Frêle Esquif

Journal de bord d’un Nofragé, le blog de Douceur.

Zeno Clash, in a zarbi world

Des jeux vidéo avec de l’étrange à l’intérieur, il y en a pas mal. En revanche des jeux comme Zeno Clash, on en voit pas tous les jours. Et c’est bien dommage.

Les lecteurs de NoFrag savent déjà de quoi il en retourne quand on évoque Zeno Clash, et pour ceux qui débarquent, je vous conseille la lecture du test de Dr. Loser ainsi que celui de rgk. Voici le pitch de ce jeu chilien (oui !), selon le premier testeur cité :

C’est l’histoire d’un type qui vient de tuer son unique géniteur. Poursuivi par ses frères et soeurs, il traverse le grand désert en espérant trouver asile avant d’atteindre les limites du monde…

À peu près tout est dit tant le scénario est mystérieux, et puisque ses arcanes ne se dévoilent qu’à la fin, en dire plus serait gâcher le plaisir du joueur. Vos premiers moments annoncent la couleur, et la première question qui vient à l’esprit, c’est « Mais je suis où, là ? ». Eh bien vous êtes dans l’univers de Zeno Clash, auquel il est formellement interdit de reprocher un manque d’originalité. En effet, je ne sais pas à quoi carburent les gars de chez Ace Team, mais c’est efficace : tout ce que vous pourrez voir, décors ou protagonistes (plus ou moins humain et/ou animal) respire la fraîcheur et l’esprit débridé. De plus, ce level design est servi par un brillant maniement du moteur Source, qu’on a parfois du mal à reconnaître tant l’univers se trouve aux antipodes de tout ce que l’on a déjà pu voir avec ce moteur. Ici, le goût de chacun est déterminant. On accroche ou pas. Moi j’ai vraiment apprécié, et j’attends la suite.

Le gameplay est lui aussi tout frais puisqu’il met en avant des combats à main nues fort bien foutus. Déjà, l’idée de boxe en vue FPS n’est pas très répandue. Ensuite, jamais je n’avais ressenti autant de puissance dans les coups infligés aux ennemis. Grâce à un body awareness poussé et à des bruitages qui collent parfaitement aux mouvements, on a réellement l’impression de se retrouver au milieu du combat et de ne pas être une simple caméra qui se meut à 1,80m du sol. Il y a tout de même quelques armes (munitions illimitées mais rechargements fréquents) ainsi que quelques grenades (pas très pratiques et dont je me suis très peu servi), mais leur présence représente un petit bémol au sein du gameplay : d’une part elles n’offrent pas les mêmes sensations que vos poings et d’autre part leur utilisation rend les combats parfois sans intérêt. Bien sûr, elles sont presque tout le temps facultatives, mais la facilité dans les combats qu’elle procure peut parfois s’avérer tentatrice. Pour les puristes, il existe un succès vous imposant de finir l’aventure sans utiliser aucune arme. Bonne chance.

Autre particularité de Zeno Clash, sa linéarité. Celle-ci n’est pas vraiment constituée des habituels couloirs que l’on connaît bien, mais d’arènes, desquelles on ne sort qu’après avoir éliminé tous les adversaires s’y trouvant. Ce choix d’avancement est de toute évidence dû au gameplay, mais j’aurais néanmoins apprécié davantage de couloirs où l’on élimine les ennemis au fur et à mesure de la progression. Au total, ce sont 18 chapitres (et autant d’arènes) qui jalonnent votre chemin. Le chiffre peut paraître important, mais la durée de vie avoisine les trois heures. C’est peu certes, mais le jeu se trouve à seulement 12 € sur Steam (une démo par ici pour les sceptiques). Il n’y a pas de multi à proprement dit, mais seulement des challenge towers dont le but est de gravir (ou descendre) les étages en combattant les ennemis dans un temps record ; il faut aimer. Mon verdict final sur Zeno Clash ? Un titre d’une fraîcheur rare, que je recommande à tous les blasés du FPS, et même aux autres, pendant qu’on y est.

Mise à jour du 23 juin 2011 : de belles images et une vidéo, par ici.

Tags: ,

15 commentaires pour “Zeno Clash, in a zarbi world”

  1. nounoursss dit :

    L’univers toussa toussa est magnifique, le boulot de Ace Team est assez impressionant.

    Par contre, j’ai pas trop accroche au gameplay. Pourtant bien foutu, mais voilà…pas aime.

  2. Koriggan dit :

    Je l’avais préco a 8€ en faisant confiance a Ace Team je regrette pas du tout. Et j’ai beaucoup apprécier c’est une pure merveille ce jeu.. J’ai adorer l’ambiance, les musiques, les combats et l’originalité.

  3. drloser dit :

    D’après steamstats, ils n’ont vendu que 21.000 exemplaires. Gloups :-(

    http://dev.zr40.nl/steam/games

    Je vais leur demander si le chiffre est fiable.

