Satires de partout

le blog de DindonPoilu.

Lettre ouverte à France Inter - Le danger des citations à l’oral

Suite de l’épisode France Inter. Après mon opinion sur la météo marine, voici un courrier que je viens de leur envoyer au sujet de la façon qu’ont leurs journalistes de rapporter les citations (non parce que, “on en a gros !”)

Bonjour,

Voici ce que j’ai entendu hier matin à France Inter, vers 6h40 :

« […] Carlos est décédé hier d’un cancer du foie foudroyant. […] (Il) avait 64 ans. C’était mon frère, on se connaissait depuis l’âge de 14 ans, c’est une catastrophe, disait hier soir Johnny Hallyday. […] »

Pendant un moment j’ai cru que le journaliste était vraiment le frère de Carlos. Il m’a fallu attendre la précision « disait hier soir Johnny Hallyday » pour comprendre la phrase que je venais d’entendre. Le temps de sortir de ma confusion, j’avais manqué la phrase suivante.

Je remarque que ce style journalistique est très souvent employé (pas seulement à votre radio). Y voyez-vous un réel intérêt ? Ne pensez-vous pas, au contraire, que nommer l’auteur d’une citation avant de prononcer cette citation* nous faciliterait la compréhension de celle-ci, en nous donnant les moyens de :
- savoir que ce que l’on va entendre est une citation, nous évitant de la prendre au premier degré ?
- savoir de qui est cette citation, nous permettant de l’accueillir de façon appropriée ? Il m’est en effet difficile d’analyser une citation tant que je ne sais pas si elle provient de Vladimir Poutine, du Dalaï-lama, ou de Michaël Youn. Et quand je sais enfin de qui elle provient, c’est généralement trop tard pour l’analyser : le journaliste est déjà passé à l’info suivante.

* Exemple : « Carlos est décédé hier d’un cancer du foie foudroyant. Il avait 64 ans. Johnny Hallyday nous confiait hier soir : C’était mon frère, on se connaissait depuis l’âge de 14 ans, c’est une catastrophe. »

Cordialement,

disait ma voisine en tambourinant à ma porte à 3h ce matin (alors, ça vous fait quoi de réaliser que tout ce que la totalité de ce courrier n’était qu’une citation empruntée à une alcoolique ne sachant même plus où elle habite ?)

——–

[Edit] Réponse de France Inter :

Bonjour,

Nous avons bien pris note de vos observations que nous avons transmises à la Direction de l’information de la chaîne,

Merci de votre attention,

Bien cordialement,

Tags:

34 commentaires pour “Lettre ouverte à France Inter - Le danger des citations à l’oral”

  1. The.MAN6 dit :

    Je doute qu’ils prennent la peine de répondre.

    Disait un crabe mort il y a six heures.

  2. DindonPoilu dit :
  3. The.MAN6 dit :

    Oui mais la dernière fois tu t’attaquais à une émission entière, là, c’est un détail dans la présentation journalistique (gênant, certes).

  4. Anonyme dit :

    Dans ta prochaine missive, si tu pouvais leur dire que l’expression "… d’un cancer foudroyant" est aussi ridicule que "… des suites d’une longue maladie" (visiblement passée de mode depuis quelques temps), ce serait sympa.

  5. WOLFREIM dit :

    Ecoute RMC infos :)

  6. glord dit :

    J’ai entendu pire dans la rubrique du médiateur de France Inter, alors pourquoi pas celle-là…

    Au passage, je suis content de pas être le seul aigri (qui plus est enseignant universitaire pour parfaire la caricature) qui passe son temps à critiquer la seule radio qu’il supporte d’écouter…je préfère le traitement de l’information sur France Culture, mais j’ai régulièrement la flemme de changer de station juste pour ça.

  7. babykiller dit :

    en même temps si tu places son nom avant la citation et que tu allumes ta radio au début de la citation tu crois que c’est le journaliste qui dit ca ;P

  8. DindonPoilu dit :

    babykiller, tu as totalement raison ! Je vais leur écrire à nouveau pour leur suggérer de placer le nom de l’auteur de la citation :
    - avant la citation
    - après la citation
    - au milieu de la citation (si jamais le type allume sa radio au début de la citation et l’éteint à la fin)

  9. crocopower dit :

    Je suis bien d’accord avec DindonPoilu, ça m’est arrivé aussi ce qu’il décrit là. Sans même le savoir, c’est peut être à des millions de gens flemmards comme moi qu’il rend service. Alors pouet pouet les autres !

  10. aliocha dit :

    Je te soutiens dans ton combat DindonPoilu, nerf le langage journalistique !

  11. Dr.Loser dit :

    Faudrait que le journaliste imite la voix de Johnny Hallyday : et voilà, problème résolu.

  12. glord dit :

    En fait, le vrai problème, c’est le ton faussement plein de pathos et condéscendant des journalistes de France Inter ce jour là. Plutôt que de se moquer à demi mot du mec, avec moultes extraits de ses merdes, ils auraient mieux fait de pas en parler du tout…

    Si ça n’avait pas été le fils à Dolto, la star des instits de primaires, il aurait eu le même traitement que Bézu…

  13. DindonPoilu dit :

    Dr.Loser : je crois que t’as trouvé la solution ultime ! Je vais demander à Sarko d’instaurer des cours d’imitation dans les écoles de journalisme.

    glord : malheureusement ils n’ont pas attendu la mort de Carlos pour employer ce style journalistique.

  14. Necro dit :

    Le cancer foudroyant à pas duré 4 ans au faite?

