Frêle Esquif

Journal de bord d’un Nofragé, le blog de Douceur.

Just Cause 2, entre chaos et cocotiers

Classé à titre subsidiaire dans ma liste des jeux à faire, Just Cause 2 est arrivé sur mon ordinateur grâce à une promo Steam (encore), me permettant de m’engouffrer très rapidement dans le chaos ambiant de Panau, cette île fictive que l’on sent inspirée des îles de l’Océan Indien et sur laquelle les États-Unis, par le biais de la CIA, ont décidé de jeter son dévolu.

Vous incarnez Rico, travaillant pour l’Agence et chargé d’une mission très simple : provoquer une grosse pagaille (ce que le jeu appelle le chaos) sur l’île pour déstabiliser le régime dictatorial en place. Autant dire que le scénario ne vole pas bien haut, mais il convient tout à fait au côté série B du titre, car tout à fait assumé : les personnages, tous plus stéréotypés les uns que les autres, ont chacun un accent à couper au couteau et semblent prendre la révolution (et les massacres qui vont avec) avec bonhomie. Pour vous donner un exemple, votre patron ne pense qu’à une chose : le cochon grillé, et peu importe la réussite ou l’échec d’une mission, tant qu’il fait son barbecue à la fin. L’autre truc devant lequel on tique vite : si l’on souhaite aider la population de Panau, pourquoi doit-on détruire tout ce qui lui permet de s’élever au rang de civilisation ? Pour la beauté du geste, répondrait probablement Rico. Comme répondait Alec Mason à la même question à propos de Red Faction: Guerrilla.

Oui mais Just Cause 2 c’est bien plus qu’un scénar’ bidon, c’est surtout une immense aire de jeu, où tout est à peu près possible. Rico sait tout piloter, du scooter à l’avion de ligne, et, grâce à son grappin très semblable à celui d’un Bionic Commando et à ses talents de cascadeur improbables (Michael Bay l’engagerait à coup sûr), il peut envisager les  objectifs qui lui sont assignés de différentes façons, rendant le jeu très varié malgré des objectifs répétitifs (tuer machin, actionner tel bouton, détruire tel dispositif, etc). Il faut d’ailleurs distinguer deux sortes de missions, celles de l’Agence, au nombre de 7, qui font avancer l’histoire ; et les dizaines d’autres au service des factions rebelles, qui sont là pour l’agrément et que l’on peut faire dans l’ordre que l’on souhaite. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, les missions de la CIA ne sont pas forcément les plus inoubliables.

C’est dans cette perspective que Just Cause 2 se présente comme un jeu totalement non linéaire puisque, d’une part, votre liberté de mouvement n’est pas limitée et d’autre part vous ne savez jamais quel type de mission vous allez avoir avant de la lancer. La difficulté n’est pas progressive, et une mission peut vous prendre deux minutes comme une demi-heure. Un certain Forrest Gump comparerait le jeu à une boîte de chocolats : on ne sait jamais sur quoi on va tomber.

L’autre pan impressionnant de Just Cause 2 est graphique et artistique. Le moteur utilisé est l’Avalanche Engine 2.0, le même qu’utilise le jeu de chasse free-to-play theHunter. Ce moteur est une merveille d’optimisation, puisqu’il nous permet de parcourir sans aucun temps de chargement une île immense et très fournie. Au lancement du jeu, le temps de chargement dure à peine deux secondes et la version PC ne relève pas pour une fois du foutage de gueule : de très nombreuses options graphiques sont disponibles, ça ne rame pas et le tout est parfaitement maîtrisable au clavier et la souris, même si j’ai parfois pu sortir le pad 360 pour certaines phases de pilotage.

Non seulement Just Cause 2 tourne bien, mais il est aussi très joli. Bien loin d’un Crysis ou d’un GTA IV (pour ne citer qu’eux), il ne fourmille pas de détails mais se concentre sur l’essentiel pour nous offrir quelque chose d’agréable à l’œil et dans le même temps bien optimisé. C’est surtout pour ses couleurs chaudes, loin de la grisaille habituelle, que je trouve Just Cause 2 remarquable, et se balader à Panau alors qu’il neige derrière la fenêtre, ça réchauffe quelque peu. Ensuite, l’immensité de l’île a permis aux développeurs de nous aménager des environnements très variés, de la ville à la jungle, des stations de ski au désert de sable chaud. Pour un aperçu de la richesse et de la taille de Panau, je vous conseille cette vidéo de XoBaR. Tout n’est pas optimal graphiquement, et on pourra regretter que les villes manquent de crédibilité, faute de détails. Mais dans l’ensemble ce Just Cause réussit un tour de force graphique auquel je ne m’attendais pas du tout. Cependant, persistent encore quelques bugs : j’ai plusieurs fois été coincé dans le décor sans possibilité de bouger, j’ai eu plusieurs retours bureau et le jeu plante systématiquement lors d’une course, me faisant craindre pour mes 100 %.

