|Deus Ex Machina|

le blog de Daedalus.

Archive pour mars 2007

Speed Breakfast

Jeudi 15 mars 2007

[...]Soudain, je ne puis plus acceder a Saint NoFrag.com , ni a ses hébergés. Le destin voulu que ma journée commence et se termine mal[...]

Et bien finalement, ce sera a vous de juger.
Loin de mes dessins representants des monstres, des armes, ou des vehicules de guerre, je decidai hier, dans un elan de faim et de nostalgie, de dessiner ceci:

J’y ai vraiment pris mon temps, ne sachant pas au depart ce qui allait sortir de là. Finalement, il m’aura fallut une bonne heure pour integrer tous les ingrédients.

Cela s’appelle donc: petit dej’.

A vot’ bon coeur messieurs dames, et bon appétit.

… Il dessine des conneries. DooM 3 n’est pas loin.

(15 min sur le bord d’une feuille)

Tiens, idée a la con: Scannez vos dessins sur coin de feuille quand vous vous emmerdez en cours.

Cet article est un monument. Monument que j’érige en l’honneur d’une série qui a reussi l’impossible defit de me donner l’impression de redecouvrir la science-fiction, j’ai nommé le defunt Firefly

J’ai tout vu en s-f. Depuis la S-F des années 60 jusque les derniers star wars. Depuis la fin des années 80, la science-fiction s’essouffle et peine a se renouveller. On nous ressert toujours les memes resucées de star wars/star trek/mad max/alien etc. Je me lassais, et meme la nouvelle serie battlestar galactica, que j’ai apprécié au premier visionnage, commence deja a m’ennuyer, et je n’arrive pas a regarder un episode plus d’une fois.

Mais voila. J’ai decouvert par le bouche à oreille cette fabuleuse série qu’est Firefly. Et apres avoir regardé les 15 uniques épisodes de ce monstre, et "mal"heureusement ayant aussi vu le film avant la serie, il faut que je déballe mon expérience passée a observer les aventures de l’équipage du Serenity.

Pour ceux qui ne connaissent pas (il y en a certainement beaucoup), Firefly est une série qui a été créée en 2002 par Joss Wedon, qui a auparavant créé Buffy et Angel, deux séries qui m’ont autant scotché a l’ecran qu’un bon episode des feux de l’amour. Loin de vouloir denigrer ces dernieres, il me semble pourtant clair pour moi que Firefly est la plus grande réussite de cet homme. Je vous explique brievement la trame scenaristique.

Cela se passe dans 500 ans. La terre est surpeuplée et l’humanité se met en quête de planetes hospitalieres. Ils trouverent plusieurs systemes plus ou moins habitables, composés de dizaines de planetes et de lunes. Certaines sont naturellement propices a heberger de la vie humaine, d’autres doivent etre terraformées pour y acceuillir des colons.

Un probleme se pose. l’Alliance (un gouvernement issu de la fusion entre les USA et la Chine) Veut reunifier tous les systemes sous les mêmes lois et restrictions, pour en faire "des mondes meilleurs". A n’importe quel prix. Les petites planetes et les lunes terraformées à la va-vite sont colonisées par tous ceux qui ne sont pas de l’alliance, les petites gens en gros, les Independants. Ces derniers ne voulaient pas etre sous le joug de la tyrranie du Gouvernement, et comptaient bien combattre pour garder leur petite parcelle de terre, a peine suffisante pour faire vivre les gens qui n’avaient pas les moyens de se payer le luxe de vivre sur des terres plus hospitalieres controlées par l’Alliance.

La guerre fut inévitable. Les Indépendants essayerent de resister mais en vain. L’issue de la guerre fut déterminée lors de l’attaque de Serenity valley par l’Alliance, là où les derniers bastions des Manteaux bruns ( les soldats indépendants) etaient en place. L’Alliance gagna grace a leur surnombre et leur armée tres bien équipée.

L’histoire de Firefly commence quelques années apres la défaite des Indépendants.

Malcolm Reynolds,(Mal’) est un ancien manteau brun. C’etait un grand soldat, et il a tenu jusqu’a la bataille de Serenity valley. Il est accompagné par une femme qui a combattu a ses cotés. Une forte tete, du nom de Zoe washburn. D’un caractere plus mature que Malcolm, elle etait une tueuse implacable et silencieuse. Ils faisaient bien la paire.