  15. glord dit :

    Avec un leitmotiv comme "qu’est-ce que tu bois doudou dis donc", il devait pas baller que de l’Oasis…y avait peut être une petite sirose "qui s’écrit cirrhose" pour faciliter le cancer…

    Comme toujours, Desproges aura fait mieux.

  16. Anonyme dit :

    "sirose"… hé bé, il est beau l’enseignant universitaire :|

  17. aliocha dit :

    En même temps, ce mots-là, y a que les alcoolos et les toubibs qui sachent l’écrire.

    Sinon, Carlos c’était quand même un cran au-dessus de Bézu.
    Purée, c’est pas rien, c’est le chanteur d’Oasis qui est mort !

  18. glord dit :

    Si j’avais su compter, je n’aurais pas eu à faire droit…

    Donc je m’en vais corriger ma bêtise de suite cher Anonyme :D

  19. Jib dit :

    Dans le même genre, le titre de libé "Mort du chanteur d’Oasis", j’ai cru que Gallagher y était passé. Dommage…

    Et d’un autre coté, envoyer une lettre pour ça, tu dois pas avoir grand chose à faire… on s’en fout un peut, non ? Arrête d’écouter la radio, c’est le plus simple.

  20. DindonPoilu dit :

    Un email, pas une vraie lettre. Et puis si ta femme met un parfum qui ne te plaît pas, tu trouves que "le plus simple" c’est de la quitter ou de lui suggérer de mettre un autre parfum ?

    Et si tu veux tout savoir : je trouve ça à la fois important (ça me démange depuis si longtemps) et marrant à faire.

    Et si tu veux vraiment tout savoir : tout n’est qu’illusion.

  21. PoFzz dit :

    Vous avez tous tout à fait raison. C’est un problème très délicat.

    La seule solution serait de passer une petite musique en fond pendant chaque citation. Ainsi, quel que soit le moment où l’auditeur allume sa radio, il n’aura aucun problème pour comprendre qu’il s’agit bel et bien d’une citation.

  22. DindonPoilu dit :

    Mais vous êtes décidément très inventifs ! Ensemble, nous révolutionnerons la radio !

  23. Dr.Loser dit :

    "Si ta femme met un parfum qui ne te plaît pas, tu trouves que "le plus simple" c’est de la quitter ou de lui suggérer de mettre un autre parfum ?"

    Le plus simple c’est de fermer ta gueule et de laisser ta femme se parfumer comme elle veut.

  24. rgk dit :

    Mais si on ne supporte vraiment pas ce parfum, le mieux c’est de lui en offrir un qu’on aura choisi avec soin.

  25. Jazz_JackRabbit dit :

    Regardez la télé.

  26. DindonPoilu dit :

    Réponse de France Inter :

    Bonjour,

    Nous avons bien pris note de vos observations que nous avons transmises à la Direction de l’information de la chaîne,

    Merci de votre attention,

    Bien cordialement,

  27. moSk dit :

    Tu vas finir par être blacklisté chez france inter…

  28. Jib dit :

    Ce que je veux dire, c’est que si ils devaient prendre en compte les remarques de tous leurs auditeurs (l’auditeur qui veut que l’auteur soit cité après la citation, par exemple), il y aurait une couille à un moment.

    Pour la femme, c’est ca. Tu dis rien mais si elle commence vraiment à sentir mauvais tu la largues. Un peu comme Nofrag, si je devais envoyer un mail à chaque fois qu’un truc me dérangeait… Bah non, je laisse faire et quand ca sera trop je zappe. C’est pas du sur mesure, hein.

    Demande à Loser si il lit les mails de plaintes !

    Il n’y a pas de mal à s’occuper ceci dit :)

  29. DindonPoilu dit :

    eh ben là tu postes sur mon blog pour signaler qu’un truc te dérange, non ? :)
    "C’est pas du sur mesure", mon blog, hein :)

  30. Mastaba dit :

    Où sinon faudrait qu’ ils sortent cette upgrade de mémoire cache du cerveau pour qu’ on se souvienne enfin des 3 dernières secondes.

  31. Yubo dit :

    C’est pas faux

  32. DindonPoilu dit :

    Mastaba, c’est pas seulement un problème de mémoire :

    pendant la citation, si je ne sais pas qui est son auteur (en supposant que je sais que c’est une citation), je ne peux pas y réfléchir. Je perds du temps. Et lorsque j’apprends qui est son auteur tout d’un coup je dois réfléchir à deux trucs en même temps : la citation que je viens d’entendre + la phrase suivante du journaliste. Je ne dis pas que je n’y arrive pas, mais en tout cas c’est vraiment pas fait pour nous faciliter la tâche.

    C’est comme si on parlait une langue dans laquelle il fallait mettre les verbes et les sujets en fin de phrase (tiens c’est drôle, ça me rappelle l’allemand)

  33. Anonyme dit :

    "eh ben là tu postes sur mon blog pour signaler qu’un truc te dérange, non ?"

    J’avais du temps à perdre :D

  34. Mastaba dit :

    Je sais bien, d’ autant plus que la radio a celà de particulier qu’ on fait généralement autre chose en l’ écoutant, contrairement à la tv où on "concentre" son attention dessus.
    Et comme on est pas vraiment multithreadé…

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte sur WeFrag, connectez-vous pour publier un commentaire.

Vous pouvez, entre autres, utiliser les tags XHTML suivant :
<a href="" title="">...</a>,<b>...</b>,<blockquote cite="">...</blockquote>,<code>...</code>,<i>...</i>