Satires de partout

le blog de DindonPoilu.

Archive pour août 2005

Oscillations du bonheur

Vendredi 19 août 2005

Les questions « L’homme est-il plus heureux que le chien ? » et « Les jeux vidéo actuels sont-ils plus amusants que ceux d’il y a 15 ans ? » se ressemblent.
Pouvons-nous accroître notre plaisir de vivre par le progrès technique ou celui de notre intelligence ? Le bien-être dépend-il de la complexité de celui qui le ressent ? De l’objet sur lequel il porte son attention ?
Je crois que plus cette complexité est élevée chez un sujet, plus les variations de son plaisir sont importantes. L’homme a peut-être plus de plaisir que le chien lors d’un orgasme, ou lorsqu’il contemple un paysage, mais en contrepartie il est probablement d’autant plus triste quand un membre de sa famille décède ou quand il rate un métro pour quelques secondes.

Allez, lâchons-nous, bâtissons une théorie :
- Tout être vivant a une sensation de bien-être oscillant autour de zéro, zéro étant l’absence de sensation relative au bien-être.
- Plus un être vivant est complexe, plus l’amplitude de son oscillation de bien-être sera importante, c’est-à-dire qu’elle aura tendance à davantage s’éloigner de 0 aussi bien dans le sens positif de la joie que dans celui négatif de la tristesse.

Certains être vivants complexes ont du mal à supporter ces oscillations à grande amplitude que leur confère leur condition (souvent humaine). Notre théorie montre qu’une solution à leur problème serait de leur ôter leur surplus de complexité, par une opération appelée lobotomie.
Mais il s’avère qu’il existe une catégorie d’humains, appelés « les croyants », dont la courbe d’oscillation du plaisir est décalée par rapport à celle de tous les autres êtres vivants. Elle est mystérieusement tirée vers le haut.

Lorsqu’on les interroge, les croyants démontrent un plus grand détachement vis-à-vis de la vie et des événements qui la contrarient, un peu comme s’il n’y avait pas que la vie dans la vie. Ils font preuve également d’une plus grande capacité à apprécier des événements a priori neutres. Par exemple, il n’est pas rare de les voir en extase devant deux bouts de bois posés en croix.

Voici les courbes de bien-être de plusieurs catégories de croyants :

Conclusion : entre la croyance et la lobotomie, il n’y a pas à hésiter, devenez croyants.

Projet de (mini) jeu Ragdoll

Mardi 16 août 2005

Après avoir joué à Ragdoll Matrix, Ragdoll Masters, et bavé devant le trailer de Ragdoll Kung Fu, j’ai eu une idée super originale : créer un petit jeu 2D à base de Ragdoll !
Je pense en effet que l’utilisation des lois de la physique dans les jeux va nous permettre de modifier voire d’améliorer le gameplay de nombreux types de jeux.

Le jeu serait une sorte de course à pied entre plusieurs personnages de type humain. On peut imaginer des obstacles, des montées, des descentes, etc. Mais j’ai surtout réfléchi aux contrôles, et ai tenté de les simplifier au maximum. Les voici :
- 4 flèches directionnelles : contrôlent l’équilibre du perso (se penche en avant, en arrière, se baisse, etc.). Du point de vue physique ça pourrait être le contrôle des muscles abdominaux ou bien de la tête comme dans Ragdoll Matrix ou Ragdoll Masters.
- 2 boutons pour le contrôle des deux jambes. Prenons l’exemple du bouton qui contrôle la jambe droite : si le bouton est relâché le genou se lève vers la tête, et si le bouton est pressé, le genou se baisse.

Le gameplay consisterait à actionner les deux boutons des jambes alternativement pour pousser sur le sol (et pourquoi pas sur autre chose) et courir, tout en gardant l’équilibre convenable pour ne pas trop s’envoler ou s’effondrer.
Le but ne devra pas être d’appuyer le plus vite possible sur les touches. On peut imaginer que les muscles aient une limite de puissance (une cuisse deviendrait rouge lorsqu’elle serait trop souvent actionnée, et ferait boiter le perso), et que la technique l’emporte sur la vitesse de pression des touches.
Si tout est bien réglé, on pourra faire faire pas mal de chose à notre perso : sauter des haies, sauter à pieds joints, grimper des côtes, faire des sauts périlleux et acrobatiques.
Je pense que seules la montée et la baissée des genoux est nécessaire pour courir, et qu’on n’aurait pas besoin de contrôler les muscles en dessous des genoux. Mais je m’attends à avoir des mauvaises surprises, des trucs auxquels je n’ai pas pensé et qui compromettront peut-être la possibilité de faire courir un pantin à l’aide de seulement 6 touches.

Contrairement à notre ami MaxKarting j’ai décidé de faire moi-même ce petit jeu (enfin je ne suis pas opposé à recevoir de l’aide), mais la première étape est de me renseigner sur les outils qui me faciliteraient le travail. Je recherche donc un moteur 2D et un petit moteur physique, si possible gratuits. J’ai lu que Ragdoll Masters a été fait en blitzmax, mais c’est basé sur le BASIC et j’aurais préféré un truc en C++.