|Deus Ex Machina|

le blog de Daedalus.

Cancer, hémiplégie, et toutes ces joyeusetés…

Je sais pas pourquoi je fais ça mais parler de tout ceci avec ma copine ne m’apaise pas, bien au contraire. Quand bien même je lui expliquerais en détails, elle ne pourrait jamais savoir ce que je vis. Alors je m’épanche, sur la toile, ce flot pathétiques d’évènements qui arrivent à ma petite famille depuis une 20aine d’années.

Résumons les évènements: J’ai toujours vécu avec ma mère et ma grand-mère. Enfant rejeté par son père à la naissance, j’ai passé mon enfance entre une mère devenue alcoolique suite à sa rupture avec mon père, et une grand-mère qui faisait des heures sup pour avoir assez pour subvenir aux besoins de 3 personnes.

Ma mère n’a jamais arrêté la bouteille, et n’étant pas de nature très maternelle, ne m’a pas vraiment éduqué. Cette tache fut attribuée à ma grand-mère qui, quand elle n’était pas au boulot, passait sa soirée à gueuler sur ma mère pour qu’elle arrête de boire et de s’en prendre à moi de façon souvent inappropriée.
On va passer la suite. J’ai fait mes études, j’ai tout réussi d’un coup jusqu’au vacances de pâques (22 mars 2005 pour être précis): Ma mère, ne voulant plus aller chez le médecin puisque étant toujours en état d’ébriété et se faisant toujours sermonner par ce dernier, a eu une attaque vasculaire cérébrale, suite à une tension trop haute pendant trop longtemps (22 de tension). Une semaine après son admission et son recouvrement quasi total de l’usage de son bras, un autre AVC, plus destructeur, lui fait perdre l’usage de son bras, de sa jambe et de tout son coté gauche (œil y compris). Ajouté à cela des dommages irréversibles au niveau cérébral, lui faisant perdre 50% de ses capacités intellectuelles.

Nous vivons donc depuis ce jour-la, avec ma mère qui est handicapée sévère (moteur et mental), dans une chambre aménagée au rez de chaussée, en lieu et place de notre ancienne salle à manger. Bien qu’elle sache encore tenir une conversation “simple”, elle est incapable de réfléchir longuement, de se souvenir de quelque chose de précis dans un court terme (elle se souvient néanmoins très clairement de choses s’étant passées avant l’accident). Elle a souvent des hallucinations et confond parfois programmes télévisés avec la réalité.

Évidemment, ce n’était pas assez, et c’est en Juin 2008 que l’on lui diagnostique un cancer du colon. L’opération visant à enlever la tumeur se révèle moins bien faite que prévu et on a du l’opérer 5 fois pour remettre tout en place. Autre mauvaise nouvelle en Décembre 2008 ou on lui diagnostique un cancer du sein, n’étant pas une métastase de celui du colon. L’opération du sein se déroula bien mieux, mais l’état de santé de ma mère se dégrade pourtant.

Depuis ces opérations, et depuis sa chimio, ma mère est mourrante, n’ayant à peine la force de lever une fourchette avec sa main valide. Elle a besoin de soins continus pour sa poche d’iléostomie et d’autres choses. Elle dort de plus en plus, se réveillant pour sa toilette et les soins que ma grand-mère lui apporte plusieurs fois par jour.
Ma grand-mère a 90 ans. Ma mère 58, moi 24. Aujourdhui est le premier jour où ma grand mère n’a pas trouvé la force de soulever ma mère pour s’installer sur sa chaise pour ses soins. Ma mère est tombée et s’est cassée un bras et une jambe.

Ma grand-mère est trop faible pour s’occuper de ma mère et je suis toute la journée au laboratoire. Il n’y a aucun bâtiment prêt à s’occuper de ma mère à plein temps dans la région. Nous ne savons plus quoi faire.

45 commentaires pour “Cancer, hémiplégie, et toutes ces joyeusetés…”

  1. giant dit :

    je supose que tu as coupé les ponts avec ton père ? l’état ne propose pas d’aide à la personne en Belgique ?

  2. Daedalus dit :

    Il lui faudrait un environnement hospitalisé 24/24h, car une infirmière passe 2 fois par jours pour les soins généraux, mais pendant le reste de la journée il faut continuellement s’occuper d’elle, le peu de forces qu’elle a, elle essaye de sortir de son lit pour je ne sais quelle raisons, même en mettant les barreaux.