Enfin, le jeu offre une durée de vie digne d’un RPG puisqu’outre les dizaines de missions, il vous est proposé de très nombreuses courses chrono (en voiture, bateau, base jump ou avion) ainsi que la destruction de toutes les infrastructures militaires et la recherche d’innombrables items disséminés un peu partout sur l’île. En fouillant pas mal et en prenant mon temps, j’ai mis 16 heures pour arriver au bout de la quête principale, mais je n’avais alors que 30 % de complétude et si je veux atteindre les 100 % (et je le veux), il va me falloir encore des dizaines et des dizaines d’heures de jeu.

Depuis GTA IV, je n’avais pas été autant scotché par un jeu, délaissant un peu tout le reste. Acheté à moins de 7 €, c’est plus qu’un bon investissement, et moi qui ne suis généralement pas fan des jeux bac à sable, j’ai trouvé dans Just Cause 2 une immense aire de jeu qui va me demander pas mal d’heures avant que je commence à me lasser. Rendez-vous pour les 100 %. Just Cause 2 nous montre ainsi que les développeurs peuvent grandement s’améliorer en quelques années, puisque le premier Just Cause, sorti en 2006, n’était vraiment pas terrible.

Deux de mes missions préférées, parmi les premières heures de jeu

YouTube Preview Image

Tags: ,

21 commentaires pour “Just Cause 2, entre chaos et cocotiers”

  1. Easyone dit :

    J’ai un peu de mal avec les jeux “bac à sable” et j’ai sans doute mal abordé le jeu, du coup je m’en suis assez vite lassé. Je n’ai fais que 3 missions de l’Agence et 5 pour chaque faction. En revanche je me suis forcé toutes les missions annexes des zones que je visitais. Il me semble que j’avais “nettoyé” la grande île et une partie de l’archipel au Nord-Ouest.

    Je crois que j’ai encore la sauvegarde dans un coin, ça m’évitera d’avoir tout à refaire.

  2. drytaffin dit :

    J’ai raté la promo :’(j’étais en examen donc impossible d’allumer le PC).
    J’espère qu’il sera re-mis-en-solde pour noël !

    Ceci dit tu dis que le jeu t’as scotcher autant qu’un GTA mais ce sont pour deux raison totalement différentes (mais quiconque connait un peu les deux trouvera ça explicite).

    Note qu’ils vendent aussi des DLC pas cher mais pas rempli non plus: 1€ la voiture ou autre …

  3. Wodash dit :

    Le 1 était sympa, les dialogues n’avaient ni queue ni tête ce qui rendait tout très drôle, les mouvements étaient exagérés au grapin comme dans le 2 mais avaient un côté très ridicule, c’était pas un super bon jeu mais il avait un sacré potentiel pour se marrer.

  4. Ardemeus dit :

    Perso je trouve que le jeu est sympatoche mais pour peu qu’on veuille le finir a 100%, il vaut mieux faire ça par petites touches… on s’en lasse ultra vite…

    Par contre la maniabilité au clavier/souris c’est pas franchement toujours ça…

  5. Nst dit :

    Un jeu très fun très plaisant comme ce Test(comme toujours)

    tu en es à combien de pourcentage du jeux?

    Douceur :
    En ce moment, vers les 37 %. Mais comme dit plus haut, je compte progresser doucement.

  6. Royal dit :

    Farcry+Spiderman+GTA

  7. Jinroh dit :

    Le jeu est vraiment une bonne surprise, ainsi que les graphismes d’enfer. Par contre les combats sont ULTRA pourris… Encore pire que Mercenaries.

    Un mix de ce jeu et de mercenaries 2 avec un vrai ironsight ça serait ultime.

  8. drytaffin dit :

    Justement j’allais demander: Douceur, les combats te paraissent nazes aussi ?

    D’ailleurs, j’sais pas vous, mais en tant que fan de FPS, j’me dis qu’un truc comme ça avec de bon combats et une vue FPS ça pourrait faire un truc assez démentiel.

