out through the winter throat

out through the winter throat le blog de Anahkiasen.

Archive pour novembre 2008

20/11/08

Jeudi 20 novembre 2008

Voilà, les sept dernières photographies destinées à mon recueil de démarche créa’ sur l’Homme et la nature. Vous excuserez la qualité : ce sont les dernières, il ne fallait pas s’attendre à des trucs exceptionnels (eh, sinon je les aurais mises plus tôt).

Délocalisation

Le Croque-Mitaine

L’Hydre

Conquistadors

Les Mutants

Nature Urbaine

Mâchoires

17/11/08

Lundi 17 novembre 2008

Attila

Ombres Chinoises

16/11/08

Dimanche 16 novembre 2008

Aujourd’hui double ration, et pour la peine on continue dans les titres de films.

The Day the Earth Stood Still

La Liste de Schindler

Verdun

L’Emmurée Vivante

(J’ai un APN, j’ai pas de grand angle, je vous emmerde et je rentre à ma maison)

15/11/08

Samedi 15 novembre 2008

Voir article précédent : je cherche encore des avis concernant un ampli.

Le Dormeur

Cthulhu

14/11/08

Vendredi 14 novembre 2008

Je cherche encore des conseils concernant l’achat d’un nouvel ampli.

L’Échelle de Jacob

Faits Divers

Bonsoir,

Ma situation est la suivante : Noël approche à grands pas et contrairement à beaucoup de monde, je n’ai toujours pas trouvé ce que je souhaiterais pour cette date ; je ne suis pas très demandant le seul domaine dans lequel mon matériel pêche un peu, c’est mon instrument.
J’ai commencé à jouer de la guitare électrique au début de l’année, vers mars, reprenant tout le matériel que mon frère avait laissé sur place en déménageant, et qui prenait la poussière jusque là. Une guitare Hohner Rockwood LX90 et un ampli Allan Scoot — tous les deux âgés d’environ douze ans. Mon seul achat véritable depuis a été la pédale dont j’ai parlé plus tôt, et quelques broutilles de base (nouvelles cordes, médiators, etc).

Depuis quelques temps, mon ampli de guitare a tendance à avoir des sortes de « baisses de tension » — je continue à jouer mais plus aucun son ne sort de l’enceinte, juste quelques épars grésillements, ce après quoi le son revient éventuellement. Il n’a jamais vraiment fait un bon son en temps normal, cependant à ce jour il n’y avait rien de vraiment dérangeant pour jouer.
Enfin bref, ces problèmes se faisant de moins en moins rares, je me suis dit que Noël pourrait être une bonne occasion pour changer d’ampli. J’ai amplement conscience qu’en ma qualité de débutant tout juste aguerri cet achat semble ô combien prématuré. Ayez toutefois en tête que j’aime vraiment cet instrument, en joue beaucoup, travaille théorie et pratique — bref, je compte poursuivre mon chemin avec acharnement, par conséquent tout ampli acheté même prématurément, ne sera pas perdu.

Mon problème majeur c’est que je ne connais strictement rien au monde de l’amplification sonore, des marques où des différents types d’ampli, rien. C’est uniquement pour jouer dans de petites pièces donc je cherche un petit engin. Au possible j’aimerais avoir de quoi paramétrer le son qui sort de l’enceinte — que ce soit au niveau des classiques égaliseurs, ou au niveau d’éventuels effets générés par l’ampli.
Le point chaud reste le prix, au possible j’aimerais vraiment rester dans une tranche de 200-400€, et si le prix est supérieur à cela, ce serait pour un ampli dont la qualité de son me permettrait de le garder un bon bout de temps.

Qu’auriez-vous à me conseiller ? Comme marques ou autre ?

Merci d’avance pour votre aide.

12/11/08

Mercredi 12 novembre 2008

Je n’ai pas trop eu le temps pour la photo ces derniers temps. Je vais tenter de boucler mon truc.

Fugue

Fleurs sur Sépulcre en Fa mineur

Pourquoi en Fa mineur ? Parce que.