  3. elpopo dit :

    Faut mettre ta mère dans une maison de soin spécialisée, laisse ta grand mère finir ces jours tranquillou, et voilà.

  4. PositiveFunk dit :

    Oh putain j’ai travaille un an en oconlogie. Je comprends ta peine. C’est l’enfer.

  5. moSk dit :

    Je sais pas quoi te dire, tu dois avoir bien du courage pour faire face à ça, j’arrive même pas à imaginer ce que doit vivre ta grand mère.

    En france t’as des aide pour ce genre de situation, ce sont les mairies qui s’en occupent, pour toi je sais pas ce que tu peux faire. J’ose pas trop imaginer les dilemmes auxquels tu dois être confronté. Les responsabilités auxquelles tu dois faire face sont effrayantes. La seule chose que je peux te dire c’est qu’il ne faut pas avoir peur de demander de l’aide.

  6. jipe47 dit :

    Je compatie beaucoup à ce que tu endures ; chez moi aussi on n’a pas été épargné par la vie. Ca me déprime tellement que j’ai voulu faire comme toi, un article avec pour titre “Dieu est con”.

    elpopo a dit :
    Faut mettre ta mère dans une maison de soin spécialisée, laisse ta grand mère finir ces jours tranquillou, et voilà.

    Le problème est que c’est hyper coûteux :( .

  7. Boozdeuvash dit :

    Putain, je comprends pourquoi tu déprim(ais)e depuis des années maintenant…

  8. FerN dit :

    moSk a dit :
    Je sais pas quoi te dire, tu dois avoir bien du courage pour faire face à ça, j’arrive même pas à imaginer ce que doit vivre ta grand mère.
    En france t’as des aide pour ce genre de situation, ce sont les mairies qui s’en occupent, pour toi je sais pas ce que tu peux faire. J’ose pas trop imaginer les dilemmes auxquels tu dois être confronté. Les responsabilités auxquelles tu dois faire face sont effrayantes. La seule chose que je peux te dire c’est qu’il faut avoir peur de demander de l’aide.

    Ne faut pas avoir peur plutot nan ?

    En tous cas tu as vraiment du courage, et de déborder d’amour pour ta famille. Si dans ta région il n’y a pas de centre spécialisé, tu devrais envisager une autre région.

  9. moSk dit :

    FerN a dit :
    (Ne faut pas avoir peur plutot nan ?

    évidement)

  10. giant dit :

    viens a paris, on ira manger un steak avec booz

  11. Daedalus dit :

    Je ne vais pas vous laisser dire que j’ai du courage. Le fait est que je n’en ai pas. Je n’arrive pas à rester plus de 30 secondes pres de ma mère sans tomber en sanglots, je l’aide au besoin mais passe le plus clair de mon temps dehors, à déprimer seul dans un coin de parc, ou dans ma chambre devant mon pc. Je ne sais pas m’occuper de ses soins car je ne tiens pas le coup de la voir comme ça. La dernière fois que j’ai du la changer, je suis resté en état de choc pendant 2 semaines.
    Ma copine n’a jamais eu les paroles qu’il fallait pour me remonter le moral. Je hais cette situation, je ne supporte pas de voir ma mère mourir à petit feu et emporter toute notre petite famille avec elle (je n’ai que ma grand-mère et ma mère comme seuls parents à 2000km à la ronde, le reste étant en sicile).

  12. Mr_Friandise dit :

    Placer ta mère dans un institut spécialisé semble être la meilleure solution, en effet. Ta mère n’a aucune économie sur un compte épargne, un livret A ? Pareil pour ta grand-mère, il n’y a plus rien dans le matelas ?

    Sinon, est-ce que ton père et ta mère sont officiellement divorcés ? Je ne suis pas juriste, mais un mariage implique l’assistance systématique au conjoint en difficulté. Ton père pourrait être conduit à vous aider par un juge. Et même s’ils ne sont pas “ensemble” juridiquement, il y a peut-être un moyen de le forcer à vous aider en passant par la loi (surtout si sa dépression a été directement liée à la séparation et que ton père a de l’argent de côté).

    T’y arriveras difficilement tout seul, tu peux peut-être contacter une assistante sociale, des services sociaux, ce genre de trucs. Ta grand-mère aussi a aussi beaucoup donné. Bon courage pour la suite en tout cas.