Ces amis de longue date peinent donc à survivre dans ce nouveau systeme créé par l’Alliance, en essayant néanmoins de faire chier ses derniers dés qu’ils en ont l’occasion.

Malcolm prend l’initiative de se payer un vaisseau, et de trouver un équipage, biensur en ayant l’accord de Zoe.
Ils choisirent un vieux vaisseau cargo, tout pourri et tout moche, et ils leur donnerent le nom de Serenity, en souvenir de la bataille qu’ils ont perdu.

Apres avoir trouvé un équipage haut en couleur (une jeune mecanicienne hippie et un peu nympho, un super pilote qui joue avec des dinosaures en plastoc et qui porte des chemises hawaiennes, et un beau gosse,expert en arme qui est totalement con et qui ne parle que d’arme et d’argent, une "compagne" de luxe), Ils se lancent dans le business, tantot composé de boulots honnetes, tantot completements illegaux et dangereux.
Lors d’une escale sur une planete de la periphérie, ils amenent a leur bord des droles de bonshommes. Un jeune medecin au parler tres verbeux et avec un balais dans le cul, accompagné d’une enorme caisse cryogene et un pasteur qui n’a pas vraiment l’air d’un pasteur. Evidement le medecin va leur causer bien malgres eux de gros problemes avec l’Alliance, que je ne citerai pas pour ne pas spoiler.


L’équipage du Serenity, au complet

Et donc voila. On mixe tout ca, et on obtient un cocktails aux saveurs western et s-f.

Western? Pourquoi western? Je vais vous expliquer. Les independants n’ayant pas le materiel pour se creer des villes de l’an 3000, et bien ils en reviennent a l’age du bois et des clous. Ainsi, les planetes isolées et dont l’alliance se preoccupe moins, sont controlées comme les villages au temps des cow-boy. Avec tout ce que cela peut signifier:
attaques de dilligeance, duel au pistolet dans l’unique rue de la ville, bagarre dans des saloons, et toute l’ambiance des western de notre jeunesse.


Une attaque de train au far west, version s-f

C’est dépaysant et raffraichissant au possible. Parce que rien n’est laissé au hasard dans cette serie, le background est totalement utilisé. Le fait que les cultures americaines et asiatiques aient fusionnés, donnent a la serie un cachet tres special: Habits moitié asiat moitié urbain, Bouddhisme et Hindouisme comme religion principale, des Jurons et des phrases dites en Mandarin, sans traduction, et la moitié des ecritaux dans la serie ecrit en chinois, ca met dans le bain.

L’aspect comique est omniprésent: les reflections stupide de Jeany le beau gosse:

-Dans l’épisode le message, Mal va chercher son courrier et on lui apporte un cerceuil avec un de ses ancien compagnon d’arme dedans. L’air abassourdi, il ne dit mot, et Jeany arrive, matte le corps et dit, d’un air serieux et en froncant un sourcil: - "Pourquoi t’as commandé un cadavre?"

Les situations dans lesquelles l’équipage se trouve sont souvent cocasses et ont presque toutes un potentiel comique.
L’action est aussi de la partie: comme je le disais avant, on combat comme dans le far west, on joue a celui qui tire le plus vite, on tue pour un rien et on a droit a des reglements de compte presque a chaque episode.

La magie se retrouve meme dans la musique qui est essentiellement composée de musique country et de morceaux joué a la guitare seche, meme dans les scenes spatiales.

Une serie qui pour moi merite le qualificatif d’Oeuvre d’art.

Je ne saurais trop vous conseiller d’acheter le pack de dvd contenants les 15 episodes et quelques bonus non négligeables (dont un avec un commentaire de Jeany coiffé de son eternel passe montagne a ponpon orange confectionné par sa mere, et dont il est extremement fier)

J’espere avoir été assez precis et vous avoir donné envie de faire le pas en regardant cette serie qui n’a pas eu l’attention qu’elle aurait mérité.

Et bien voila, la suite d’un des plus impressionnants combats au sabre laser est online:

Please enable Javascript and Flash to view this Flash video.

Bien qu’il n’ait pas bénéficié de l’effet de suprise du premier episode, la maitrise du combat, des effets speciaux et des mouvements de caméras renouvelle l’emerveillement. J’adore aussi le fait qu’ils ne se prennent pas au serieux…