Fallout 3 : photos de vacances

Mercredi 5 novembre 2008

Aussi étrange que cela puisse paraitre, après des mois de lavage de cerveau de la part des anciens fans de Fallout, déclamant à tout va que cette suite serait extraite des enfers par Satan lui-même et développée par des communistes cannibales violeurs d’enfants, je m’amuse beaucoup dessus. Comme pour beaucoup de jeux de rôle il s’agit avant tout de votre faculté à vous immerger dans l’univers, à rentrer dans la peau de votre personnage et à ne pas vous arrêter et pester contre ces défauts dont aucun jeu n’est exempt.
Enfin bref, je m’amuse beaucoup ; je n’en suis pas très loin et ne comptais pas écrire une critique approfondie du jeu de toute façon. Juste partager quelques images.
Comme d’habitude, les images sont réduites par souci de place, certaines en deviennent difficiles à voir. Tant pis.






















Sur ce, je retourne dans mon Wasteland.

Dead Set

Mardi 4 novembre 2008

There’s a problem… looks like Big Brother ain’t watching us anymore.

Petit article très rapide après vision des cinq parties de ce one-shot exceptionnel de fin d’année : si vous n’avez pas encore vu Dead Set, ruez-vous dessus sans plus attendre. Comme avec les autres « séries » du même genre (The Lost Room, Jekyll, Profit) nous approchons plus d’un film découpé en plusieurs parties que d’une véritable série à proprement parler ; les règles d’un one-shot sont simples, toute la série se condense dans les épisodes présents, il n’y a pas de saison à venir, toute l’histoire est écrite à l’avance et le début et la fin doivent prendre place en quelques épisodes.
Excusez-moi donc d’employer le terme film durant l’article, mais au degré de réalisation et de finition auquel les séries arrivent de nos jours, c’est mérité.


Pour bref rappel, Dead Set est donc un film anglais en cinq parties, tournant autour de la fameuse « Big Brother House » où se déroule chaque année l’émission du même nom — pour ceux qui ne voient pas, pensez à Loft Story. L’idée de base du scénario étant de prendre ce joyeux cadre coloré, scintillant et joyeux, et de le balancer à bout de bras dans un horrifiant et grondant zombie outbreak comme nul n’en n’avait filmé depuis 28 Days Later.
J’écarte l’ambiguïté zombies/infectés, ce qui me pousse à faire la comparaison c’est principalement la manière de filmer les choses, et de traiter le sujet. Le sypnosis de base, de par le cadre lui-même de Big Brother, m’avait fait imaginer quelque chose d’assez coloré et vivant. Tuez tout de suite cette idée dans l’œuf : Dead Set c’est une manière de filmer bien particulière ; un orage permanent qui assombrit le paysage, détruit teintes et couleurs pour ne plus laisser que le noir et le gris d’une réalité montrée de la manière la plus crue possible.


La photographie est léchée au possible, la réalisation transcrit avec soin le chaos environnant et les rares temps de battements qu’il accueille. Présentant avec soin les mêmes décors que 28 Days Later parcourus par ces mêmes bêtes courantes et hurlantes, Dead Set ne laisse ni le temps de souffler, ni le temps d’espérer, ni le temps d’imaginer ce qui aurait pu arriver à tel ou tel moment. Par son univers proche au possible du réel, il soulève de toutes autres questions — oui en quelque sorte Dead Set est de ces films dans lesquels on ne se questionne plus sur le destin des personnages, mais sur ce que nous ferrions si telle chose arrivait.


Sans s’éloigner des grands codes du genre — survie, démence, sacrifice et trahison, jusqu’au démembrement final — Dead Set apporte sa propre touche et sa propre vision des choses. Par l’esthétique très assombrie et puissamment pessimiste, ce petit one-shot saura vous tenir en haleine le temps d’enfiler les cinq parties d’une traite, pour un total de deux heures et demi (puisqu’on vous dit que c’est un film) qui paraitront opaque à tout filet de lumière venu apporter espoir.
À regarder de toute urgence si vous comptiez vous immerger dans l’ambiance avant la venue de Left 4 Dead.

I liked our farmhouse.