  13. Nooky dit :

    J’ecrirais ce que tout nous dis au ministre de la santé, ça coute un timbre, mais avec de la chance, les choses pourraient bouger pour toi.

  14. Daedalus dit :

    Mes parents se sont jamais mariés. Mon père pensait tirer un coup et voila. Vu que c’est un gros lache, il s’est barré. J’ai essayé de renouer contact avec lui, mais il insultait systématiquement ma mère, disant qu’elle méritait tout ce qu’il lui arrivait. J’ai dit qu’il ne me reverrait plus jamais.

    Et on a pas d’économie, ma mère n’ayant jamais eu de boulot depuis 20 ans et n’ayant jamais touché le chomage, ma grand mere a tout dépensé dans l’aménagement de la maison pour ma mère.

  15. moSk dit :

    Daedalus a dit :
    Je ne vais pas vous laisser dire que j’ai du courage.

    T’es toujours là, tu bosses, c’est déjà pas mal. J’ai 24 ans aussi, je sais pas ce que je ferais dans ta situation.

  16. elpopo dit :

    T’as écumé toutes les solutions pour le placement de ta mère? T’as contacté des assistantes sociales, la Belgique c’est pas le tiers monde, doit bien y avoir des aides comme en France.

  17. Chaka dit :

    elpopo a dit :
    T’as écumé toutes les solutions pour le placement de ta mère? T’as contacté des assistantes sociales, la Belgique c’est pas le tiers monde, doit bien y avoir des aides comme en France.

    Evidemment qu’il y a des aides (surement encore mieux foutues qu’en France) mais c’est loin de couvrir tous les frais qu’un tel truc peu engendrer…

  18. BalrogAlastor dit :

    Ma mère est éducatrice spécialisée et je peux te dire qu’il existe des associations et/ou institutions qui viennent en aide dans ce genre de situation. Renseigne toi, demande à une assistante sociale ça ne peut qu’améliorer la situation.

  19. Daedalus dit :

    je ferai ca dés demain au boulot, mais le CPAS de charleroi n’est pas d’une qualité impressionnante, on verra.

  20. muadib dit :

    Je serais incapable de te donner le moindre conseil, mais je compatis, sincèrement. Bon courage mec.

  21. Thermostat dit :

    moSk a dit :

    Daedalus a dit :
    Je ne vais pas vous laisser dire que j’ai du courage.

    T’es toujours là, tu bosses, c’est déjà pas mal. J’ai 24 ans aussi, je sais pas ce que je ferais dans ta situation.

    Absolument. Y’a pas mal de mecs qui auraient fui depuis longtemps.

  22. SethDeNod dit :

    Coté pratique.

    Va voir une assistante sociale (ou l’équivalent belge), c’est leur taf.
    Je comprends que ce soit dur mais si ta mère à besoin de soins et surtout d’attention constante que ni toi ni ta grand-mère ne peuvent fournir il existe forcément une solution pour la placer dans un établissement spécialisé ou bénéficier d’un aide soignant à domicile pour plusieurs heures par jours (ça se fait en France, en Belgique je sais pas trop mais doit bien y avoir un équivalent).

    De ce que je comprends les seules sources de revenus sont la (maigre) pension de ta grand mère et ton salaire (forcément pas mirobolant puisque t’es jeune).
    Alors je veux bien que la tradition belge soit de laisser les rares personnes qui arrivent à passer l’âge de trente ans attachés dans les bois pour nourrir les loups mais ça m’étonnerais que tu n’aies droit à aucune aide dans cette situation.
    Quitte à dissocier les foyers fiscaux pour en bénéficier ou autre.

    Il est normal que tu ne connaisses pas ce type de solution et plus que leur taf c’est la fonction primaire des assistantes sociales de te permettre de les connaître.

    Coté halp, l’exercice est délicat sur le web mais une fois n’est pas coutume, je vais parler.

    Daedalus je vois ce que tu fais.

    T’es en train de te miner parce que tu n’arrive pas à “assurer” pour ta mère et ta grand-mère. Tu t’en veux de ne pas avoir ni la force ni les moyens de prendre soins d’elles.
    T’es jeune, intelligent, autonome et pourtant… t’es impuissant.

    Mais c’est pas le pire parce que si d’un coté tu culpabilises rien qu’à l’idée de devoir placer ta mère dans un centre spécialisé ou de devoir demander de l’aide aux services sociaux, d’un autre t’as 24 ans, t’as envie de vivre et tu te dis que ça serait quand même mieux pour ta grand mère et mieux pour toi si elle était en établissement.