  4. Caroline dit :

    idem, pas trop aimé le gameplay et le côté linéaire. Mais c’est un bon jeu. Sinon ils parlaient pas de sortir une suite ? Etonnant s’ils en ont vendu si peu …

  5. Douceur dit :

    Ça m’étonnerait qu’ils en aient vendu si peu, parce que peu après sa sortie, Ace Team annonçait qu’ils étaient contents des ventes et qu’ils allaient donc préparer une suite. Après, le souci avec Steam, c’est qu’on a jamais de chiffres fiables.

    Et pour le gameplay, c’est vraiment une question de goût. On rentre dedans, ou pas.

  6. drloser dit :

    Je ne vois pas pourquoi les chiffres de steamstats ne seraient pas fiables. C’est peut-être le cas, mais je ne vois pas pourquoi…

  7. Strutter dit :

    Ça m’a vite soulé, pourtant je suis pas contre l’originalité. Je crois que le gameplay couloir et les combats à mains nues crispants (bon c’est peut-être parce que je suis mauvais) m’ont vide dissuadé de le finir, sachant que j’ai pas du tout adhéré à l’univers.

  8. drloser dit :

    Réponse du créateur de Steam Stats :

    SteamStats gets its information by reading the Steam Community
    website. This means that SteamStats can’t possibly see all Steam
    profiles. This is for several reasons:

    1. Private profiles. If someone’s profile is not public, it can’t see
    the games and achievements of that profile.
    2. Undiscovered profiles. SteamStats finds new profiles by looking at
    the friends of profiles it has already found. If someone doesn’t have
    any friends on Steam, or their friends network doesn’t connect with
    any of the known profiles, SteamStats can’t find them.
    3. There are a couple of other reasons why profiles aren’t counted,
    but the number is insignificant compared to the first two reasons.

    At the moment, there are about 21.300 Zeno Clash owners known to
    SteamStats. It knows about 8.600.000 public profiles. Valve says there
    are at least 20 million profiles. If I extrapolate using this data,
    this means there are at least 49.500 Zeno Clash owners. Is this the
    number you expected?

  9. Chaka dit :

    Même 50000 ventes ça reste faible, enfin pour un petit studio c’est déjà pas mal.

    Sinon loser, pour vérifier un peu le nombre de ventes, il faudrait demander à MatthieuFrog les chiffres de ventes de Penguin Arena par Steam (1800 dans steamstats)

  10. Dr_Johnson dit :

    Je suppose que les couts de développement n’étaient pas énormes. Toutes les technos ont été crées par Valve qui s’est un peu investit dans le projet. En plus, l’équipe était très réduite donc y a pas grand monde à rémunérer. Peut-être que Valve prend une plus petite partie des bénéfices par rapport à d’autres jeux vendus sur steam.

    Même avec 20000 copies vendues ils doivent avoir de quoi financer une suite.

  11. rgk dit :

    Merci de citer mes articles Douceur :)

    Dr_Johnson, peut-être que le moteur source vient de Valve, mais apparemment ils l’ont quand même lourdement modifié puisque le passage sur le Gmod a été assez difficile. D’ailleurs seuls les persos ont pu être adaptés. (C’est ce qu’a dit un des devs sur le forum)

    En tout cas pour ce prix j’en ai largement eu pour mon argent, entre l’aventure intéressante et complètement dépaysante, les combats et les challenge towers (même sans se lancer dans la course au temps, elles valent le coup d’être jouées). Quand on voit que certains vendent deux pauvres maps en DLC au prix de Zeno Clash, il y a de quoi se poser des questions.

  12. bretzel42 dit :

    Moi j’étais sur de l’acheter car j’adore l’univers sous acide du jeu.
    Mais j’ai joué à la démo….et j’ai pas accroché au gameplay. Et d’apres ce que j’ai lu le gameplay se résume à celui de la démo: Arene+fight, arene+fight, arene+fight, etc…donc sans moi.

    Bien dommage j’esperais un gameplay beaucoup plus original (et fin) vu l’univers si spécial.

  13. rgk dit :

    Tu t’imaginais quel genre de choses ? Je suis curieux de voir ce que tu pensais comme gameplay sous acide

  14. bretzel42 dit :

    euh je pensais pas particulièrement à un gameplay sous acide (quoique maintenant que tu l’dis, c’est vrai que ca pourrait être marrant), j’espérais juste un truc qui alterne séquences d’action/exploration/infiltration plutôt qu’un gameplay à la Street fighter 4.

  15. ananyme dit :

    L’interet du jeu, outre le gameplay un peut exotic, c’est surtout son histoire.
    C’est un vrai conte de fée, et perso j’ai adoré.

    Un peut comme Cod4 est un Michael Bay, ben la c’etait un Tim Burton :p

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte sur WeFrag, connectez-vous pour publier un commentaire.

Vous pouvez, entre autres, utiliser les tags XHTML suivant :
<a href="" title="">...</a>,<b>...</b>,<blockquote cite="">...</blockquote>,<code>...</code>,<i>...</i>