Satires de partout

le blog de DindonPoilu.

Articles taggés avec ‘dialogue’

« Articles plus anciens

[BD] Sous l’emprise du libre arbitre

Samedi 28 février 2009

Sous l'emprise du libre arbitre

Sous l'emprise du libre arbitre

Bonne décision

Dimanche 4 janvier 2009

- Salut Marc ! Bonne année. Meilleurs voeux.

- Ah, salut Jean ! C’est sympa, merci beaucoup. Toi aussi, une très bonne année ! Tous mes vœux de bonheur.

- Alors, quoi de neuf ?

- Ben tu sais, ce projet dont je t’ai parlé, quitter mon job pour créer mon entreprise. J’y pense de plus en plus. Ça m’obsède. Je ne sais vraiment pas quoi faire. Je dois prendre une décision. Mais c’est tellement risqué. J’aimerais d’abord te demander conseil.

- Bonne décision. Meilleurs conseils.

- Alors là, un grand merci ! Tu m’as vraiment aidé à y voir plus clair. T’es un chic type tu sais. Que dis-je, un bienfaiteur !

Arrêtons de faire semblant d’aimer…

Dimanche 28 décembre 2008
  • les huitres. Qu’ont-elles comme goût à part celui de l’eau de mer ?
  • les escargots à l’ail. Qu’ont-ils comme goût à part celui de la sauce à l’ail ? Mangerions-nous de l’escargot nature ?
  • le champagne. C’est si sec et amer ! Pourquoi nous acharner à en boire alors que nous connaissons de meilleures boissons beaucoup moins chères (telle la Clairette de Die Tradition) ?
  • le foie gras. Un toast de foie gras est-il vraiment meilleur qu’un toast beurré (à dose de gras égale) ?

Cessons d’être hypocrites. C’est parce que ces aliments sont chers que nous les consommons pendant les fêtes. Parce que fête est synonyme de luxe, j’imagine.

Et si nous mangions vraiment ce que nous aimons ?

- Vous avez choisi ?
- Oui. En entrée nous allons prendre un paquet de chips à l’ancienne, et un autre au paprika. Et en plat ce sera brioche au Nutella pour tout le monde.
- Et comme boisson ?
- Une carafe d’eau de mer s’il vous plaît.

Nuances

Samedi 29 novembre 2008

- Bonjour monsieur, je viens pour me faire rembourser mon lecteur Blu-ray.

- Ah bon, et pourquoi ?

- Eh bien, je n’ai pas observé une amélioration de la qualité des films.

- C’est étrange. Vous ne vous êtes pas trompés dans les branchements ?

- Non, j’ai tout vérifié au moins dix fois.

- Ok, testons votre appareil.

Le vendeur branche l’appareil sur une TV et lance un film. Il branche également un lecteur DVD sur une deuxième TV et y introduit le même film, pour comparer. Après quelques secondes de visionnage, il demande au client :

- Eh bien, vous ne voyez pas un net gain en qualité ?

- Non, tout ce que je vois c’est les mêmes performances d’acteurs, les mêmes passages drôles, les mêmes moments tristes, les mêmes travellings, le même rythme, les mêmes rebondissements, la même tension, le même suspense, les mêmes situations énigmatiques, les mêmes messages, ou bien la même pauvreté du scénario, les mêmes dialogues à la con, la même fin pourrie, la même morale à deux balles, les mêmes explosions, les mêmes méchants, les mêmes gentils, les mêmes poursuites en voitures, les mêmes combats où au début le méchant il est plus fort mais où à la fin le gentil il fait tomber in extremis le méchant dans le précipice. Ah si, je vois bien une différence : dans la version Blu-ray, les boutons d’acné des actrices sont beaucoup plus visibles.

- Pour les explosions, je ne suis pas d’accord. Regardez celle-ci par exemple.

Le vendeur met en pause les deux lecteurs sur la même explosion, et reprend :

- Vous voyez bien que la définition du Blu-ray vous permet de visualiser les flammes avec beaucoup plus de nuances. Après, si vous n’êtes pas sensible aux nuances, je pense que le Blu-ray n’est pas fait pour vous, m’voyez.

- Si si, vous avez raison, je vais le garder finalement.

- Vous faites le bon choix. Et si vous voulez vraiment vous donner toutes les chances de percevoir toutes les nuances que le réalisateur a souhaité apporter à son film, vous ne pourrez pas vous passer d’un ampli 7.1 HD dolby surround megawatt 10510-THX Pro de type V4D.

Moi non plus

Mardi 16 octobre 2007

- Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans la vie, Jeronimo ?
- Euh, je ne m’appelle pas Jeronimo, mais je peux vous indiquer un bon dentiste.

Et ils s’embrassèrent férocement.

C’est ainsi que les prostituées du lac Titicaca enseignaient la naissance de l’univers à leurs enfants, avant l’arrivée des missionnaires pastafariens.