    Douceur :
    Les combats, en soi, sont brouillons et sans grand intérêt, mais c’est toujours assez sympa d’utiliser des moyens détournés pour venir à bout des ennemis : les faire tomber de leur perchoir, les accrocher à une bonbonne de gaz, voler leurs véhicules, etc.

    drytaffin :

    Wokay merci. Dommage qu’il n’y est pas de multi aussi !

  9. Dorak dit :

    Bon test en tout cas.

    Le jeu est effectivement très joli, d’ailleurs si t’es intéressé, des mods sont disponibles sur le net.

    Rien de grandiose, mais ça permet de s’amuser un peu plus.

    Le seul défaut que je reprocherais à JC2 sont ses combats, mous et assez inintéressants, et son moteur physique.

    Un autre détail : jouez-y à petite dose, on s’en lasse extrêmement rapidement.

  10. XoBaR dit :

    Un mix de ce jeu et de Mercenaries 2 avec un vrai ironsight ça serait ultime.

    Un ironsight dans un TPS ? mais bien sûr !

    Et puis Mercenaries 2 c’était de la grosse merde, que ce soit les combats ou le reste. Les combats de Just Cause 2, même s’ils sont assez moyens, restent bien meilleurs que ceux de Mercenaries 2.

  11. Jinroh dit :

    Je parle d’épauler l’arme, de viser. On pouvait le faire dans Mercenaries 2, mais c’était encore moins précis que le mode de tir normal…

    Mercenaries 2 était excellent, il y a juste sa finition qui était merdique. Les combats, la conduite et 2-3 éléments de gameplay étaient boiteux. Mais les missions, les environnements, les véhicules, la destruction des décors, les différentes factions… C’était franchement bien fichu.

    C’est un des jeux les plus fun auquel j’aie pu jouer ces 2 dernières années.

  12. Cireme dit :

    Jinroh a dit :
    Je parle d’épauler l’arme, de viser.

    Tu peux viser précisément dans JC2 avec une vue “caméra à l’épaule” en appuyant sur C quand tu n’as qu’une arme en main.

  13. Zo dit :

    Méfie toi pour les 100%, j’ignore si c’est la même chose sur PC mais en tout cas moi j’y joue sur PS3 et j’ai déjà été victime de plusieurs bugs qui m’empêchent de les atteindre : parfois je fais péter un truc quelque part et le % du lieu ne monte pas : j’ai deux bases militaires et 3 villes qui sont bloquées à 97% et pourtant je suis sûr et certain de les avoir terminées (j’ai les 100% sur ces lieux là sur une autre partie…).

    C’est ce qui m’a le plus dégouté dans ce jeu, étant moi aussi perfectionniste…

  14. Chaka dit :

    Moi ce qui m’a marqué, c’est la mission avec les 3 boss sur les toits de l’hotel, totalement folle et série Z. Et la fin… Meilleure mission de fin dans un jeu vidéo.

    Aussi, il faut absolument jouer avec le trainer cordes infinies et incassables. Histoire d’accrocher 10 types à son avion et décoller avec.

  15. Yoruneko dit :

    MY NAME IS BOLO SANTOZI

  16. Caroline dit :

    Chaka a dit :
    Moi ce qui m’a marqué, c’est la mission avec les 3 boss sur les toits de l’hotel, totalement folle et série Z. Et la fin… Meilleure mission de fin dans un jeu vidéo.
    Aussi, il faut absolument jouer avec le trainer cordes infinies et incassables. Histoire d’accrocher 10 types à son avion et décoller avec.

    Si tu as un trainer qui fonctionne avec la version steam c’est volontiers : j’en ai testé 4. Deux sont détectés comme des virus et 2 ne fonctionnent pas …

  17. Radical dit :

    +1

  18. Gaius_Baltar dit :

    Sympa ton test du coup j’y joue depuis hier soir, c’est très sympa, et très série Z effectivement…

  19. Ardemeus dit :

    idem… j’ai voulu foutre la corde incassable, pas moyen :/

  20. Caroline dit :

    En fait, la mise à jour steam empêche les trainers de fonctionner …

  21. Ren dit :

    Quelques jours à la bourre, mais j’ai trouvé un moyen de faire fonctionner le trainer (si vous parlez bien du bolo patch !)

    http://hotfile.com/dl/67767704/ce35df8/JustCause2.exe.html
    Suffit de télécharger ça, et de le remplacer par l’exe dans le dossier Just Cause 2 de steam.

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte sur WeFrag, connectez-vous pour publier un commentaire.

Vous pouvez, entre autres, utiliser les tags XHTML suivant :
<a href="" title="">...</a>,<b>...</b>,<blockquote cite="">...</blockquote>,<code>...</code>,<i>...</i>