’aliasing en premier, je trouve même qu’il nous empêche de voir loin et ainsi anticiper les courbes de la route.

  2. GaLaK dit :

    Pour le turbo trop puissant je ne suis pas d’accord, même avec les flics sont au moins aussi rapide que toi ! C’est d’ailleurs ça qui est bien fait, a voiture égale les flics vont plus vite pour permettre de rattraper comme il se doit les fuyards.

    Douceur :
    Trop puissant dans le sens où l’on peut rarement l’utiliser pleinement, à part en plein désert sur les lignes droites de plusieurs kilomètres. Et les flics sont effectivement parfois abusés, surtout en solo.

  3. moSk dit :

    http://www.senscritique.com/jeuxvideo/need-for-speed-hot-pursuit/7641281183018309/critique/mosk/

    Perso j’ai trouvé ça chiant. C’est presque plus un jeu de course en fait.

  4. SPhoenix dit :

    FELICITATIONS COLLEGUE

    (Une VF qui fait souvent pleurer.)
    On notera aussi qu’il n’y a peut-être pas de ville, mais on peut tout visiter sans faire de course il me semble.

    Douceur :
    Ouaip. J’évoque cette possibilité dans le billet.

  5. ici dit :

    Excellent test/compte-rendu.

  6. elemiah dit :

    Un mod ou un patch pourrait corriger ce problème d’aliasing?

    Douceur :
    Personnellement, je n’ai pas trouvé. Créer un profil Nvidia pour le jeu avec les pilotes ne change rien.

  7. Wraxou dit :

    Apparement le mec de Dead End Thrills a forcé l’anti-aliasing. J’imagine qu’il utilise le panneau de config Nvidia.

    It wasn’t until Nvidia donated one of its latest graphics cards – and I’ve covered this ground already so the plugging can take of itself – that I could force antialiasing on the cars /and/ scenery

  8. MaKsweL dit :

    Très bon article mais je ne suis pas vraiment du même avis sur 2 points :
    - Tu dis que l’optimisation du jeu est bonne, alors que bof, il ne supporte même pas les dual core. 100% sur le premier proc et 10% sur le 2ème, où alors c’est mon jeu qui bug ?
    - Les courses sans intérêts, c’est une question de goût. Moi je trouve justement que les courses où il ne faut rien toucher en flic sont intéressantes. C’est le type de course où il faut avoir une gestion parfaite entre les prises de risques et la rapidité.

  9. GaLaK dit :

    Euh, le jeu est assez beau et tourne comme un charme, je dirai donc comme Douceur qu’il est bien optimisé. Pour les courses je comprends que tu puisses apprécier mais pour moi on est plus dans l’esprit du jeu.

  10. MaKsweL dit :

    Ben tu as quoi comme processeur ? pcq avec un C2D 8400 @ 4,25 Ghz, il me prend 100% du 1er core et 10% du 2nd, ce qui donne des baisses de fps sur certains passages, donc non il n’est pas optimisé pour moi. D’autant plus que tu n’as pratiquement aucune option pour le tweaker et comme tu l’as fait remarquer support des filtrages drivers inexistant. Bref portage moyen j’insiste.

  11. vingt-2 dit :

    Ca faisait longtemps que je voulais me le prendre, tu m’as fait craquer. Par contre, a regarder, comme ca, ca fait TRES Burnout.

    J’aurais aimé qu’ils lachent le boost un peu.

  12. Chaka dit :

    Faudra que je le teste. j’ai commencé shift 2 là et …. Faut que je m’achète un pad.

  13. Pelomar dit :

    Shift 2 au clavier ?
    Déjà que j’ai souvent envie de pleurer au pad, alors au clavier tu dois vraiment avoir envie de t’euthanasier en permanence.

  14. Whisper dit :

    “Ben tu as quoi comme processeur ? pcq avec un C2D 8400 @ 4,25 Ghz, il me prend 100% du 1er core et 10% du 2nd”

    Avec mon core 2 Duo à 3.6Ghz, j’étais presque toujours à 100% d’utilisation des 2 cores, et j’avais des baisses de framerate flagrantes sur certaines portions des circuits (souvent aux carrefours bien chargés). Depuis que j’ai un quad-core, le jeu tourne en permanence à 60fps et son rendu me bluffe régulièrement (modélisation des caisses, distantes de vues, rendu de la lumière et effets météos…)

    On retrouve là le comportement de beaucoup de jeux développés en priorité sur consoles et donc pensés avant tout autours du tri-cpu de la 360 (l’architecture particulière du cpu de la PS3 ne posant pas trop de problèmes d’adaptation à ce niveau).

  15. G-UNIT dit :

    Sur les cartes ATI on peut forcer l’anti-aliasing depuis le Catalyst Control Center.

  16. Prezspurer dit :

    Le principal point négatif que j’avais trouvé était sa difficulté bien trop faible. Il n’y a peut être que 3-4 courses que j’ai refait pour terminé 1er et une seule où je n’ai jamais réussi à toper la médaille d’or…
    Mais c’est un très bon NFS, dans la lignée des tous premiers.

  17. Burgerlolz dit :

    J’ai l’impression de voir une vidéo de NFS : Poursuite Infernale 2 sortie en 2002 , rien n’a changé ( a part les kikoo emp & co) ça fait plaisir à voir , et je me laisserais bien tenter…

  18. Ele dit :

    Bizarrement, alors que j’étais plein d’espoir, j’ai vite abandonné. Entre les vidéos insupportables et le “lag” dans la direction (du genre “mon dieu mon volant fait 3 tonnes”, encore pire que dans les shift), j’ai été assez déçu.

    Et encore, j’ai testé au pad, au volant ça doit être vraiment n’importe quoi. Dommage d’ailleurs qu’on ait rarement de bons résultats arcade + volant.

  19. Auguste dit :

    Petite coquille (il en faut bien une): coMté et pas coNté.
    Et merci pour le test, plus qu’à attendre une promo pour les radins.

    Douceur :
    Corrigé, merci.

  20. vingt-2 dit :

    Burgerlolz a dit :
    J’ai l’impression de voir une vidéo de NFS : Poursuite Infernale 2 sortie en 2002 , rien n’a changé ( a part les kikoo emp & co) ça fait plaisir à voir , et je me laisserais bien tenter…

    Ouai c’est un peu ca mais ca sent quand même vachement le burnout (dans le sens ou les mécanismes principales de burnout sont quand meme la : Takedown, barre de nitro qui se charge en roulant en sens inverse etc..

    J’ai un peu l’impression de jouer a un burnout déguisé c’est dommage. Faut vraiment arreter avec la nitro putain.

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte sur WeFrag, connectez-vous pour publier un commentaire.

Vous pouvez, entre autres, utiliser les tags XHTML suivant :
<a href="" title="">...</a>,<b>...</b>,<blockquote cite="">...</blockquote>,<code>...</code>,<i>...</i>