    Résultat la seconde d’après tu te dis sûrement que t’es qu’un espèce d’enculé de penser ça et que quelque part tu te comportes comme ton égoïste de paternel… Et bien plus que ça te déprime, ça te dégoûte.

    Je pourrais en rajouter une couche sur le fait que malgré l’amour que tu lui portes tu en veux aussi à cette mère peu aimante d’entraîner ta grand-mère avec elle dans sa chute.

    Après avoir brossé un tel tableau, de conjectures et de pensées, je vais te dire ce que je vois.

    Je vois un gamin (t’aimeras pas le terme) qui se retrouve confronté à des situations que la plupart des adultes ne supportent pas, avec les terribles prises de décisions qui vont avec. (Et quand je dis adultes c’est pas des adultes youpi j’ai dix huit ans je suis majeur, mais bien du père de famille cinquantenaire qui a du vécu.)

    Malgré ce que tu en penses quand tu prends la tangente tu ne fuis pas, tu n’abandonnes pas. Tu te comportes naturellement non pas parce que quelque part tu t’en moques mais parce que tu souffres trop.
    Non pas parce que tu n’aimes pas, mais parce que tu aimes trop.

    À travers cet ouragan de merde que tu prends dans la gueule tu es et tu restes un gars bien.

    Si t’es aussi mal c’est justement parce que t’es un gars bien Daedalus, si t’es aussi indécis, aussi incapable, aussi rongé, c’est parce que t’as le coeur à la bonne place.

    Et ça c’est déjà quelque chose.

    Je dis pas que c’est super le ciel est bleu les oiseaux chantent ou que ça devrait te rendre super jouasse mais c’est un fait, une réalité. Pas une conjecture.

    Ce sera clairement pas assez pour te remonter le moral (et honnêtement je vois pas ce qui le pourrait) et ça reste du conseil analytique © Interweb écrit par un /random_guy qui te connais finalement ni d’Eve ni d’Adam. Néanmoins j’espère que ça t’aideras un peu à remettre les choses en perspective.

    Accroche-toi.

  23. Un type dit :

    Moi j’ai une super famille depuis que je suis né, et un papa atteint d’un cancer au foie. C’est dur. J’ai toujours vécu avec mon frère jumeau, qui s’en va pour la première fois à pas mal de km, tandis que je m’en vais dans l’autre sens, vers l’inconnu. Je reste durant des heures devant l’ordi pour pas réfléchir avant de m’endormir. Avec ce que vit mon père, j’ai peur de ce que va me faire la solitude. Désolé de dire ça sur ton blog, j’avais juste besoin de le dire.

    Très dur.

  24. Saniss dit :

    SethDeNod, tu viens de gagner un respect profond de ma part pour ton dernier post.

    Daedalus, j’ai vraiment rien à te dire, surtout vu ce qui a déjà été dit par les autres, et t’as probablement (et c’est normal) pas grand chose à foutre du soutien d’un anon parmi tant d’autres.
    J’espère juste que les choses s’arrangeront pour toi et ta famille.

  25. Fl4mby dit :

    Putain je pensais pas que je lirais des trucs aussi forts un jour sur NF…merci SethDeNod.

    et moi qui pensais pas avoir une belle vie…bon courage Daedalus,sincèrement.

  26. Daedalus dit :

    Merci à toi Seth, c’est vraiment un truc qui me remonte le moral, je sais pas quoi dire… Merci aussi à vous autres, c’est cool de voir qu’on est pas si seul finalement…

    Je vais faire le nécessaire pour trouver une aide aujourdhui, en espérant que quelque chose s’en dégage tout de même. Ca va pas faire plaisir à ma grand-mère, qui ne supporte pas l’idée de refiler son boulot à quelqu’un d’autre, mais tant pis, faut le faire, sinon, je sais pas qui perdra toute ses forces en premier, ma mère ou ma grand-mère.

  27. kaahl dit :

    Je me risquerai pas a proferer des conseils, j’ai bien mes soucis (copine depressive suicidaire, pere tumeur au cerveau, divorce des parents) mais rien de si grave !

    Je pense que tous ici sont de bon conseil.
    La charge de ta mere ce n’est ni a toi ni a ta grand mere de le supporté.
    Il existe des centres spécialisé, certain moins humain mais il faut parfois etre realiste et laissé une malade dans un centre spécialisé où d’ailleurs elle aura de meilleurs soin et ou vous (ta grand mere et toi) pourrais lui rendre visite en ne profitant que des bons cotés qui peuvent resté.

