|Deus Ex Machina|

le blog de Daedalus.

Archive pour août 2013

Voila, comme promis, je vais résumer mon expérience dans un milieu qui m’était inconnu jusqu’à lors, le milieu du jeu vidéo professionnel.

Il y a un mois, j’ai été accepté comme stagiaire dans une équipe de développement pro en belgique. Bien qu’étant persuadé d’avoir les capacités requises pour travailler à un tel niveau dans cette entreprise, je suis quand-même passé par la petite porte. En effet, le niveau d’expérience de ces personnes est bien plus élevé que ce que notre école a bien pu nous apprendre jusque maintenant.

C’est là qu’est survenu le premier constat qui fâche: Mon cursus est beaucoup (beaucoup) trop light pour le jeu vidéo. Tout au plus il pose les bases pour du travail artistique et de programmation, mais sans jamais rentrer dans les détails. Pour rentrer dans le milieu, il vous faut de l’XP.  Pas le temps de former des nouveaux, les délais sont serrés et il faut de la main d’oeuvre rapidement. C’est bien hein, les écoles qui vendent du rêve et qui vous donne du vent?

Revenons-en à l’équipe.  J’ai bossé avec tout un tas de personnes, car je n’avais aucune compétence particulière. Dès les premières heures, un genre de touriste légèrement débrouillard hantait l’openspace, une canette à la main, interloquant de ci de là les gens qui travaillaient consciencieusement. Leur piquant parfois une clope, ou du feu, ou de la bouffe… Dur de survivre dans ce milieu impitoyable. Je construisis ma tente dans un coin de l’openspace, à partir d’un costume furry abandonné qui filerait des cauchemars à Jaspion. Mais qu’à cela ne tienne, j’ai une prise pour mon portable, et assez de place pour poser ma canette. Tapis dans l’ombre, j’affûtais mon stylo, , en attendant qu’une marmotte passe assez près de moi pour la transformer en délicieuse brochette à barbecue. J’étais là, le regard sur l’horizon des écrans, attendant ma proie.

Soudain, une personne vint à moi. On me demande de me relever et de laisser ce pauvre furry tranquille. On a finalement un poste à me proposer.

J’ai commencé par du level design (pourquoi? parce qu’on m’a demandé:-”tu t’y connais en level design? j’ai répondu -”gnhmp”. Gagné! C’était la bonne réponse). Le travail suivait, j’enchaînais les itérations et les maps en 3D  mais mon boulot fut stoppé net par le fait que j’utilise des solutions qui ne sont pas compatibles avec les logiciels de l’équipe. Je suis sur sketchup, et l’export foire à chaque fois. Moi qui voulais briller, c’est raté (Kominaaa m’avait pourtant prévenu). J’ai du faire un peu la liste des softwares utilisés pour m’entraîner dessus.

uppix.netuppix.net

C’est ainsi que je me suis mis sur 3Dsmax. Mon temps d’apprentissage étant trop long, on a du s’y mettre avec un des modeleur de la boite. Étonnement, nos réflexions se rejoignent, on a la même vision des choses. Yeah, I’m useful! (Lisez ceci avec la voix du Dr Zoidberg).

Bon point pour moi, je suis pas largué en game design, on a des discussions assez sympathiques et approfondies sur des mécaniques de gameplay pour certains jeux.

Au fur et à mesure de mon stage, on jongle sur 2 gros projets, dont un qui est visiblement un vrai challenge pour l’équipe de design, car c’est un jeu multi sur…smartphone. Grosse contrainte de game design, le client ne sachant pas tellement où il va et nous demande de leur proposer un truc génial sur un thème bateau. Hop, réunions, mise en commun, prise de tête, je lance des “Firefly” ou “MMO rts avec composante sociale sur le thème de Dune” ou “on laisse tomber le smartphone et on leur propose un MMO pc”.  Finalement, je me rend compte que mes envolées lyriques de game designer frustré ne sont pas à la hauteur. Déçu mais je comprenais pourquoi.  Normal pour quelqu’un qui n’a encore rien conçu. L’équipe avait du coup mis un designer sur le jeu, pour éviter ce genre de discussions animées. Hop, présentation du jeu empaquetée en quelques jours, c’était réglé.

uppix.net
uppix.net


Je me suis du coup mis sur Unity, afin de créer un prototype de gameplay pour le premier jeu sur lequel on m’avait placé. Mes premiers pas sur Unity sont réconfortants. Le logiciel est super rapide à prendre en main, on enchaîne les scripts avec une facilité déconcertante et je maudis le jour où j’ai arrêté d’apprendre le C# car visiblement, rien qu’avec ça, j’aurais eu un proto valide en 5 min.

Second constat: Unity est une excellente plateforme si on veut créer un prototype jouable en peu de temps. Je me suis amusé comme un ptit  fou à faire des navmesh, intégrer des perso, les faire interagir avec le décors et faire crever mon perso sur des pièges codé à l’arrache. Je commençais en parallèle à bosser sur mon propre projet sur Unity et 3dsmax.

Après avoir fait mon proto basique, on m’a demandé de faire quelques concepts d’environnements, et là encore, j’ai les bases, mais pas l’expérience pour faire des concepts qui soient utilisables. Enfin c’est ce que je pensais après les premières remarques. Quelques retouches plus tard, on tombe d’accord, ils valident mes concepts. Cool.

Récapitulons. Un mois de stage dans une entreprise, ce n’est clairement pas assez. Mais pour moi, c’était même un peu trop long. Pourquoi? Mon manque de spécialisation. Je ne suis ni modeleur, ni level designer, je ne maîtrise rien mis à part la suite adobe.

J’ai quand-même appris quelques choses essentielles. J’ai pu voir comment on passait d’une idée de base à une production pour avoir un résultat final, j’ai appris à utiliser Unity, ce qui pour l’instant me permet efficacement d’avancer sur mon propre travail.

Et puis j’ai trouvé un vieux contributor qui nous avait aidé au temps de Requiem: avenging angel, qui se trouve être un modeleur de talent chez eux. N’est-ce pas Holi?

De toute façon, mon projet est déjà en marche, et malgré tout, je vais continuer à me battre, à lire, à faire des tuto, à m’entrainer à la Rocky autours de tous les logiciels qui me permettront de créer mon propre jeu. Et vous aurez de mes nouvelles dans pas longtemps, avec peut-être un proto jouable sur Unity. Parce qu’en fin de compte, j’ai donné le thème de mon travail de fin d’étude, Jack. Si je veux mon diplôme, je dois au moins faire un niveau jouable pour Juin prochain. Au boulot!

uppix.net

uppix.net