out through the winter throat

out through the winter throat le blog de Anahkiasen.

Archive pour septembre 2009

Le Marbre Aphone

Mardi 15 septembre 2009

En général quand je passe devant un endroit qui me frappe par les images fabuleuses qu’il pourrait produire, je me mets un marqueur et je tente d’y revenir dès que possible. Il y a peu d’endroits comme ça qui m’ont marqué dans Nice, principalement parce que ce n’est pas une ville que j’aime beaucoup, mais je m’étais juré d’y revenir au moins une fois avec mon appareil et de partir du Mont Boron.
Pendant toute l’année précédente j’ai eu un professeur de dessin plutôt spécial, assez caricatural du vieux prof de dessin qui a déjà sa vision toute faite sur le monde. Assez âgé mais qui est resté plutôt sympathique ; qui se trimballe sa pipe en permanence et qui vous raconte des anecdotes de vie tellement impensables qu’à force vous n’osez plus en questionner la véracité. Ils nous avait emmené plusieurs fois - vers la fin de l’année - en haut du Mont Boron en voiture pour y passer la matinée à dessiner.

On y allait toujours de bon matin et évidement y retourner comme ça seul vers sept heures du matin, ça avait perdu son charme. Du coup je suis descendu dans Nice, me suis promené çà et là près de la côté et à la lisière de la ville. Contrairement à la dernière fois je ne me suis pas enfoncé dans la ville à me balader partout et n’importe où, en fait aux alentours de 14h, après sept heures de marche en montée et descente, à travers les bouts de forêts et les rues mal pavées, je me suis écroulé dans un fauteuil de Nice Étoile et y ai pioncé tranquillement. Étonnement je n’étais pas le seul.
Je me suis réveillé avec un mal de ventre et un mal à la tête, du coup j’ai laissé tomber mon sandwich, je suis vite fait passé à mon école prendre des nouvelles et à 16h j’étais de retour chez moi.

Et accessoirement oui, j’avais super mal aux pieds.










































Un mois après, l’aventure dont vous êtes le héros continue son petit bonhomme de chemin. Je continue à recevoir énormément de suggestions, tout le monde participe et y va de son idée farfelue, alors si vous n’y avez pas encore jeté un coup d’œil vous pouvez encore le faire !
On a Verrouillé ma Porte d’entrée est une aventure interactive comparable en quelque sorte à un point ‘n click ; les lecteurs proposent ce que le héros pourrait faire (Utiliser feu sur colorant à cheveux, etc) et je dessine l’aventure en conséquence.

Ces dernières semaines j’ai passé beaucoup de temps à dessiner déjà, même si j’ai bien optimisé mon temps de dessin en créant plein de raccourcis et en organisant mieux mes calques.
Mais j’ai aussi passé beaucoup de temps à enrichir en coulisse ce que sera l’aventure, l’histoire et j’en passe. Chaque jour qui passe j’ai une idée plus précise de scènes et de moments clés d’OVAP2. Bien sûr, le fait que l’histoire soit interactive me bloque sur beaucoup de choses parce que les réactions des lecteurs sont toujours imprévisibles, mais globalement j’ai une trame déjà toute prête que je vais faire de mon mieux pour dérouler de la manière la plus soignée possible.

J’ai passé un peu de temps à mieux définir ce qui est concrètement le personnage principal de ce tome II : La Peste. Un macro-parasite violent et rapide, qui s’étend, absorbe, englobe et recouvre tout ce qui se trouve sur son chemin.
Dans l’aventure ce qui est intéressant c’est que la Peste a la capacité de reproduire les organismes qu’elle absorbe, et je m’y suis bien sûr donné à cœur joie en créant toute une pléthore de créatures toutes plus absurdes les unes que les autres. L’idée c’est que plus la Peste se propage et croit, et plus les créatures qu’elle engendre sont grosses et complexes. Quand le Tome II commence elle n’en est qu’au stade de simples filaments passant un peu partout, pour au fur et à mesure de l’aventure aller beaucoup beaucoup plus loin.

Je me suis vraiment fait plaisir avec ces bestioles. Bien sûr OVAP reste – dans l’esprit – un point ‘n click et donc chacune de ces créatures devra être affrontée d’une manière bien particulière, avec des objets, en résolvant des énigmes, etc.
Alors certes graphiquement La Peste n’est pas des plus fouillées, il me fallait quelque chose de rapide et simple à dessiner et surtout à animer de case en case. Ce qui explique que j’ai choisi un style très protubérant et raturé pour les monstres de l’aventure. Je ne sais pas si c’est très visible, je pense que si, mais si je devais citer ma principale inspiration pour La Peste, cela serait sans aucun doute Heart of Darkness. J’ai fait ce jeu je ne sais pas combien de fois quand j’étais gosse et j’adore toujours autant le contraste entre le côté enfant d’Andy et de son chien, et la cruauté visuelle de l’univers qu’il arpente. C’est un point que l’on retrouve beaucoup dans OVAP2 avec le contraste entre le dessin cartoon du héros et le dessin violent des monstres, couverts de sangs, de crocs et de salive.

Image hosted by uppix.net

Je continue de temps en temps à recevoir des critiques sur le dessin d’OVAP, je pense que les gens ne comprennent pas que je ne peux pas me permettre d’aller trop loin dans le dessin sans passer quatre heures par image. Il faut que ça soit regardable, mais il faut aussi que ça soit flexible ; après on adhère ou pas au style, ça c’est différent mais je n’y peux pas grand chose. Il suffit de regarder le temps entre les updates de PoF qui suite le même principe et pourtant ne travaille qu’en noir et blanc (mais mieux dessiné). Il y a des sacrifices à faire, c’est tout. D’autant qu’il faut l’avouer, OVAP a quand même déjà bien évolué graphiquement depuis ses débuts. Après, je reste une merde en perspective, ça on y peut rien. Je pense que j’ai failli au cours de perspective, au sens où j’avais vraiment d’excellentes notes mais une fois lâché sans traits de constructions je n’arrive plus à grand chose.

Enfin voilà, c’était la petite mise à jour. Si ça vous tente, cliquetez le bouton. Ah oui, j’ai aussi un peu amélioré le code, désormais chaque suggestion a un label qui la résume, ça évite aux lecteurs de se taper une liste interminable de suggestion s’ils n’en ont pas envie. Sur la page d’aperçu des suggestions déjà faites, cela permet de voir aussi quelles idées sont les plus proposées, lesquelles sont validées, etc.

Enfin voilà. Si ça ne vous fait pas rire ou que vous trouvez ça vulgaire, c’est fascinant mais je m’en fous en fait — moi ça me fait rire et ça fait rire ce qui continuent à suivre OVAP. Si je devais aller dire personnellement que ça ne me fait pas rire à tous les webcomics que je trouve nazes, moi aussi ça me prendrait du temps. Là.