    Car meme si elle doit pas avoir une grande conversation, il est toujours bon de reussir a passé quelque minutes, meme silencieus avec sa mere plutot que de garder en memoire la personne assisté et handicapé.

    Je te souhaite de trouver de l’aide aupres des municipalités, je pense qu’il doit y avoir des associations qui, comme n’importe qui, serai emu par ton histoire, et pourrait t’apporter de l’aide, principalement en prenant en charge ta mere.

    Quand a ta relation avec ta copine je vais parler de mon experience.
    Ma copine a perdu sont pere a 17ans a la veille du bac, elle l’a eu de justesse mais ses resultat moyen lui on fermé les grandes ecole (alos qu’elle est tres douée) apres un BTS et une prepa elle rentre en ecole d’ingé mais sa mere tombe malade > deprime et rate son ecole d’ingenieur et donc redeprime vis a vis de la mort de son pere et de son echec qui y est lié.

    Moi je doit l’aider, la soutenir, mais je suis un joyeux d’rire, jamais eu de soucis , ni aucune mort brutal proche. jusqu’a ce que mes grands mere meurt et mon pere chope cette tumeur au cerveau (avec les delires et crise d’epilepsie qui vont avec et qui ont causé 1 accident de voiture et donc une operation de la colonne vertebrale qui c heuresement bien passé). maintenant que j’ai “soufert” je comprend mieux

    je trouve mieux les mots juste, les moments ou il faut parler, ou il faut se tair, les moment ou il faut etre ensemble et ceux ou on est mieux seul.

    Ta compagne est sans doute dans ma situation d’avant. elle imagine, elle extrapole, mais n’a aucune idée concrete de ce que tu penses, ni meme un soupcon d’idée de ce quoi dire (meme si les filles sont generalement plu sensible)
    Meme si c’est dur ne la blame pas, si elle t’aime elle restera et des liens se feront a ce sujet. mais il n’existe aucune “bonne” reaction d’un conjoint a ce genre de situation.

    Courage.

    Et n’oublie pas que tu es pas seul, online ou en vrai, il y a toujours des gens qui attendent de t’aider ! mais il faut aller leur demander de l’aide !

  28. lui dit :

    Père alcoolique, du prendre son rôle toute mon enfance et adolescence, mère dépressive, combats/divorce des parents, frère junkie. La bio est posée.

    A mes yeux ta situation est dangereuse car ce n’est pas à toi de prendre soin de ta mère. C’est le rôle d’un fils, mais dans une certaine mesure.

    A ton âge et à ce niveau de dépendance, comme les autres je te conseille de chercher de l’aide : ta mère sera tout aussi bien traitée et vous serez plus disponibles, tout en ayant une vie à côté.
    Tu as 24 ans et le droit de vivre ta vie, sans être tiré vers le bas. Ça ne veut pas dire que tu es un gros égoiste, juste que tu dois t’organiser différement pour que ta grand mère puisse finir sa vie sans soucis et que toi tu puisse commencer la tienne plus sereinement.

    Je sais trop bien qu’un fils peut jouer plein de rôles, qu’on peut se sentir obligé, par piété filiale, d’aider ses parents. C’est sain dans une certaine mesure mais il faut faire attention de ne pas surestimer ses capacités et surtout de s’écouter, avant de péter un boulon.

    Bref, cherche de l’aide (tu ne la trouveras pas forcément instantanément mais garde espoir) et dit toi que tu le fais à nouveau pour ta mère, mais aussi pour toi et ta grand mère.

    Courage !

  29. Nem dit :

    Tu te dis peu courageux mais au final tu l’es forcement pour supporter ta situation et vouloir rendre ta vie, celle de ta mère et famille meilleure.

    Cherche de l’aide, de toute tes forces, tu sera épuisé mais c’est un mal temporaire pour un future bien permanent.

    Fais ce qu’il faut, tu y arriveras c’est certain.

  30. ananyme dit :

    Vis mec.

    T’as réussi jusque la. Le plus dure est fait.

  31. deltree dit :

    Dit toi que maintenant, ta vie ne peut aller qu’en s’améliorant.

