Satires de partout

le blog de DindonPoilu.

Archive pour août 2006

« Articles plus anciens

“Il faut rendre à César ce qui appartient à César”

Franchement, si cette phrase n’avait pas été prononcée par Jésus, serait-elle encore autant citée de nos jours ? N’est-ce pas la renommée de l’auteur qui fait la citation, plus que la qualité de celle-ci ? Et inversement, une citation peut-elle rendre célèbre son auteur ? Pour vérifier cette dernière hypothèse, je vous invite à déposer ici vos plus belles créations.

Quelques astuces avant de vous lancer :
- Ne cherchez pas à tout prix à donner un sens à votre phrase. Ex. : “Paris vaut bien une messe” (Henri IV - 25/07/1593)
- Ne cherchez pas trop compliqué. Ex. : “Je m’en lave les mains” (Ponce Pilate - vers 30)
- Ne vous interdisez pas les répétitions. Ex. : “Euréka ! Euréka ! J’ai trouvé ! J’ai trouvé !” (Archimède - vers -200)

Je commence :

“Il ne suffit pas de regarder la pluie tomber pour découvrir qui l’on est” (DindonPoilu - 15/08/2006)
“J’ai mis tout ce que j’avais dans mon sac” (DindonPoilu - 15/08/2006)
“L’autonomie se fait d’abord à plusieurs” (DindonPoilu - 15/08/2006)
“Elle est verte, mais peut-être pas pour longtemps” (DindonPoilu - 15/08/2006)
“J’ai reniflé une fois de trop” (DindonPoilu - 15/08/2006)

Les jeux valorisants

Lundi 14 août 2006

Cette discussion m’amène à vous poser la question :

Quels sont les jeux que vous jugez valorisants ? Quels sont les jeux qui vous ont apporté plus que du plaisir immédiat, qui vous ont appris quelque chose, qui vous ont servi dans la vie ? Quels sont les jeux auxquels vous êtes fiers d’avoir joué ? (à part Ragdoll Runner)

Mon jeu : Ragdoll Runner

Dimanche 13 août 2006

ragdoll_runner_2006

J’ai commencé un petit jeu d’athlétisme en 2D. J’en avais marre des jeux de sport où il faut bourriner sur les touches pour augmenter sa vitesse. J’ai donc fait ce jeu en privilégiant la coordination des membres, et en utilisant un moteur physique (ODE). Je me suis pour l’instant principalement concentré sur le gameplay, donc soyez indulgents avec les graphismes et les menus :-)

Avant de poursuivre le développement du jeu j’aimerais savoir si ça vaut le coup. Dites-moi ce que vous en pensez.

[edit 2015 : désolé, les liens sont morts]

Télécharger Ragdoll Runner (Lisez bien le LISEZMOI.txt)

Vidéo du 100M
Vidéo du saut en longueur

Ragdoll Runner se joue jusqu’à 4 joueurs simultanément en écran splitté. Il n’y a pas d’IA ni de mode réseau.

Quelques records pour vous motiver (en difficulté max) :
- 10M : 1.94s (l’épreuve du 10M c’est surtout pour s’entraîner au départ, qui n’est pas évident)
- 100M : 9.69s
- Long jump : 5m38
- Triple jump : 10m50

Edit :
Pour la programmation je me suis servi de Game Maker. Ce moteur de jeu 2D m’a grandement facilité le travail (moteur graphique, gestion des événements, etc.).

Astuce :
Vous avez du mal avec l’inclinaison du corps ? Regardez bien le symbole d’inclinaison en haut de l’écran. Pour commencer, penchez vous une bonne fois pour toute un tout petit peu vers l’avant, puis ne touchez plus à l’inclinaison, et ne vous occupez plus que des jambes. Quand vous courrez bien de la sorte, vous pourrez essayer de varier l’inclinaison pendant la course, surtout au départ où elle doit être assez importante, puis décroitre rapidement.

Dieu merci (2)

Vendredi 11 août 2006

Je remercie Dieu de m’avoir aidé. C’est grâce à lui que j’ai pu dépasser mes limites et gagner cette course.

Dieu est décidément super sympa.

Sauf que quand il fait gagner une personne, il fait forcément perdre toutes les autres. Eh oui, il y a plus de perdants que de gagnants, et pas seulement dans le sport. Dieu serait-il donc plus souvent cruel que bon ?

Remercier Dieu de m’avoir permis de gagner, c’est équivalent à le remercier d’avoir provoqué la défaite de tous mes concurrents. Ca me paraît un peu malsain comme façon d’imaginer l’intervention divine.

Dieu merci

Vendredi 11 août 2006

Nous avons beaucoup de difficultés à soigner les blessés. Nous manquons de médicaments et de nourriture. Beaucoup meurent sous les bombardements. Dieu merci nous avons toujours l’électricité.

Dieu, c’est vraiment un chic type.