    Que des enfants à s’occuper c est 100 fois plus léger que ce que tu vis. bref, nous autres les males qui angoissons a l’idée de devoir changer une couche ou supporter une vie maritale bien rangée avec les contraintes de la belle mere, en fait on n’a aucune idée de ce que c’est d’avoir quelqu’un à charge, ou d’avoir une vie prise en otage par quelqu’un dont on doit s’occuper, et qu’on l’aime parce que c’est sa mère.

    Courage mon vieux, comme disent les autres, trouve une aide du coté de l’assistance sociale.

  32. Julien dit :

    Quelle vie de merde.

  33. magicschoolbus\ dit :

    J’ai l’habitude de me moquer des malheurs des gens, pourtant je ressens un profond respect à ton égard ainsi qu’une grande peine à la lecture de tout ça.
    Courage.

  34. Daedalus dit :

    Finalement, de retour des radios, la jambe n’a rien, mais elle a une belle fracture de l’humérus. une chance que ce ne soit pas son bras encore valide qu’elle s’est cassé, sinon elle n’aurait plus su se nourrir elle-même.

  35. Caroline dit :

    Bon ben c’est déjà ça de moins sur la liste d’emmerdes.
    Prochaine étape, se renseigner quand aux aides disponibles et faire un tour tranquille dehors en mangeant des m&m’s.

  36. PositiveFunk dit :

    ouais bonne chance mec tient bon.

  37. nounoursss dit :

    Courage, mec. C’est toujours impressionant ce genre de situation…ça permet d’un coup de nous faire oublier tout nos petits problèmes de merde…qui sont au final sans importance.

    Maintenant, le mieux pour ta mère, ta grand-mère et toi : c’est de trouver une structure spécialisé…que ce soit hôpital de jour, maison de soins. Ou, quelqu’un à domicile.

    C’est difficile de trouver les mots surtout via Internet…mais courage.

    SI tu as besoins d’informations sur les différentes structures et prises en charges possible, hésite pas à me mail. Si mes cours de Santé Publique peuvent servir.
    Je ne sais pas trop comment ça marche en belgique, mais il est clair qu’il existe des gens/structures qui pourront t’aider.

    Sinon, va voir quelqu’un : vraiment. Ton généraliste, un psy : ce que tu veux. Mais dans ce genre de situation, reste isolé c’est jamais bon.

  38. Daedalus dit :

    Je tiens à tous vous remercier encore une fois. Je ne pensais pas avoir un soutien pareil ici, et bien que je ne pensais pas en avoir besoin, ben finalement si, et ca fait du bien.

  39. Daedalus dit :

    update: apres une discussion avec l’assistante sociale, on ne peut pas avoir de garde malade à plein temps par manque d’effectif dans la région, et même si c’était le cas ca me couterait 1400€ par mois non remboursable par la mutuelle

    au niveau des organismes pouvant prendre en charge ma mère, ce serait des genre d’hopitaux de jour ou on viendrait la chercher au matin pour la ramener l’apres-midi et ca coute encore plus cher qu’une garde malade à plein temps.

    Pour l’instant je suis coincé, l’assistante sociale n’arrivant pas à saisir l’importance du handicap de ma mère, demandant même les horaires précis ou ma mère serait susceptible de demander des soins ou une assistance…

  40. Aliocha dit :

    Merde :/

  41. Loyus dit :

    Tu traverses cette épreuve avec beaucoup de dignité. Dans ma famille, il est parfois arrivé que des mourants arrêtent d’agoniser (= se décident à partir) à la suite d’une “bonne discussion”. Je ne sais pas si tu as des choses à lui dire, quelque chose qui pourrait lui apporter un peu de paix avant qu’elle n’écrive son point final, mais n’hésite pas à le lui communiquer même si sa conscience est diminuée. Les mourants ont souvent une part inconsciente de “décision” quand au moment de partir. Envisage son être dans sa totalité et parle-lui si tu penses avoir des choses à lui dire.

    Cela pourrait écourter son agonie dans le meilleur des cas, et dans le pire cela ne fera de mal à personne.

    Les situations de ce genre sont beaucoup trop complexes pour qu’on puisse les comprendre à la base d’un simple article. Si je devais m’aventurer à faire de grossières déductions, je dirais que quelque chose en elle refuse encore l’idée de mourir, de la même manière que l’on fuit la réalité en buvant. Peut-être de la culpabilité ? Peut-être autre chose. De ton côté, as-tu déjà accepté l’idée de sa mort ? Ou ressens-tu de la culpabilité toi-même en y songeant ? Peut-être que ce je viens d’écrire t’aura choqué ?

  42. Daedalus dit :

    on ne pense pas pour l’instant à l’idée de la mort. On essaye encore de croire qu’après son traitement chimiothérapique, et sa dernière chirurgie du colon, elle pourra enfin reprendre des forces et se retrouver dans l’état dans lequel elle était juste apres sont hémiplégie:Handicapée, mais avec une certaine formet, et pouvant marcher sur de courte distance grace à la kiné. C’est tout ce que je demande, c’est pas grand chose, mais avec ce que je viens de voir, c’est une montagne à franchir

  43. nounoursss dit :

    Renseigne toi sur les “appartement de soins” je sais pas si en Belgique ça existe encore. En France, ça revient progressivement : c’est une alternative vraiment efficaces aux structures hospitalières.
    Le concept étant de réunir plusieurs malades atteint plus ou moins de la même pathologie avec un encadrement Paramédical : Aide Soignant, Psy et Médical : Kiné, Médecin bénévole. Ca existe surtout pour Alzeihmer/Parkinson, mais aussi pour les handicapés moteurs (avec beaucoup d’accident AVC). Ca permet d’avoir un encadrement digne de ce nom, avec une vie sociale “normale” : les patients communiquent toussa toussa.
    C’est vraiment super comme truc.

    Pour l’instant, si ta mère est sous chimio : traitement lourd et agressif. Souvent difficile a supporter pour le patient et la famille. Tu trouveras difficilement une structure qui veut assumer le “poids” du traitement. Ils préfèrent attendre la fin de ce genre de traitement (question d’effectif et d’argent, toujours…)

    Maintenant il existe toujours l’Hôpital de Jour, de Week-end (si tu as besoin de repos).
    Le problème dans ce genre de situations étant le coût financier de la chose, je sais qu’en France c’est pris en charge : par la CNAM et ta mutuelle. J’imagine qu’en Belgique ce n’est pas pareil.
    Avec le nombre de lit qui diminue, les effectifs qui baissent : les hôpitaux assument de moins en moins ce genre de service, question d’économie…tu peux toujours te renseigner sur les hôpitaux de ta région (de préférence les CHU/CHR) ils ont très souvent des services en dehors de l’hôpital pour ce genre de truc.

    Par exemple, dans mon CHU (Dijon) : le service de gériatrie avec les gens comme ta mère est en dehors de l’hôpital. Ce qui permet d’avoir un nombre de lit bien supérieur aux simple Hôpitaux de proximité et services “Intra-CHU” et un service de meilleur qualité pour les personnes en fin de vie ou en difficulté.

    Tu peux aussi te tourner vers les hôpitaux de “proximité”, ceux qui possèdent une simple plate forme Gynéco / Médecine générale (pas de chirurgie quoi) : ils doivent être capable de gérer ce genre de cas.

    N’hésite pas a te tourner vers des Associations de malades, souvent beaucoup plus au courant que les AS et Médecin.

    Sinon : Le premier interlocuteur dans ce genre de cas est ton médecin généraliste, c’est lui qui doit t’orienter et trouver une solution.
    Une situation comme la tienne, ou la santé de ta mère est en jeu. Mais aussi : toi et ta grand-mère, d’un point de vue psychologique/physique ne doit pas être pris à la légère.

    Voilà, Courage.

  44. MotherSuperior dit :

    nounoursss a dit :
    Sinon : Le premier interlocuteur dans ce genre de cas est ton médecin généraliste, c’est lui qui doit t’orienter et trouver une solution.
    Une situation comme la tienne, ou la santé de ta mère est en jeu. Mais aussi : toi et ta grand-mère, d’un point de vue psychologique/physique ne doit pas être pris à la légère.
    Voilà, Courage.

    Oui l’assistante sociale n’a probablement pas compris ton problème, va voir ton généraliste. Ou même en parlé a l’occasion au spécialiste qui suite ta maman.

    Bon courage Mec !

  45. ap0 dit :

    J’ai perdu mon sourire en lisant l’article.
    Bonne chance mec.

Laisser un commentaire

Si vous avez un compte sur WeFrag, connectez-vous pour publier un commentaire.

Vous pouvez, entre autres, utiliser les tags XHTML suivant :
<a href="" title="">...</a>,<b>...</b>,<blockquote cite="">...</blockquote>,<code>...</code>,<i>...</i>